L’art et la manière

Tout s’apprend. Tel est le postulat des deux créateurs du Centre de l’art de la séduction, à partir de leur expérience avec le sexe opposé. Ou apprendre aux hommes à parler aux femmes

By
August 1, 2012 15:22
Photo illustrative

tchin. (photo credit: Marc Israel Sellem)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user uxperience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section and our monthly magazine to learn Hebrew, Ivrit
  • Content from the award-winning Jerusalem Repor
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again

C’est une peur qui freine encore de nombreux hommes, bien que peu soient prêts à l’avouer. Une nervosité qui fait disparaître la sensation du temps et tout bon sens lorsqu’un membre séduisant de la gente féminine entre dans leur champ de vision. Que ce soit dans un bar enfumé ou un restaurant chic, dans la file d’attente pour la poste ou à la boulangerie, la seule pensée d’aborder une femme fait frissonner plus d’une échine.



Roman Libin, 29 ans, comprend tout à fait. Durant son adolescence à Ashkelon, il tombait systématiquement amoureux de celles qui semblaient inaccessibles. “A chaque fois, au lycée, il y avait une fille dans ma classe qui me fascinait”, se souvient-il. “ Son visage, sa démarche... Je tombais sous le charme et une véritable obsession commençait. Je cherchais des moyens de l’approcher, de lui parler, j’envisageais mille options. Et lorsque j’avais enfin le courage de l’aborder et de lui dire ce que je ressentais pour elle, avec l’espoir qu’elle me réponde la même chose, bien sûr, cela ne marchait pas”. La méthode s’avère peu probante et Libin et son ami d’enfance, Yigal, tous deux passionnés d’informatique, s’interrogent : en quoi les garçons populaires auprès des filles sont-ils différents ? Pourquoi communiquer avec les femmes est si compliqué pour de nombreux hommes ? Plus ils grandissent, plus ces deux “geeks” autoproclamés sont curieux de la nature humaine. Et se demandent surtout comment améliorer les aptitudes masculines à courtiser la gente féminine. Après avoir étudié le sujet par des lectures, ils s’attaquent à l’expérience de terrain, s’aventurant dans les rues, les centres commerciaux, les bars et les discothèques en notant les méthodes s’avérant les meilleures.
“C’était pour nous-mêmes que nous le faisions au départ”, explique Shtark. “Puis nous avons organisé des rencontres et des stages. On a même ouvert un forum sur Internet. Et de plus en plus d’hommes qu’on ne connaissait pas nous rejoignaient”.

Deux amis qui ont du nez 


Les deux compères flairent alors une opportunité. En 2004, ils fondent ensemble le Centre de l’art de la séduction, une école qui enseigne aux hommes comment devenir les maîtres de l’approche. Ce genre de cours existait depuis plusieurs années aux Etats-Unis, et commençait à attirer l’attention en Europe, mais Israël était encore vierge. “Nous nous y sommes mis parce que cela correspondait à un besoin personnel, mais aussi parce que cela nous a vraiment intéressés”, analyse Shtark. “On se posait des tas de questions et on avait tout autant de problèmes quand il s’agissait de filles. On se disait : Qu’est-ce que je lui dis ? Comment faire en sorte qu’elle accepte de sortir avec moi ?”. Et de continuer : “En surfant sur Internet, on trouve beaucoup d’informations sur le sujet. C’est vraiment le hasard qui a fait que nous ayons développé une société florissante.”

Depuis sa création il y a huit ans, le Centre a formé plus de 8 000 hommes. Shtark, Libin et Tal Lifshitz, qui les a rejoints en 2005 comme directeur-adjoint, ont transmis leur sagesse et formé des instructeurs aux subtilités de l’attirance sexuelle. Les stagiaires étudient les étapes de l’approche, de la conversation, de la séduction et des relations à long terme avec une femme. Les cours joignent la théorie à la pratique avec des “quadrillages” dans les centres commerciaux et autres centres-ville où les élèves s’entraînent face à des femmes choisies au hasard.

