« Quand j’étais petite, je n’étais pas grande »

Ce film se concentre sur l’enfance de Rachel Gladstein, 9 ans, entre angoisses enfantines et malices.

By ALINE JUILLARD
May 13, 2013 14:59
1 minute read.
Du vent dans mes mollets, 2011.

JFR P22 370. (photo credit: DR)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user experience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section
  • Content from the award-winning Jerusalem Report and our monthly magazine to learn Hebrew - Ivrit
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again

Adaptation de la bande-dessinée et du roman éponyme de Raphaële Moussafir, Du vent dans mes mollets est un long-métrage touchant et attendrissant. Au moment de la rentrée des classes, on découvre le personnage de Rachel, petite fille de 9 ans introvertie, en proie à des angoisses enfantines. Elle dort avec son cartable, et fait pipi au lit, ce qui pousse ses parents à la protéger davantage. Fille unique, comme sa mère, elle s’ennuie dans l’appartement qu’elle partage également avec sa grand-mère, peu bavarde et compatissante.

Jusqu’au jour où Rachel fait la connaissance d’une petite Valérie, dans sa classe depuis la rentrée, à la personnalité totalement opposée à la sienne. Valérie est enjouée, pleine de vie, peut-être même hyperactive, et commet bêtise sur bêtise. La petite fille malicieuse du film qui va essayer de libérer Rachel de ses angoisses.

Alors entrent en scène les mères. Celle de Rachel, incarnée par Agnès Jaoui, juive d’Afrique du nord surprotectrice, et celle de Valérie, superbement campée par Isabelle Carré, jeune femme naïve et peu sûre d’elle qui réussira à charmer Denis Podalydès, père de Rachel et rescapé d’Auschwitz.

Du vent dans mes mollets est un film attachant et attendrissant, qui flirte parfois avec le fantasque. On se prend rapidement d’affection pour la jeune héroïne Rachel empêtrée, au début du film, dans un rythme de vie qui n’est pas des plus faciles. Les jeux des deux fillettes, pétris d’insouciance et de plaisirs, ravive chez chacun de nous des pans d’enfance, une certaine forme de nostalgie de cette période révolue de la vie.

Caricatures de la maîtresse en pleine classe, premiers émois devant le frère ou la soeur de sa ou son meilleur ami, discussions houleuses avec les parents, dans un élan d’émancipation… Du vent dans mes mollets propose un retour en arrière des plus charmants, qui ne pourra laisser de marbre l’enfant qui se cache dans l’adulte que nous sommes devenus.

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL