Elections des Grands Rabbins : dernière ligne droite

Le scrutin est fixé au 24 juillet. A la dernière minute, Ovadia Yossef remplace un fils par un autre.

By SYLVIE BERG
July 16, 2013 19:37
2 minute read.
Un Yossef peut en cacher un autre

PF OVADIA JFR 370 . (photo credit: Sylvie Berg)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user experience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section
  • Content from the award-winning Jerusalem Report and our monthly magazine to learn Hebrew - Ivrit
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later


Un Yossef peut en cacher un autre. Vendredi 12 juillet, le rabbin Ovadia Yossef, mentor spirituel de Shas, a avalisé la candidature de son fils, le rabbin Itzhak Yossef, à l’élection du Grand Rabbin séfarade. Itzhak est l’auteur du Yalkout Yossef, détaillant la pensée halakhique de son père. Peu après, le bureau du président de Shas, Arié Déri, a fait savoir que Yossef avait appelé les membres de la commission électorale du Grand Rabbinat à voter pour son fils. « Le rabbin Itzhak Yossef est un arbitre de la loi juive, dont les arrêtés sont écoutés en Israël comme à l’étranger », pouvait-on lire dans le communiqué.

Le leader a lui-même expliqué sa décision dans la matinée de vendredi : « il ne fait aucun doute que l’élection d’Itzhak Yossef sera un grand honneur pour les institutions du Rabbinat, dont le rôle essentiel est d’arbitrer la loi juive ».

C’est le frère aîné d’Itzhak, le Grand Rabbin de Holon Avraham Yossef, qui devait pourtant se présenter à l’élection et être soutenu par son père. Mais la police a récemment réouvert une enquête à son encontre pour abus de confiance et conflit d’intérêts, mettant un terme à sa candidature. Itzhak Yossef n’est pas une figure connue du public et n’a encore jamais détenu de position officielle, bien qu’il soit juge rabbinique et doyen de la yeshiva Hazon Ovadia à Jérusalem.

Toujours vendredi, Ovadia a annoncé que Shas soutiendrait David Lau, grand rabbin de Modiin et fils de l’ancien Grand Rabbin d’Israël Meïr Lau, pour le poste de Grand Rabbin ashkénaze.

Selon le site d’information orthodoxe Kikar Hashabbat, des pressions sont désormais exercées sur le rabbin Yaakov Shapira, doyen de la yeshiva nationale-religieuse de Merkaz Harav à Jérusalem, pour se retirer de la course. Shapira, qui représente la tendance conservatrice au sein du mouvement dati-leoumi, espérait jusqu’à présent obtenir le soutien d’amis haut placés pour remporter l’élection. En insistant pour rester dans la c a m p a g n e , Shapira risquerait d’amoindrir les chances du Rav Lau.

Ce qui ferait le jeu du rabbin David Stav, président du mouvement Tzohar, soutenu par HaBayit HaYehoudi ainsi que tous les autres partis de la majorité, à l’exception du Likoud.

Côté candidats séfarades, on retrouve en tête de peloton le rabbin Tzion Boaron, un juge siégeant à la Cour suprême rabbinique et Shmouel Eliyahou, Grand Rabbin de Safed.

L’élection aura lieu le 24 juillet. Tous les candidats ont jusqu’à mercredi 17 juillet à 17 heures pour se déclarer.

 


Join Jerusalem Post Premium Plus now for just $5 and upgrade your experience with an ads-free website and exclusive content. Click here>>

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL