Chronique du royaume de France, an II

Et si on appliquait le négationnisme aux négationnistes ?

By PIERRE-HENRI WEBER
April 1, 2014 19:05
2 minute read.
p8, jfr150

Vue de la ville d'Alger. (photo credit: Wikimedia Commons)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user uxperience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section and our monthly magazine to learn Hebrew, Ivrit
  • Content from the award-winning Jerusalem Repor
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again

 

C’est vrai, pourquoi le cacher? Nous revenons de loin. Grâce à la sagacité du professeur Raufisson, aujourd’hui, nous pouvons nous sentir enfin délivrés de l’immense bobard qu’on a voulu à toute force nous faire entrer dans la tête : la guerre d’Algérie n’a jamais eu lieu. Abominable et effrayant mensonge. On a voulu nous culpabiliser, on nous a seriné jour après jour l’antiracisme, la haine du colonialisme en montant de toutes pièces cette imposture qu’aurait été la prétendue guerre d’Algérie et ses centaines de milliers de morts. Faux, archifaux, nous assure le professeur Raufisson. Le nombre de tués arabes ou berbères liés à des actes de guerre en Algérie se monte fort heureusement... zéro. Il fallut les patientes recherches de l’universitaire, conjuguées à celles de quelques autres savants tenaces dans le monde pour que la vérité enfin se fasse jour.

Pour ce faire, le professeur Raufisson a mis en lumière ce document accablant intitulé Protocoles des Sages de Riyad où l’on apprend comment le lobby arabe cherche à prendre le contrôle des circuits bancaires et médiatiques du monde entier par le biais de l’argent du Qatar, du Koweït, de l’Arabie Saoudite, des émirats mais aussi d’autres Etats pétroliers. Comment le silence des intellectuels a été acheté, comment l’expression a été bâillonnée. Comment cette imposture intellectuelle, ce faux historique a été bâti pour culpabiliser la France et faire en sorte que l’Algérie en obtienne des accords commerciaux préférentiels, une politique d’immigration plus libérale et des visas, surtout, des visas en plus grand nombre.

Dans ce climat de culpabilisation, le lobby a condamné au silence des intellectuels de haute volée, des historiens et des écrivains de première force en les accusant de racisme et d’islamophobie. Au moyen de l’imposture de la prétendue guerre d’Algérie, on a bâillonné notre pays.

La vérité finira pourtant par triompher du lobby. Elle l’emportera sur le complot qui, depuis Alger, tente de museler notre nation. Un complot mis en pleine lumière avec la diffusion désormais mondiale des Protocoles des Sages de Riyad.

Honneur au professeur Raufisson de l’université de Romorantin (Loir-et-Cher). Mais c’est aussi à un bateleur qu’il faut rendre hommage, l’humoriste limousin Dieu l’a donné Dieu l’a repris qui, il y a dix ans déjà, avait tiré la sonnette d’alarme. Qui avait eu le courage d’inviter sur scène, à ses côtés, le professeur Raufisson. Mal lui en prit d’ailleurs tant le camp de la bien-pensance chercha à le faire taire, tant depuis Alger les antennes françaises du complot (à commencer par la Grande Mosquée) se mirent à convoquer les gouvernants français à leurs ordres.

Cette fois, pourtant, il semble que la terreur n’agisse plus : Dieu l’a donné Dieu l’a repris a trouvé son public...

Cette chronique est dédiée à ce chauffeur de taxi bordelais, d’origine algérienne, qui se montrait sceptique sur la réalité de la catastrophe juive européenne.

 

 

L’auteur est professeur de lettres dans un lycée d’Aquitaine. 

 

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL