Dôme de fer dans le nord

Israël craint les missiles en provenance de la Syrie.

By
January 29, 2013 13:29
1 minute read.
idf iron dome 521

idf iron dome 521. (photo credit: Darren Whiteside/Reuters)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analysis from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user experience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section
  • Content from the award-winning Jerusalem Report and our monthly magazine to learn Hebrew - Ivrit
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later

Dimanche 27 janvier, Tsahal a confirmé le déploiement de missiles de défense du dispositif Dôme de fer dans le nord du pays. Raisons évoquées : la violence qui fait de plus en plus rage de l’autre côté de la frontière syrienne et l’inquiétude de voir les armes chimiques du régime de Damas tomber entre les mains d’islamistes radicaux.

Selon un porte-parole de l’armée, les batteries ont été déployées dans le nord, notamment dans la zone de Haïfa. Des mesures de précautions qui sont monnaie courante, a-t-il toutefois précisé.

Le président syrien Bachar al-Assad est en possession d’une importante quantité d’armes chimiques comme le gaz moutarde ou le gaz sarin. Ces munitions chimiques peuvent être associées à des missiles Scud ou à d’autres artilleries spéciales, et devenir de redoutables armes aériennes.

Dimanche, les rebelles syriens se sont mesurés aux forces du régime dans le sud-ouest de Damas. La bataille s’est déclarée alors que la directrice humanitaire de l’ONU, Valérie Amos, était présente dans le pays, accompagnée d’une délégation venue fournir 1,5 milliard de dollars aux réfugiés de guerre.

Ce conflit, qui se déroule depuis 22 mois, a déjà coûté la vie à 60 000 personnes.

Voilà plusieurs mois déjà que de hauts gradés israéliens préviennent de la menace présentée par la Syrie pour la sécurité régionale, nationale et générale.

La présence à la frontière de forces militaires désorganisées, dont certaines sont affiliées aux mouvements radicaux islamistes-djihadistes, dans les régions où les armes chimiques sont nombreuses, constitue un vrai danger, selon l’establishment militaire. Inquiétude majeure : que les rebelles fanatiques ou le Hezbollah (allié d’Assad) tentent un raid sur les arsenaux d’armes chimiques.

Join Jerusalem Post Premium Plus now for just $5 and upgrade your experience with an ads-free website and exclusive content. Click here>>

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL