Ein Mata, l’un des secrets les mieux gardés de la vallée d’Eila

Y a-t-il plus agréable que se relaxer dans une source d’eau fraîche en cette période de fêtes ?

By MEITAL SHARABI
October 21, 2014 16:44
2 minute read.
Ein Mata, l’un des secrets les mieux gardés de la vallée d’Eila

Ein Mata, l’un des secrets les mieux gardés de la vallée d’Eila. (photo credit: DR)

Avec le mois de Tichri et un climat clément, rien de tel que de passer du temps à l’extérieur dans la nature.
Dans les collines de Judée, par exemple. Un endroit recommandé : le sentier de César, particulièrement ombragé. Et ses sources rafraîchissantes de Ein Mata et de Ein Tanour.
On peut les atteindre de différentes manières. Le chemin le plus court – qui fait partie du Chvil Israël (Sentier national israélien) – commence à Hourvat Hanout. Les ruines situées juste au-dessus du parking sont appelées Khan Mata. On y trouve une église byzantine, utilisée plus tard par les mamelouks comme auberge pour les marchands venant de Jérusalem. Ses sols, recouverts d’une extraordinaire mosaïque ancienne, méritent attention.
Le sentier est balisé, d’abord en bleu, puis en noir, et il faut suivre ce marquage jusqu’à un petit ruisseau, à traverser en direction de Ein Mata. Le long du chemin, la végétation est relativement luxuriante. De nombreux terrains agricoles ont été aménagés par les locaux des siècles précédents.
Au terme du sentier noir, retour sur la piste bleue, jusqu’à Ein Mata. L’incroyable source est idéalement située à côté d’un vieux figuier. Un endroit merveilleux pour s’arrêter pique-niquer avant de poursuivre vers la seconde source.
Pour atteindre Ein Tanour, il faut retourner sur vos pas le long du sentier bleu, pour repartir avec l’itinéraire rouge qui mène directement à Ein Tanour, puis retour au parking.
La route vers la vallée d’Eila n’est pas longue, mais la meilleure façon de profiter de la journée est d’y passer la nuit. La région regorge de chambres d’hôtes, et à l’inverse du Nord et de sa multitude d’auberges disponibles, la vallée d’Eila a conservé son côté authentique et rural.


Odem Haela
A titre d’exemple : l’auberge Odem Haela, située dans le Moshav Mata. Relativement récente (ouverte il y a deux ans), elle est tenue par Doudou (qui s’avère être le frère du député Shaoul Mofaz). Les deux petites maisons luxueuses à louer se situent sur l’ancien poulailler. Chacune possède minibar, accès à la piscine chauffée, sauna, jacuzzi et kitchenette.
Coût d’une nuit (petit-déjeuner inclus) : 1 250 shekels en semaine, et 1 500 shekels le week-end.


Chez Ofer

Impossible de venir à Mata sans faire un détour chez Ofer Aviv. Cet artiste touche-à-tout doublé d’un chef cuisinier a décidé, il y a quelques années, d’ouvrir son jardin au public. Il y expose ses œuvres, ses bières maison, ses viandes et poissons fumés.
L’histoire d’amour d’Aviv avec la cuisine a commencé quand il était steward et parcourait le monde. Aujourd’hui, à
48 ans (après quelques années de travail dans le high-tech), il prend le temps de réaliser son rêve ultime : servir une nourriture maison authentique à ses hôtes.
Aviv organise des événements et des dîners romantiques dans son jardin. Il a conçu des menus individualisés qui comprennent des viandes et poissons fumés, des salades marocaines et salades de blé, agrémentées de feuilles de vignes farcies et d’une focaccia chaude. En supplément, Aviv propose à ses invités une variété de bières brassées sur place. Pour couronner le tout, la vue depuis son jardin est splendide.
Aviv aime organiser des événements spéciaux pour donner un coup de pouce aux jeunes artistes et aux chanteurs qui débutent leur carrière.
Réservations : 054-791-0480  


Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL