Macron et la classe politique israélienne

La victoire du candidat centriste sera considérée comme un revers salutaire infligé au populisme

By
April 30, 2017 15:32
2 minute read.
Résultats officiels du premier tour en Israël

Résultats officiels du premier tour en Israël. (photo credit: DR)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For a symbolic $5 a month you will receive access to the following:

  • A user uxperience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section and our monthly magazine to learn Hebrew, Ivrit
  • Content from the award-winning Jerusalem Repor
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Don't show it again

«Impressionnant » : voilà comment les politiciens israéliens qui l’ont déjà rencontré décrivent Emmanuel Macron. Alors qu’il se trouvait en déplacement en Israël en septembre 2015, le candidat centriste, à l’époque ministre de l’Economie, avait eu l’occasion de s’entretenir avec certains membres de la classe politique du pays.

Parmi eux, le ministre de l’Intérieur Arye Déri, qui confirme que Macron lui a fait « grande impression », pointant le charisme, le professionnalisme, l’énergie, mais aussi la sympathie du personnage. Le député du Camp sioniste et ancien entrepreneur dans le high-tech Erel Margalit a déjà rencontré le Français plusieurs fois, précisant que tous deux appréciaient particulièrement d’échanger pendant des heures à propos de nouvelles technologies. « Si Macron est élu, l’économie de la France se tournera résolument vers l’innovation, avec Israël comme partenaire privilégié », assure le parlementaire. « Lors de nos entrevues, Macron m’a demandé comment on bâtissait une start-up nation. Il voulait un conseil sur les politiques gouvernementales à adopter afin de favoriser l’innovation, et nous avons évoqué la possibilité d’une coopération accrue de nos deux pays en matière de cybersécurité et d’agriculture, mais aussi dans le domaine des communications et d’Internet. »

Be the first to know - Join our Facebook page.


Tous derrière Macron

Selon Margalit, le fondateur du mouvement En marche ! croit également à l’innovation comme vecteur de rapprochement et, pourquoi pas, de paix. Lors de sa visite, il se serait montré particulièrement soucieux de promouvoir des projets économiques et technologiques communs entre Israéliens et Palestiniens afin de leur permettre de développer des relations. Pour ce qui est du conflit, affirme le député israélien, Macron est partisan de l’avènement de deux Etats, la solution « win-win ».

Yaïr Lapid, de son côté, a appelé les électeurs à assurer la victoire du candidat centriste sur Marine Le Pen. « Bien que nous n’ayons pas l’habitude d’intervenir dans les élections qui se déroulent à l’étranger, pour cette fois je vais faire une exception », a écrit le leader de Yesh Atid sur Facebook. « Tous ceux qui sont en mesure de voter aussi bien en France qu’en Israël, doivent soutenir Macron face à Le Pen au second tour. Il s’agit ici d’un combat entre une vision centriste saine et un populisme dangereux. En ces jours du souvenir, chacun doit se tenir derrière celui qui est un véritable ami du peuple juif et faire barrage à une candidate qui nie le rôle de la France dans l’extermination des juifs de France. » Relevant que les partis traditionnels de droite et de gauche dans l’Hexagone n’avaient pas passé le cap du premier tour, Lapid s’est félicité que les « formations à l’ancienne, tenantes de politiques poussiéreuses aient été balayées ». Après la victoire de Trump et celle du Brexit, le leader israélien considère la victoire de Macron comme un revers salutaire infligé au populisme.

© Jerusalem Post Edition Française – Reproduction interdite


Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL