En 1994, un groupe de bénévoles met sur pied l’association AMIT (Association mondiale des israélites de Tunisie). Leur projet est de grande envergure, ambitieux et surtout honorable : être les protecteurs de la culture juive tunisienne, du patrimoine culturel et historique tunisien. Au terme de longues années de combat, la mairie de Natanya finira par leur offrir un terrain, qui s’avérera être un cadeau empoisonné, car en très mauvais état… Des travaux ont ainsi été entrepris, longs et loin d’être finis à ce jour. C’est pourquoi le président et les membres actifs de l’institution en appellent donc constamment aux dons et financements de la part de la communauté juive, afin de conclure ce projet par la construction d’une reproduction de la grande synagogue de Tunis.

Ce majestueux édifice symbolisera l’identité juive tunisienne et incarnera la représentation de l’héritage tunisien en Israël. Mais avant tout, ce futur chef-d’œuvre abritera le Centre mondial du judaïsme tunisien. Tous les bénévoles mettent cœur et énergie à l’ouvrage, leur motivation est immense, car ce projet permet pour eux de faire perdurer la mémoire de leurs ancêtres. Ils se sentent les garants d’une histoire qu’ils ne veulent pas voir oublier pour être partie prenante de la culture des juifs « mizrahim » qui vivent aujourd’hui en Israël.

Actuellement, les travaux sont en cours, mais il est d’ores et déjà possible de se rendre au Centre et visiter le musée, consulter les archives, ou même aller prier à la synagogue Frank Sarfati magnifiquement ornée. Une artiste a transformé ce lieu de culte en un édifice unique où tous les vitraux sont peints à la main. Sous ces jeux de lumières, prier prend alors une tout autre dimension. La synagogue porte le nom du philanthrope français Frank Sarfati qui en a permis, par sa grande générosité, la construction. Dans le musée, il est possible d’admirer bijoux, objets, meubles, vêtements, et autres photos qui racontent la culture juive tunisienne et emportent le visiteur dans cet autre monde, sous le soleil de Tunis. Un mur entier est consacré à la commémoration des juifs de Tunis morts durant la Shoah, et un monument aux morts surplombe également le jardin pour enfants, conçu en la mémoire des « enfants d’Oslo » : ces jeunes tunisiens tués lors d’un crash d’avion, en 1949, alors qu’ils étaient en route pour leur aliya.

Le centre ne se limite pas à cette action mémorielle et culturelle. Il participe activement à l’intégration des Olim hadashim (nouveaux immigrants) en Israël et à la reconnaissance des biens des Juifs de Tunisie réquisitionnés par les nazis. Des bourses étudiantes sont reversées à des doctorants qui viennent consulter les archives de la bibliothèque du Centre, une aide et un soutien sont apportés aux personnes en difficulté et enfin, un espace est réservé aux personnes du troisième âge où leur sont proposées des animations. Le Centre mondial du judaïsme tunisien entretient également des relations diplomatiques étroites avec le gouvernement tunisien.

Sauvegarder l’héritage de leurs pères, tel est l’objectif premier de ces « tunes » si chaleureux et fiers de leurs origines. Alors que vous soyez d’origine tunisienne et désireux d’en savoir plus sur vos ancêtres, ou curieux de mieux comprendre les cultures juives de la planète, n’hésitez pas à vous rendre au Centre mondial du judaïsme tunisien. Au programme : accueil chaleureux garanti et dépaysement assuré vers ces contrées tunisiennes ensoleillées.


Centre mondial du judaïsme tunisien
26 rehov Mac Donald, Natanya
www.amit4u.net

© Reproduction interdite - Droits réservés Jerusalem Post

Please LIKE our Facebook page - it makes us stronger