Au début, Libin et Shtark n’ont pas été pris au sérieux par leurs familles et amis, considérant que leur doux rêve de séduction les éloignait de vraies carrières. “Mais les avis ont changé une fois qu’on a commencé à gagner de l’argent”, se rappelle Libin. “Le sujet était tellement novateur en 2004 que les gens nous prenaient pour des rigolos. Personne ne croyait que cela pouvait marcher et qu’il y aurait de la demande. Mais nous agrandissant, c’est devenu plus sérieux et les plus récalcitrants ont fini par y croire”.

Tour de force ou séduction forcée ?


Mais si elle s’avère un succès économique, l’entreprise essuie aussi de nombreuses critiques et controverses. En particulier de la part de groupes féministes. Pour ces derniers : les deux jeunes gens promeuvent une approche dégradante des femmes. En décembre 2010, le Centre est sur la sellette : un commentaire, écrit par un stagiaire en août 2006, sème soudain l’indignation sur Internet. Un homme y relate sa rencontre avec une femme tchèque au supermarché. Quand elle accepte d’aller chez lui, il cherche à la séduire avec les techniques apprises en cours. “Les choses ont avancé, croyez-moi. J’ai dû affronter d’innombrables objections, mais j’ai persisté jusqu’au bout”, écrit celui qui signe “Rosso”. Il décrit en détails comment la femme a continué de se dérober et comment il a finalement réussi à la “séduire” et à lui faire accepter des actes dont elle ne voulait pas au début.

Le commentaire circule dans la blogosphère et sur les réseaux sociaux, jusqu’à ce qu’une association féministe dépose plainte pour viol et incitation au viol. Des militantes débarquent au beau milieu d’un cours, scandant : “Non c’est non !” et “Le viol ne me séduit pas”. “La peur de s’entretenir avec une femme, raisonnable et compréhensible, a été transformée par les directeurs du Centre de l’art de la séduction en haine des femmes”, a ainsi écrit une bloggeuse féministe. “Ils ont créé une armée, agissant sur ordres, et lancée dans une campagne de revanche contre les femmes qui les ont rejetés. Ces cours enseignent aux hommes comment attaquer les femmes et ignorer le ‘non’.” Aucune charge ne sera retenue contre le Centre et Rosso, mais la mauvaise publicité a fait son chemin. Pourtant, les fondateurs sont formels : les médias et les féministes n’ont rien compris. “La presse est toujours à la recherche d’un scandale”, assène Shtark. “Ce message sur Internet leur a servi de prétexte pour défrayer la chronique”.

Séduire au-delà du clavier


Libin enchaîne : “Si on se penche de près sur ce que nous faisons ici et ce que nous enseignons, on s’aperçoit que nous sommes assez proches du message féministe. La plupart des agressions des hommes envers les femmes, ou encore des comportements de rustres, ne proviennent pas de techniques de séduction, mais au contraire de frustration engendrée par une absence de savoir-faire. Nous n’avons eu que très peu de cas de comportements irrespectueux parce que nos étudiants savent comment et quand s’adresser à une femme de façon à ce que ce soit agréable autant pour lui que pour elle”.

En dépit des difficultés, Shtark et Libin suscitent toujours autant d’intérêt. A leur grand étonnement. “Au départ, on pensait que notre croissance serait limitée, vu qu’Israël est un si petit pays et que nous nous adressons uniquement aux hommes”, explique Shtark. “On pensait que nous aurions épuisé nos clients potentiels assez rapidement. Mais nous voilà dans notre huitième année d’existence. Et nous visons encore d’autres champs de croissance car nous n’avons pas vraiment encore investi dans la publicité”. Libin est optimiste : les effets délétères des réseaux sociaux sur les relations hommes-femmes vont augmenter la demande, il en est certain. “Ces nouvelles formes d’interactions posent de nouveaux problèmes”, décortiquet- il. “Elles servent de masque ou de façade. Vous pouvez vous cacher derrière un profil Facebook, ou tout autre réseau, mais en faisant cela, vous jouez un personnage. Et vous ne pouvez continuer une fois dans la relation. Vous rencontrez la fille, vous sortez, etc. En la rencontrant, vous ne pouvez continuer à communiquer via un clavier, où vous avez toujours quelques secondes ou minutes pour penser à la bonne réponse. De vive voix, vous n’avez pas le temps de réfléchir, et c’est là que les choses se gâtent”.

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL