Israël, une nation à la pointe

A l’heure où la crise économique bat son plein, le temps est venu de faire preuve d’imagination et surtout d’innovation.

By ALINE JUILLARD
June 4, 2013 13:36
3 minute read.
Le Roadshow "Telecom Mobile Media" au Collège académique de Tel Aviv-Jaffa.

P20 JFR 370. (photo credit: Ambassade de France)

Cet impératif, Israël l’a bien intégré, lui qui est devenu en 20 ans la nouvelle terre de l’innovation, à l’échelle du Moyen-Orient et du monde. Le célèbre Albert Einstein avait ainsi déclaré en 1922 que le foyer national juif « ne pourra survivre qu’en développant la connaissance et la technologie ». La réalité a rejoint aujourd’hui la prophétie de l’immense scientifique.

Selon les données de la Banque mondiale, les investissements de l’Etat israélien en matière de « Recherche & Développement » sont considérables, représentant 4,4 % du PIB en 2010, pourcentage très élevé, comparé à celui de la France (2,25 % en 2010) ou encore des Etats-Unis (2,9 % en 2008).

Ce qui fait d’Israël la nouvelle terre promise en matière de prouesses novatrices, en particulier dans le domaine des nouvelles technologies et des télécommunications. Limité par sa petite taille et son minuscule marché local, Israël n’a d’autre choix que de s’exporter : le secteur des exportations représente aujourd’hui 45 % de son PIB. Ses principaux partenaires commerciaux se trouvent dans la triade, à savoir les Etats-Unis, l’Asie et l’Europe. Avec, en première ligne, la France. Paris constitue le 9e fournisseur d’Israël, et l’Etat hébreu n’est autre que le 13e client de la France.

La coopération économique avec l’Hexagone est ainsi régulièrement mise à l’honneur et favorisée par le biais de salons ou d’événements d’échanges internationaux que les deux pays organisent conjointement régulièrement.

Le dernier salon en date : le Roadshow « Telecom Mobile Media », s’est tenu le 28 mai dernier au sein du Collège académique de Tel-Aviv-Jaffa.

Ce grand forum itinérant, essentiellement axé sur les filières scientifiques, s’est donné pour objectif de « sensibiliser des entreprises françaises innovantes, telles que Sagemcom ou Eutelsat aux opportunités commerciales du marché israélien des télécoms », par la tenue de rencontres en B2B (« business to business ») : un face à face entre deux représentants d’entreprises différentes souhaitant conclure un accord ou simplement ouvrir les discussions.

Amener la terre vers le ciel 

Pour certains, l’implantation s’est déjà effectuée. Eutelsat, le premier opérateur de satellites en Europe et au Moyen-Orient compte parmi ses nombreux clients – principalement des chaînes de télévision – l’opérateur de télécommunications israélien Golan Telecom, qui a révolutionné la téléphonie mobile israélienne. « Tout ce qui est sur terre, nous l’amenons vers le ciel », explique Sabrina Pluvinage, directrice du développement marketing de l’entreprise.

Selon Eutelsat, l’Etat d’Israël constitue une plaque tournante dans le domaine des télécommunications et des nouvelles technologies, un carrefour entre l’ouest (continent nordaméricain) et l’est (l’Asie), les principaux fournisseurs et clients dans ce domaine.

Pour d’autres, l’implantation reste à entreprendre.

Ubifrance vient en aide aux Très Petites Entreprises (TPE) et aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) françaises qui souhaitent s’exporter à l’étranger, dans une démarche d’accompagnement et de conseil. Frédéric Szabo est président d’Ubifrance en Israël. Sa mission – et celle de son antenne – est de promouvoir les PME françaises sur le marché israélien dans des domaines bien définis tels que la biotechnologie (1er secteur d’emplois en Israël), les nouvelles technologies ou encore les infrastructures (routes, transports, voies ferrées, ports).

Depuis l’ouverture des bureaux d’Ubifrance en 2010 en Israël, le nombre de PME implantées sur le marché israélien a doublé. Afin de résumer son action, Frédéric Szabo explique qu’Ubifrance est « comme une entreprise de mariage » cherchant à unir deux entreprises dans les meilleures conditions et pour le plus grand intérêt de chacun. Et le potentiel est vaste.

Sébastien Adjiman, entrepreneur franco-israélien qui a un pied dans ses deux économies d’origine, présente l’Europe comme l’un des principaux marchés d’Israël. Sa société de conseil Brightstar assiste, elle, les entreprises israéliennes qui veulent s’implanter sur le marché européen. Pour cela, il surfe sur la vague positive du moment. Un vent de changement s’est opéré récemment suite au succès littéraire de l’ouvrage Israel, la nation start-up, de Dan Senor et Saul Singer, consacré à la fructueuse et prometteuse économie israélienne. Face à un tel succès, Sébastien Adjiman envisage même l’ouverture d’une antenne en Asie, pour toujours plus de coopération. 


Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL

Israel Weather
  • 8 - 21
    Beer Sheva
    10 - 21
    Tel Aviv - Yafo
  • 8 - 17
    Jerusalem
    12 - 17
    Haifa
  • 12 - 24
    Elat
    12 - 21
    Tiberias