L’Occident et l’Iran jouent les prolongations

La date butoir est arrivée. Mais les puissances occidentales et l’Iran ne sont pas parvenus à un accord sur le nucléaire iranien. Rendez-vous dans six mois, même heure, même endroit

By
November 27, 2014 12:02
2 minute read.
L'Occident et l'Iran jouent les prolongations

L'Occident et l'Iran jouent les prolongations. (photo credit: REUTERS)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user uxperience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section and our monthly magazine to learn Hebrew, Ivrit
  • Content from the award-winning Jerusalem Repor
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again

Quand le malheur des uns fait le bonheur des autres.
Au moment où nous mettons sous presse, quelques heures à peine avant l’expiration de la date butoir officielle des pourparlers entre le groupe 5+1 et Téhéran, aucun accord final n’a pu être signé sur le dossier du nucléaire iranien, tandis que les chefs des diplomaties occidentales travaillaient à une prolongation des pourparlers. Malgré d’intenses tractations diplomatiques, les Iraniens et les Occidentaux devront encore poursuivre leurs efforts pour s’entendre. L’accord intérimaire, signé à Genève le 24 novembre 2013, sera donc prolongé de six ou sept mois.
Ce dernier avait permis de relancer le dialogue/les négociations entre Téhéran et les grandes puissances après 12 années de tensions ininterrompues. L’Iran avait accepté de limiter ses capacités d’enrichissement d’uranium, combustible indispensable à la fabrication d’une bombe atomique, en contrepartie d’une levée partielle des multiples sanctions internationales imposées contre le pays des mollahs depuis 2006.
Benjamin Netanyahou s’est félicité de cet échec : ce n’est un secret pour personne, le Premier ministre israélien était contre la signature d’un accord. Il s’évertue depuis des mois à prévenir la communauté internationale du danger que représente un tel document  qui d’après lui, aurait permis à l’Iran de poursuivre sans entraves son programme nucléaire.
Au contraire, le chef du gouvernement est convaincu qu’il est temps de renforcer les sanctions économiques contre la République islamique. «J’espère que les puissances occidentales ne relâcheront pas la pression sur l’Iran car les sanctions économiques sont la seule chose qui l’ait poussé à la table des négociations», a déclaré lundi le Premier ministre israélien à la BBC.

«L’Iran ne devrait jamais avoir la capacité d’enrichir de l’uranium. Pourquoi enrichir de l’uranium si ce n’est pour fabriquer une bombe atomique? Et personne ne veut qu’un régime médiéval comme celui de l’Iran, qui jette de l’acide sur le visage des femmes, opprime les homosexuels, asservit toute une population, et exporte le terrorisme dans le monde se dote de l’arme atomique», a prévenu Netanyahou.
Malgré plusieurs rounds de négociations acharnées depuis la signature de l’accord intérimaire de Genève il y a un an, les puissances du P5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) ne sont pas parvenues à surmonter leurs désaccords : « Les fossés demeurent importants », a confié un diplomate.
 «Nous faisons le maximum, mais il faut que l’accord conclu soit un accord positif, qui permette de travailler pour la paix», soulignait dimanche soir le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, de retour dans la capitale autrichienne.
«Il est préférable de ne pas signer d’accord du tout que de signer un mauvais accord, qui aurait des conséquences terribles pour le monde entier», a conclu quant à lui le Premier ministre israélien.
Mais tout le monde n’est pas de cet avis. Pour le président américain Barack Obama, l’échec des négociations équivaut à un sérieux revers qui risque d’affaiblir considérablement sa marge de manœuvre. Le Congrès américain, désormais dominé par les républicains, sera moins enclin à faire des concessions lorsqu’il entrera en fonction en janvier. 

Be the first to know - Join our Facebook page.



© Jerusalem Post Edition Française – Reproduction interdite

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL