L’Inde et Israël : un plein d’énergie !

Les entrepreneurs israéliens en énergies renouvelables rencontrent la délégation indienne pour une collaboration économique.

By
November 20, 2012 18:07
L’Inde et Israël : un plein d’énergie !

Inde. (photo credit: )

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user uxperience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section and our monthly magazine to learn Hebrew, Ivrit
  • Content from the award-winning Jerusalem Repor
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again

Le mois dernier, experts indiens et israéliens étaient unanimes : l’Inde, avec son immense territoire et ses besoins énergétiques toujours en hausse, devrait constituer le nouvel Eldorado pour les innovateurs en énergies renouvelables israéliens. Ces derniers pourraient y installer et développer leurs compagnies.




Le 16 octobre à Tel-Aviv, des représentants des gouvernements indien et israélien, ainsi que les dirigeants de près d’une cinquantaine de compagnies d’énergies renouvelables, étaient réunis pour discuter de projets très prometteurs.

Ashwani Kumar, scientifique spécialisé dans l’énergie solaire auprès du ministère indien des Energies nouvelles et renouvelables, explique : “L’Inde est un immense pays où 400 millions de personnes n’ont toujours pas d’électricité, et bien qu’elle utilise des énergies renouvelables pour 6 % de ses 200 gigawatts de besoins énergétiques, elle dépend du pétrole pour la majorité.”

De son côté, Vani Rao, chargé d’affaires à l’ambassade indienne de Tel-Aviv, déclarait : “La priorité de l’Inde est, d’une part, de permettre à ses habitants d’avoir accès à l’électricité et, de l’autre, de le faire par le biais des énergies renouvelables. Nous voulons collaborer avec Israël parce que c’est une nation en expansion. De plus, le talent créatif du pays et de ses habitants a été décisif dans notre choix.”

Gireesh Pradhan, secrétaire au ministère des Energies et des énergies renouvelables, a donc visité Israël avec une délégation pour examiner les opportunités de coopération entre les deux pays. Egalement au programme : une table ronde avec les grands dirigeants israéliens de l’industrie.

L’occasion pour Rao de rappeler que l’ambassade d’Inde en Israël, qui vient de fêter ses 20 ans, aspirait à intensifier la collaboration avec le gouvernement israélien dans le futur et que l’un des secteurs qui lui paraissait le plus propice et le plus prometteur était celui des énergies renouvelables.

Le potentiel de l’énergie solaire Pradhan, qui venait en Israël pour la première fois, s’est montré étonné et enchanté du nombre d’innovateurs et d’entrepreneurs en énergies renouvelables intéressés par cette collaboration. Il a souligné l’importance du “partenariat avec des innovateurs en industrie énergétique comme ceux d’Israël. L’Inde est un très grand pays et comme tous les grands pays, il a d’énormes problèmes. Il faut savoir que près de 40 % de notre population n’a pas l’électricité. Le manque d’énergie est donc l’une des difficultés les plus graves et cela peut, soit nous motiver à faire des miracles, soit nous maintenir en arrière.”

La situation est toutefois devenue tellement critique que le ministère indien - seul ministère des Energies renouvelables au monde - est décidé à “faire des miracles” et à fournir à sa population l’accès à l’énergie le plus vite possible. Pour accomplir ce tour de force, à court comme à moyen terme, les énergies renouvelables semblent être la solution clé. Kumar a fait le point sur celles déjà en place : “Sur 25 857 gigawatts, 17 967 proviennent de l’énergie éolienne, 3 412 de la biomasse, 3 434 de l’hydroélectricité et seulement 1 044 de l’énergie solaire. Cette dernière source d’énergie est donc relativement nouvelle en Inde”.

Mais selon Kumar, elle devrait se développer rapidement, comme le prévoient d’ailleurs les futurs plans d’énergies renouvelables du ministère. Ce dernier estime qu’en Inde, le potentiel d’énergie solaire peut s’élever à 30 et jusqu’à 50 mégawatts par kilomètre carré, pour arriver à une capacité totale d’énergie de 10 gigawatts d’ici 2017, et de 20 gigawatts d’ici 2022.

Selon lui, augmenter le nombre d’installations d’énergie solaire ainsi que les structures pour les énergies éolienne, hydroélectrique et de la biomasse, aidera le ministère à parvenir à son but : pouvoir se procurer en 2022 des sources d’énergies alternatives, au même prix que les sources d’énergie conventionnelles. Kumar ajoute que “pour ce faire, le gouvernement indien distribue des subventions, comme celles pour le développement hors réseau d’installations solaires dans des communautés rurales, réduit les frais de douanes, annule les taxes et donne des exemptions pour les importations de machines et matériel associés à l’installation de stations solaires.”

Pradhan lui fait écho : “Dans les cinq prochaines années, le ministère compte installer encore 30 gigawatts d’énergies renouvelables. “Mais”, explique-t-il, “ces installations sont financées principalement par le secteur privé, qui, en Inde, détient les énergies renouvelables. Tandis que le secteur public et le gouvernement prennent en charge les énergies conventionnelles. Or, il y a des terres qui sont inexploitables, sauf pour la construction d’installations d’énergie solaire ou d’autres formes d’énergies renouvelables.

Le gouvernement indien veut donc s’associer avec des pays comme Israël. Votre pays sait innover dans des conditions difficiles. La technologie israélienne, et surtout la capacité des Israéliens à développer des idées originales, sont parfaitement adaptées au défi auquel le gouvernement indien fait face aujourd’hui.”

La synénergie à l’ordre du jour Yifat Inbar, directrice du bureau Inde-Chine et directrice administrative du commerce extérieur au ministère de l’Industrie, du Commerce et du Travail, a assuré aux hommes d’affaires et entrepreneurs assis autour de la table que son ministère était prêt à les aider à saisir de telles opportunités . “Son bureau”, a-t-elle expliqué “peut aider à dialoguer pour accéder au marché indien, à contacter les acteurs locaux et d’une manière générale, à faciliter la communication entre les deux parties.”

Selon elle, le marché Israël-Inde doit continuer à se développer, car, si Israël a pu échapper à la crise financière mondiale, c’est en partie grâce à son commerce avec les pays asiatiques, et en particulier avec l’Inde. Actuellement, les deux gouvernements sont dans un processus de négociation pour arriver à un accord sur la réduction des barrières douanières, afin de parvenir à créer une zone de libre-échange.

Les innovateurs et hommes d’affaires de toute l’industrie des énergies renouvelables se sont montrés enthousiastes à l’idée de créer un partenariat et d’offrir leur technologie. Les représentants de compagnies d’investissement et de toutes les industries de l’énergie solaire et éolienne, et de la biomasse étaient présents, en particulier la compagnie de défense Raphael, qui développe une technologie pour les produits substituts du pétrole. Mais aussi : EnStorage, entreprise de stockage d’énergie ; Arav Power Compagny compagnie spécialisée dans le développement du photovoltaïque ; Ener-T Global, HelioFocus, Solarthermal, spécialisées dans le thermique solaire, ou Solar Edge dans les panneaux solaires.

Daniel Farb, PDG et fondateur de Leviathan Energypour l’énergie éolienne et hydroélectrique a, quant à lui, déclaré : “L’Inde est un pays très important pour le marché des énergies renouvelables. Nous explorons donc activement ces opportunités.” De fait, tous les participants ont exprimé leur enthousiasme sur les partenariats qu’ils comptaient mettre en place à la suite de cette table ronde et de la visite de la plus haute délégation indienne jamais venue en Israël jusqu’à ce jour.

“La synénergie est à l’ordre du jour”, s’est exclamée Anat Bernstain-Reich, vice-présidente de la chambre de commerce Israël-Asie et présidente de l’association pour l’amitié Israël-Inde. “Israël a un besoin en énergies renouvelables et a déjà développé les solutions appropriées. De son côté, l’Inde a les mêmes exigences, à une échelle gigantesque, mais pas de solutions. Israël veut vous offrir son savoir-faire, d’ailleurs si on parle d’énergie, c’est déjà, pour vous, des économies d’énergie, mais c’est surtout une collaboration fructueuse pour nos deux pays.” 

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL