Hors-piste dans le Néguev

Les 35 derniers kilomètres de la piste cyclable du sud d’Israël sont achevés. Une bonne nouvelle pour les sportifs amoureux de la nature, curieux d’histoire et amateurs de sensations fortes

By DARA FRANK
June 3, 2015 14:03
3 minute read.
Mountain bike à Mitzpe Ramon

Mountain bike à Mitzpe Ramon. (photo credit: LAURA KELLY)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user experience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section
  • Content from the award-winning Jerusalem Report and our monthly magazine to learn Hebrew - Ivrit
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later

Le rendez-vous est donné au camp de Beerot à Mitzpe Ramon. Nous nous préparons à tester les 12 premiers kilomètres d’une piste cyclable de 35 km en terrain montagneux.
Reliant Khan Beerot – au cœur du cratère de Ramon (Machtesh Ramon) – à Moa, dans l’Arava, ce dernier segment s’inscrit dans un itinéraire cyclable de 300 km qui s’étend de Mitzpe Ramon à Eilat. Un cycliste moyen met environ huit jours à le parcourir. Une semaine à vélo.

Nous nous mettons en route. Au début, la piste est assez large, au point qu’un véhicule 4X4 peut y passer. Mais quelques minutes plus tard, le paysage change du tout au tout. Il n’y a plus de place que pour un seul vélo de front, et le sentier décrit des méandres à travers des rochers affaissés et les pierres du Machtesh. Le sable est parfois si profond qu’il oblige à descendre de vélo et à passer à pied. Je tombe plusieurs fois, mais on m’avait prévenue : cet itinéraire n’est pas fait pour les âmes sensibles.
Le mountain bike est un sport rigoureux qui exige de la technique, de la force et du cran. L’expérience est à la fois stimulante et exaltante. Les paysages sont époustouflants. Nous nous arrêtons plusieurs fois en chemin pour reprendre des forces et observer la faune, la flore et l’archéologie de la région.
Au terme des 12 km, la piste se révèle très difficile, mais véritablement enthousiasmante.

Be the first to know - Join our Facebook page.


Israël à vélo

« L’avenir du tourisme, ce sont les niches, et nous pensons que le cyclisme dans le désert peut en devenir une de choix », explique Amir Halevi, directeur général du ministère du Tourisme. Le nombre de touristes qui viennent en Israël pour pratiquer un sport augmente ainsi d’année en année. « Le monde du tourisme est en train de changer et les gens recherchent des nouveautés. Nous devons répondre à leurs attentes », explique-t-il.
Le désert israélien est magnifique et les conditions climatiques agréables. Le ministère du Tourisme est donc convaincu que le nouveau circuit représente un produit touristique de qualité, capable d’attirer les sportifs européens et de fournir une alternative aux vacances habituelles.
« Avec la grande qualité de la piste et les sites archéologiques répartis sur le circuit, on ne trouve rien de comparable sur la planète. Des pistes cyclables de cette longueur sont rares dans le monde, inexistantes en Europe. Des circuits sur route, si, mais des pistes réservées aux vélos dans la nature comme ici, non », s’enorgueillit Hillel Sussman, architecte en chef du projet Israel Bike Trail.

Le segment sud devrait ainsi booster la croissance économique de la région et encourager de nouvelles initiatives. Bientôt, tout au long du circuit, on trouvera ainsi chambres d’hôtes, formules de restauration et organisation logistique pour les cyclistes qui l’empruntent.
« Toute cette piste cyclable a été conçue pour les touristes », ajoute-t-il. « Les panneaux sont en anglais et chaque journée s’achève dans un site touristique où l’on trouve des structures d’accueil pour passer la nuit. Chaque section a un thème. Ici, nous nous trouvons en partie sur la route des épices des Nabatéens et l’on peut admirer des ruines romaines et nabatéennes. »
Et ce n’est pas tout. Israel bike Trail entend bien s’étendre sur tout le pays. L’idée est calquée sur le très apprécié sentier de randonnée israélien, l’Israel National Trail ou Chevil Israel. Imaginez : une piste cyclable longue de 1 200 km et constituée de 27 segments, qui traverserait le pays du nord au sud, et offrirait toute une année de vélo. Un projet dont le coût global s’élève à 100 millions de shekels. Quand l’ensemble du circuit nord-sud sera achevé, on pourra aller du Golan au lac de Tibériade, puis à Tel-Aviv et à Massada en deux roues. Avis aux amateurs.

© Jerusalem Post Edition Française – Reproduction interdite

Join Jerusalem Post Premium Plus now for just $5 and upgrade your experience with an ads-free website and exclusive content. Click here>>

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL