...Gauche et plus

By MYRIAM KALFON
January 15, 2013 14:27

Avoda et Meretz ne seront pas dans la coalition.




Labor's Yacimovich at Dizengoff Center event

Labor's Yacimovich at Dizengoff Center campaign event 370. (photo credit: Lahav Harkov)

Avoda, rien n’est joué d’avance ! 

On ne présente plus Avoda, parti au pouvoir depuis la création d’Israël jusqu’en 1977. Porte flambeau du camp de la paix, son histoire est tourmentée depuis l’assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin, un soir de novembre 1995. Lors des élections de 2009, il a ainsi subi un cuisant revers, passant de 19 à 13 mandats. Puis, en 2011, Ehoud Barak, alors leader de la formation, fait scission, et entraîne dans son sillage 4 députés pour fonder le parti Atzmaout (Indépendance), dans un contexte de crise parlementaire.

Avec 8 élus, Avoda se retrouve donc au plus bas. Mais le mouvement social de l’été 2011, avec pour fer de lance le désir d’une société plus juste et plus égalitaire, remet le parti sur le devant de la scène.

C’est l’heure de gloire de Shelly Yachimovich. Forte d’une longue carrière journalistique et de 42 lois passées depuis les bancs de l’opposition, la travailliste fait figure de pasionaria sociale. Elle remporte les primaires à l’automne 2011 et galvanise sa formation qui attire les sympathisants en masse. A une semaine des élections, la plupart des sondages lui confèrent entre 18 et 20 mandats.

Yachimovich se distingue de ses prédécesseurs pour faire campagne presque exclusivement sur les questions socio-économiques, au détriment du front diplomatique. Ce qui pousse Amir Peretz, arrivé 3e des primaires du 29 novembre, à claquer la porte avec fracas pour rejoindre Tzipi Livni. Le programme économique du parti, résolument social-démocrate, souhaite augmenter les impôts des sociétés, alléger les taxes de la classe moyenne, lutter contre la corruption et mettre l’accent sur la responsabilité de l’Etat envers ses citoyens. Côté diplomatique, le parti prône la solution à deux Etats avec un retour immédiat à la table des négociations.

Durant la campagne, Avoda a cherché à se positionner comme le seul véritable parti d’envergure face au Likoud, en axant sa campagne contre lui. Avec deux grands slogans : « Avoda. On remplace le pouvoir », et « Bibi, c’est bon pour les riches, Shelly, c’est bon pour moi ». Yacimovich persiste et signe : les questions socio-économiques sont « le talon d’Achille » du Premier ministre sortant, Binyamin Netanyahou.

Contrairement aux autres partis, les Travaillistes refusent d’admettre la victoire du Likoud-Beiteinou et clament partout qu’avec 25 mandats, leur parti sera chargé de former le gouvernement par le président Shimon Peres. Dans le cas contraire, a récemment affirmé Yachimovich après s’être longtemps refusée à le faire, le parti refusera de rejoindre une coalition dirigée par Bibi et restera dans l’opposition.

Paroles de militant 

« Lutter pour une société meilleure » Marco Sarrabia, 53 ans, né à Tunis, a fait ses études en France (Montpellier). Israélien depuis 24 ans, membre du kibboutz Tzova, il travaille dans la recherche et le développement (industrie automobile).

Militant de longue date au parti travailliste, il a choisi de s’engager dans la campagne. Entretien Pourquoi votez-vous pour le parti travailliste ? J’ai adhéré au parti il y a 20 ans, après avoir rencontré Yitzhak Rabin à Tzova lors de la campagne électorale de 1992.

Aujourd’hui, je souhaite continuer le combat incessant pour la paix, pour donner de l’espoir à nos enfants, même si les résultats sont longs à venir. La guerre n’est pas notre destinée. Tous les israéliens sont épris de paix, même les plus extrémistes. J’aspire aussi à une société meilleure, contre les inégalités et la pauvreté, pour la défense des droits des travailleurs, pour le contrôle des prix, pour la responsabilité de l’Etat sur ses citoyens, surtout les plus défavorisés.

Quels sont les points forts et les points faibles du programme du parti selon vous ? Le programme économique est évidemment un point fort et une priorité de base pour le parti. Il est basé sur une idéologie sociale-démocrate pour établir une économie équitable dans une société plus juste, en ne rejetant aucun courant, aucune population, afin de permettre à tous de contribuer au pays et d’accéder au monde du travail.

En ce qui concerne nos voisins palestiniens, nous adoptons la solution de deux Etats pour deux peuples, selon la proposition Clinton. Shelly Yachimovich s’est engagée à soutenir les habitants des implantations, tant qu’un accord de paix satisfaisant ne sera pas signé (contrairement à ce qui s’est passé à Gaza).

A mon avis, seul le sujet de l’Education nationale demande à être approfondi et retravaillé. La société israélienne est très complexe. Il faut adapter les contenus en respectant les sensibilités et les différentes visions du monde.

Quel regard portez-vous sur la campagne ? A titre personnel, quel est votre niveau d’engagement ? Dans les rues, on voit quelques affiches, mais dans l’ensemble tout paraît calme. Certaines personnes semblent même indifférentes. Peut-être ont-elles perdu l’espoir de voir les choses changer ? Aux dernières élections, seulement deux tiers des israéliens sont venus voter. Pour contrer cette tendance, une campagne nationale a été initiée pour encourager les gens à venir voter. Tous les vendredis matin, les militants travaillistes (dont je fais partie) se postent partout dans le pays et parlent avec les passants pour présenter le programme du parti. Les candidats participent aussi à toutes les missions sur le terrain, en plus des débats organisés dans les villes et dans la presse. Personnellement, je suis responsable de la traduction de la page Facebook de Shelly en français et de la préparation du scrutin dans tous les kibboutzim de la région centre.

Croyez-vous que le parti travailliste puisse encore gagner ? Sous l’égide de Shelly, je pense qu’il peut monter une coalition sociale pour établir une société plus juste dans une économie équitable, ce qui est le voeu le plus cher de la plupart des Israéliens. De plus, il a été prouvé que la majorité soutient un accord de paix avec les Palestiniens. Donc le programme du parti est acceptable pour la plupart des partis de centre et de gauche, pour la droite modérée, et surtout pour les religieux.

Quel avenir pour le parti s’il devait rester dans l’opposition ? Contrairement à Kadima qui s’est évaporé, Yachimovich a prouvé que l’on peut continuer à lutter et défendre son idéologie, même depuis les bancs de l’opposition. Avoda a dirigé l’Etat pendant des décennies et il ne va pas disparaitre demain. Au contraire, il se renforcera. 

Meretz : 4 ans pour faire la paix 

Reconnaitre immédiatement l’Etat palestinien et travailler de concert avec les Palestiniens pour remplacer les accords d’Oslo. Tels sont les objectifs de Meretz présentés par Zehava Gal-On. Mardi 25 décembre, la présidente du parti réunissait ainsi la presse pour s’autoproclamer le « dernier vrai camp de la paix ».

Selon son plan en 4 points, Israël devrait négocier avec l’Autorité palestinienne des accords sur la sécurité, l’économie et l’eau. Un remplacement intérimaire aux accords d’Oslo serait en place jusqu’à l’application du traité final. De plus, l’Etat hébreu gèlerait les constructions dans les implantations, libérerait les prisonniers palestiniens et ôterait les points de passage en Judée et Samarie.

Le but de la manoeuvre, selon Meretz ? Obtenir un accord satisfaisant pour les deux partis en 4 ans. Le parti appelle en outre à la fondation d’un « Quartet régional », composé de l’Egypte, l’Arabie Saoudite, la Turquie et la Jordanie et inspiré du Quartet international (Etats-Unis, Union européenne, Onu et Russie). Cette formation superviserait les négociations entre les deux partis et travaillerait avec les délégués de la Ligue arabe pour favoriser la mise en application de l’Initiative de paix arabe de 2002.

Selon le plan, l’accord de paix sera basé sur les frontières de 1967, avec échange de territoires, Jérusalem-est comme capitale du futur Etat palestinien et compromis sur la question des réfugiés palestiniens. Par ailleurs, il prévoit de tendre la main à la Syrie, une fois que la guerre civile y prendra fin et qu’un gouvernement stable y sera établi, et envisage le retour du plateau du Golan en échange d’un traité de paix.

Enfin, ces prévisions comprennent de « continuer la coopération » avec la bande de Gaza, au nom de l’économie et du bien-être de ses citoyens et sans rapport avec le gouvernement de la région côtière.

Meretz, « le camp de ceux qui veulent la paix et croient que la solution est atteignable », est la seule alternative à la politique du « Premier ministre Binyamin Netanyahou, qui nous amènera une troisième intifada », estime Gal-On, pour qui, un gouvernement dirigé par le Likoud-Beiteinou met en danger la solution à deux Etats. Et de lancer : « il n’y a pas de partenaire pour la paix en Israël ».


Related Content

January 21, 2018
Le tour du monde en 200 cartes

By NATHALIE BLAU

Israel Weather
  • 9 - 18
    Beer Sheva
    13 - 18
    Tel Aviv - Yafo
  • 8 - 12
    Jerusalem
    11 - 15
    Haifa
  • 12 - 22
    Elat
    12 - 19
    Tiberias