Khartoum bombardé

Une guerre déclarée ?

By AMANDINE SAFFAR
October 30, 2012 18:19
2 minute read.
Khartoum bombardé : Israël accusé

Khartoum bombardée 521. (photo credit: Reuters)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user uxperience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section and our monthly magazine to learn Hebrew, Ivrit
  • Content from the award-winning Jerusalem Repor
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again

Les images satellites le confirment, l’explosion du site de Khartoum dans la capitale soudanaise serait due à un bombardement. Les impacts de bombes ont causé des cratères de plus de 15 mètres de diamètre. Israël reste le suspect numéro un selon les autorités soudanaises.

Dans la nuit du 24 octobre, des bombardements ont tué deux travailleurs sur le site de construction d’armes à Yarmouk, zone industrielle au sud de la capitale. Le Soudan accuse Israël d’être à l’origine de l’assaut aérien. Le ministère de la Défense, Ehoud Barak, a refusé tout commentaire à la presse, ne démentant, ni ne confirmant les faits.

Be the first to know - Join our Facebook page.


Le pays africain est connu pour être une fourmilière dans la fabrication d’armes destinées à la bande de Gaza, acheminés via l’Egypte. Après plusieurs explosions, les pompiers ont mis plus de deux heures à éteindre le feu. Quatre chasseurs bombardiers auraient été aperçus venant de l’Est, rapporte Ahmed Belal Osman. Le ministre de l’Information se dit certain qu’ils provenaient d’Israël. En réponse à l’assaut, il précise : “Le Soudan se réserve le droit d’une attaque en retour de ces événements”. En réaction, des activistes se sont rendus devant les locaux du gouvernement en criant : “Mort à Israël” ou encore “Effaçons Israël de la carte”. Et le vice-président Ali Osman Taha s’adressant à la foule d’ajouter : “Cela ne fait que renforcer notre fermeté face à Israël, un pays d’injustices qu’il faut éradiquer”. Il a demandé par la suite à l’ONU de condamner cette attaque au nom de la paix et de la sécurité.

Ces faits font directement suite aux bombardements venant de Gaza vers la région frontalière israélienne d’Eshkol.

L’axe Gaza-Iran-Soudan Selon des informations récentes, l’usine produisait des missiles balistiques “Shehab” pour l’Iran. La vidéo des explosions du raid aérien a ainsi montré de grandes quantités de fusées phosphore éclairantes dans le ciel, ce qui révélerait la présence de missiles. Ce qui est certain, c’est que l’usine d’armement a été construite avec l’aide financière de l’Iran, dévoilant les relations entre Omar al-Bachir et Ahmadinejad.

Par la suite, dimanche 28 octobre au matin, le Hamas a envoyé un nouveau missile longue portée vers Israël en réponse au bombardement soudanais. L’attaque terroriste semblait viser la centrale nucléaire de Dimona.

L’axe Gaza-Soudan-Iran dévoile sa collaboration.



Cependant, l’aide du Soudan vers Gaza est niée par le gouvernement, qui dit n’admettre la fabrication d’armes uniquement selon la loi internationale.

Le site de Khartoum se trouve à plus de 1 900 kilomètres des bases de Tsahal, soit plus loin que certaines usines iraniennes. Israël montre ainsi sa capacité de défense à longue distance. Par ailleurs, l’attaquant a montré sa capacité à détourner la vigilance aérienne soudanaise sur un site pourtant prisé qui devrait être l’objet d’une haute surveillance.

Ce n’est pas la première fois que le Soudan accuse Israël d’être à l’origine d’attaques sur son territoire. Port Soudan avait fait l’objet d’une attaque en mai. L’Etat hébreu a été blâmé. En 2011, un assaut avait tué deux personnes, ainsi qu’en 2009 à l’Est du pays. En 1998, les Etat-Unis étaient à l’origine d’une attaque contre une usine de missiles à El-Shifa.

Selon la puissance américaine, ces armes allaient directement aux mains d’Oussama Ben Laden.

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL