Rassurer la communauté

Sécuriser les lieux juifs afin d’éviter un nouvel attentat comme à Ozar Hatorah Toulouse ou Hypercacher Vincennes : une priorité du gouvernement français

By BERNARD MUSICANT
January 13, 2015 15:35
2 minute read.
La synagogue de la rue de la Roquette à Paris sous haute surveillance

La synagogue de la rue de la Roquette à Paris sous haute surveillance. (photo credit: REUTERS)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user experience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section
  • Content from the award-winning Jerusalem Report and our monthly magazine to learn Hebrew - Ivrit
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again

Charlie a mis 3,5 millions de Français dans les rues ce dimanche 11 janvier. Mais quelques-uns avaient surtout en tête le massacre de l’Hypercacher à Vincennes, où 4 juifs ont été tués pendant leurs achats de Shabbat. Après les Sandler et Monsonégo à Toulouse, Ilan Halimi, Copernic, Rue des Rosiers, des juifs sont encore morts assassinés parce que juifs.

Lors de la cérémonie à la Victoire, La Marseillaise et la Prière pour la République ont rappelé aux gouvernants de la France l’attachement des juifs à leur patrie, et leurs espoirs d’éradication rapide de cette haine barbare.

Be the first to know - Join our Facebook page.


Dimanche 11 janvier, l’Elysée recevait les représentants du CRIF, du Consistoire, du FSJU et de l’UEJF pour les assurer de moyens importants mis en place. Des mesures pérennes sont attendues pour rassurer les juifs de France dans la lutte implacable contre le terrorisme et l’antisémitisme. Cette fois, le gouvernement français a mobilisé 4 700 policiers et militaires pour protéger écoles juives et synagogues. Le déploiement des forces de sécurité devait être mis en place sous 48 heures.

La communauté espère que ce 11 janvier aura été l’électrochoc qui aura réveillé les esprits contre les dangers de l’islamisme radical et terroriste. Mais que restera-t-il de cette mobilisation d’ici deux semaines, quand les dangers auront été écartés (temporairement) et les morts enterrés ?

Des mesures pérennes ?

La communauté juive affiche son scepticisme et ne cache pas ses craintes de revivre un nouvel épisode de terrorisme d’ici quelques jours ou quelques semaines.

Les juifs de France savent qu’ils doivent aussi – et peut-être avant tout compter sur eux-mêmes. Dans la plupart des synagogues et écoles juives, des volontaires assurent la garde pour filtrer les inconnus et dissuader les visiteurs indésirables. Des équipes qui se sont renforcées sous la direction du SPCJ (Service de protection de la communauté juive) né après l’attentat de Copernic. En dehors des périodes de crise, ces dispositifs sont les seuls moyens dont dispose la communauté pour se protéger lorsque les policiers n’assurent plus de garde statique.



Certes, lors de la cérémonie de la Victoire, en présence de François Hollande, Manuel Valls et Benjamin Netanyahou, le président du Consistoire Joël Mergui et le Grand Rabbin de France, Haïm Korsia, ont appelé la France à une réaction énergique. Reste à espérer que les pouvoirs publics sauront trouver les outils qui leur permettront de redonner à une communauté la possibilité de vivre sur le sol français la tête haute. Jusqu’à ce qu’elle décide de partir.

© Jerusalem Post Edition Française – Reproduction interdite

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL