L'histoire prend vie à Beit Shean

By
June 17, 2015 17:45

Amateurs d’archéologie, la ville antique romaine se doit de figurer sur votre itinéraire

4 minute read.



Le Cardo romain de Beit Shean

Le Cardo romain de Beit Shean. (photo credit: DR)

Le penchant romain pour les grands projets de construction nous vaut aujourd’hui de pouvoir passer quelques heures dans le vaste parc archéologique national de Beit Shean. Vous y attendent, les ruines restaurées d’un théâtre romain de 7 000 places, des bains byzantins, une fontaine décorative, des rues à colonnades et un amphithéâtre destiné aux combats de gladiateurs. « Comme le Colisée de Rome, cette structure ovale n’était utilisée que pour les combats sanglants, qui divertissaient les troupes romaines stationnées à Beit Shean à l’époque du Second Temple », explique Moshé Friedman, guide touristique.

Aujourd’hui, Beit Shean (en hébreu : « maison de la tranquillité »), forte de ses 17 000 habitants, est une petite ville de province tranquille. Mais à son apogée romaine, elle comptait quelque 40 000 habitants, du fait de son emplacement stratégique, au carrefour des vallées fertiles et pittoresques du Jourdain et de Jezréel.
La ville a été habitée sans interruption depuis l’époque égyptienne. « Beit Shean se situe sur la “voie royale”, une route naturelle qui relie l’Egypte à Damas. A l’époque des Croisades, c’était un important point de liaison entre le centre culturel qu’était l’Egypte et le centre de commerce qu’était Damas », poursuit Moshé Friedman.
Certains épisodes sinistres de l’histoire ancienne se sont déroulés ici. C’est là que, d’après le livre de Samuel, les Philistins ont accroché le corps du roi Saül à un mur, après la bataille biblique du mont Guilboa. Et c’est là qu’un incendie criminel gigantesque – sans doute ordonné par le roi d’Assyrie, en 732 avant notre ère – a détruit la ville, enjeu militaire important pour les royaumes de David et de Salomon.
Sous domination romaine, Beit Shean s’étend vers le sud, et atteint le sommet de sa gloire au Ve siècle de notre ère. Elle est alors la capitale d’un groupe de 10 villes-Etats et frappe même sa propre monnaie.
« Au cours de la seconde révolte, les juifs de Beit Shean ne prennent pas parti contre les Romains, avec le reste du pays », poursuit Friedman. Ils seront malgré tout assassinés par leurs voisins païens, sans doute avec la complicité des autorités romaines.

Be the first to know - Join our Facebook page.


Toute cette histoire riche en rebondissements prend vie sur les murailles de la ville au cours du spectacle son et lumière intitulé Les nuits de Beit Shean, produit par la célèbre compagnie israélienne Disk-In Pro – la même à officier dans les coulisses du musée de l’Expérience olympique de Tel-Aviv.
Représentation pour les groupes les lundis, mercredis, jeudis et samedis soirs.
Réservation au 972-4-648-1122.

Les sommets du mont Guilboa


Un séjour dans la vallée de Beit Shean ne saurait manquer l’exploration du Guilboa tout proche, avec ses 11 sommets et de nombreuses aires de pique-nique. « J’aime emmener les touristes en haut de la montagne », explique le guide touristique Shalom Pollack. « On a de là une vue splendide sur les vallées de Beit Shean et de Jezréel. Une courte randonnée sur des sentiers de montagne permet de marcher sur les traces du roi Saül et de son fils Jonathan, qui ont trouvé la mort dans la bataille biblique contre les Philistins. »
Le kibboutz Heftziba, au pied du versant nord du Guilboa, abrite le Parc national de la synagogue Beit Alfa, avec sa magnifique mosaïque du VIe siècle, une des mieux conservées de cette période dans tout Israël.
Un pont de l’époque romaine, une forteresse croisée, une mosquée de la période mamelouk, une maison du gouvernement turc, un fort ottoman et plusieurs maisons de basalte de la période de la conquête arabe de Beit Shean sont tous ouverts aux touristes.
Le Parc national de Belvoir (ou Kohav Hayarden – l’étoile du Jourdain) est dominé par un château croisé, construit vers 1140, haut perché au-dessus de la vallée du Jourdain à environ 15 km en amont de la vallée de Beit Shean.
Juste au nord, une station d’alimentation a été mise en place pour renforcer la population de vautours fauves d’Israël.

Attractions dans les kibboutzim


La vallée de Beit Shean abrite plusieurs kibboutzim qui offrent des attractions de leur cru. Le kibboutz Nir David exploite les fameux sites naturels de Sahné-Gan HaShlosha et Gan Garou.
Sahné bénéficie de piscines naturelles alimentées par des sources chaudes et d’un ruisseau avec des mini-cascades. « C’est très rafraîchissant, quand il fait chaud dehors, de piquer une tête sous la cascade. Et l’aire de pique-nique est idéale pour les familles, surtout en été », souligne Shalom Pollack.
Gan Garou est un parc australien unique où les visiteurs peuvent nourrir et caresser les kangourous et les cacatoès en liberté, observer les koalas, les casoars et les roussettes.
Nir David est l’une des 52 implantations « tour-et-palissade » construites par les immigrants sionistes sous le Mandat britannique, de la fin des années 1930 au début des années 1940. Un musée est consacré à cette époque historique. « Cela donne une idée de ce qu’était la vie des pionniers dans la vallée », affirme Pollack.
Il recommande également le Bio-Tour du kibboutz Sde Eliyahou, où une entreprise appelée Bio-Bee Biological Systems élève drosophiles, abeilles, bourdons et autres insectes, ainsi que des hiboux nicheurs qu’elle vend aux exploitations agricoles d’une trentaine de pays pour le contrôle naturel des nuisibles.

© Jerusalem Post Edition Française – Reproduction interdite


Related Content

January 21, 2018
Le tour du monde en 200 cartes

By NATHALIE BLAU

Israel Weather
  • 9 - 18
    Beer Sheva
    13 - 18
    Tel Aviv - Yafo
  • 8 - 12
    Jerusalem
    11 - 15
    Haifa
  • 12 - 22
    Elat
    12 - 19
    Tiberias