Chemins de lumière

D’origine guadeloupéenne, grand éditeur parisien pendant de nombreuses années, Daniel Radford s’est converti avec bonheur au judaïsme il y a vingt ans. Un parcours unique qu’il retrace dans L’Homme aux livres.

By PAULA HADDAD
February 12, 2013 14:44
Chemins de Lumière

1302JFR24 521. (photo credit: DR)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user uxperience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section and our monthly magazine to learn Hebrew, Ivrit
  • Content from the award-winning Jerusalem Repor
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again


L’éditeur qu’il est connaît l’impact de la télévision sur les ventes d’un livre, mais il n’imaginait pas faire lui-même, un jour, l’objet d’un tel engouement en librairies. Enfin, pas tout à fait. En 1993, à l’âge de quarante ans, alors qu’il vient d’obtenir sa conversion au judaïsme, Daniel Radford sort Le Maître-Pièce, inspiré de son enfance en Guadeloupe, un roman vendu à 100 000 exemplaires, un vrai best-seller.

L’Homme aux livres paru en octobre dernier avait, lui, reçu un bel accueil dans la presse, mais il a suffi d’un passage dans Vivement dimanche, l’émission de Michel Drucker pour que la machine s’emballe. La maison d’édition a fait réimprimer le livre et l’auteur reçoit un mail de félicitations toutes les dix secondes, lui qui n’est pas du tout branché nouvelles technologies. « Vous savez quand Joseph est devenu viceroi d’Egypte, il a placé un esclave derrière lui qui lui disait : « N’oublie pas que tu es mortel ! ».

« Disons que recevoir 80 000 messages aussi touchants les uns que les autres, cela fait presque peur ! D’ailleurs j’ai attrapé la grippe » confie avec humour Daniel Radford.

A parcours exceptionnel, récit atypique. D’une exigence rare avec la littérature, l’écrivain qui a été édité pour la première fois, à l’âge de seize ans, offre ici une oeuvre admirablement écrite loin des 1001 ouvrages publiés chaque année. Pour ce qu’il considère comme le « roman d’une vie », et non pas une autobiographie, il a choisi d’écrire à la troisième personne. « Le “Je” étouffe », dit-il, même si le “Il” pourra dérouter le lecteur.

L’homme présente également entre deux confessions, des convertis de l’Histoire, Onkelos, le neveu de Titus devenu traducteur de la Bible, la reine Hélène ou Neburazadan, général de l’armée de Nabuchodonosor. « La plupart ne sont pas représentatifs de ma conversion confie l’auteur, mais à travers mon “personnage intime”, je tenais à raconter ce qui a animé leur âme. Quand on est navigateur, comme je viens des Antilles, je possède chez moi un tas d’appareils, il faut un sextant. Au milieu de la mer, vous vous dites : qui sont ceux qui m’ont précédé ? C’est ce qui m’intéressait aussi de dire dans ce livre, par quel méandre Dieu amène cette deuxième manière d’être juif ».

La découverte de la Bible

Né à Paris, Daniel Radford passe ses premières années à Pointe-à-Pitre, auprès de sa mère aujourd’hui âgée de 92 ans, de son père, et de grands-parents maternels qu’il affectionne particulièrement : Maman Aa et Papa Roro, la clé de son histoire familiale. Il commence jeune sa carrière chez Robert Laffont qui lui apprend son métier, avant de diriger les éditions Stock, Lattès et Ramsay.

Tout Paris courtise « l’éditeur des îles » qui ressemble à un « riche Américain » quand il retourne en Guadeloupe. Lui qui aime tant les livres, « ses maîtres », constate un jour qu’il manque une pièce à son tableau de chasse littéraire. « Le dernier livre que je n’avais pas lu, c’était la Bible, que j’envisageais comme un mauvais roman. Je suis allé rue des Rosiers acheter le livre d’Elie Munk, La Voix de la Thora. Chaque verset était expliqué par le rabbin, j’ai alors compris que toutes les questions que je me posais trouvaient une réponse ».

A cette époque, Daniel Radford sait déjà que son grand-père Papa Roro avait une mère juive ashkénaze, décédée quand il était enfant, grâce à un texte écrit dans un cahier. Une tante détruira l’objet, mécontente de lire cette histoire. Cette révélation, l’homme la garde en lui et lui reviendra comme un signe supplémentaire quand il commence véritablement à s’investir dans le judaïsme. Toutefois, il écrit de son cheminement : « Au fond, aucun changement n’a été opéré, simplement la réalisation d’une existence enfouie qui s’est fait jour ».

Durant dix ans, Daniel Radford étude les textes sacrés et la traduction du Talmud, mange des plats cashers en douce et s’éloigne progressivement du monde de l’édition. Il est épaulé par un homme exceptionnel, Sylvain Kaufmann, ancien rescapé des camps auquel il demande de l’aide.

« Quand je l’ai rencontré, j’étudiais en français, je ne parlais pas l’hébreu. C’est lui qui m’a tout appris. C’était un homme pieux, tout son être était ancré dans la Torah. Le jour, j’étais encore directeur général d’une grande maison d’édition, et, le soir, j’étudiais. Il m’a ensuite présenté au rabbin Daniel Gottlieb, ancien secrétaire particulier du Grand Rabbin Sirat qui est devenu mon mentor ».

Rabbin pour le plaisir

Sur le chemin vers le judaïsme, le doute a pris ses aises, « c’est Sylvain Kaufmann qui est revenu me chercher » précise l’auteur qui a parfois été considéré comme un « exotisme » par ceux qui le croisaient. Il n’y pas si longtemps encore, on chuchotait dans son dos avant que « la lumière druckérienne » ne le révèle au public.

A l’aube de ses quarante ans, celui qui s’appelle le « petit Créole » se plonge dans les eaux du mikvé, une expérience évoquée avec pudeur dans son livre. De mouvance Loubavitch, il obtient le titre de rabbin par le rabbinat d’Israël, pour le plaisir.

Son cheminement vers le judaïsme en a inspiré d’autres.
Il raconte dans le livre cette rencontre improbable, il y a quelques années, dans un parc d’attraction : un Africain qui avait entendu un de ses discours dans une conférence décide de se convertir ainsi que toute sa famille ! Daniel Radford accompagne de temps à autre des candidats à la conversion, « seulement des célibataires, car j’ai beaucoup d’exigence » précise-t-il. Il veut transmettre à ceux qui le sollicitent sa vision du judaïsme. « Ils passent un Shabbat sur deux chez moi ainsi que les fêtes. Le judaïsme n’est pas simplement une connaissance, ni le fait de répéter bêtement une série de brahot (bénédictions), c’est une vie avec des codes qu’il faut comprendre et surtout aimer pour les appliquer. Je veux qu’ils sentent le judaïsme » explique Daniel Radford.

Ni sa mère, ni son frère Pierre dont il était très proche jusqu’à son décès, ne s’intéresseront à leurs origines juives. Mais aucun ne jugera le converti sur son choix. « Ma mère est quelqu’un de libre note l’auteur. Elle fait partie de ceux qui acceptent l’autre tel qu’il est et non pas tel qu’ils voudraient qu’il soit ».

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL