Faut-il tuer les leaders du Hamas ?

Nul ne sait si Muhammad Deif est mort, mais la tentative d’assassinat du commandant militaire du Hamas soulève certaines questions sur l’efficacité de telles attaques

By
August 28, 2014 17:28
2 minute read.
Faut-il tuer les leaders du Hamas?

Faut-il tuer les leaders du Hamas?. (photo credit: REUTERS)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user experience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section
  • Content from the award-winning Jerusalem Report and our monthly magazine to learn Hebrew - Ivrit
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again

Mort ou vif ?

Muhammad Deif, le chef légendaire des brigades Izzadin al-Qassam, la branche armée du Hamas, a-t-il été éliminé au cours d’une attaque ciblée d’Israël ou a-t-il survécu ?

Israéliens et Palestiniens se posent la question depuis les premières heures de mercredi 20 août, lorsque la nouvelle d’une tentative d’assassinat a commencé à circuler. Une semaine plus tard, le flou demeure pourtant, même si l’hypothèse tend vers sa mort probable.

Selon les sites web et le porte-parole du Hamas, Deif est bien vivant. Certains d’entre eux ont même fait une parodie de ce qu’ils décrivent comme une nouvelle tentative d’assassinat manquée de la part d’Israël.

Comme un chat à neuf vies, Deif a survécu à au moins quatre, si ce n’est plus, tentatives du Shin Bet (’Agence israélienne de sécurité) de mettre fin à ses jours. Les responsables israéliens ajoutent, pour leur part, à l’aura de mystère en laissant planer l’ambiguïté. Ils laissent entendre qu’il a probablement été tué, mais n’en sont pas certains, et ne souhaitent pas s’engager plus avant dans une déclaration qu’ils pourraient regretter.

Israël semble attendre un élément d’information supplémentaire. La preuve formelle du Hamas sur ce qui s’est réellement passé à 10 heures le 19 août dernier, quand un avion de l’armée de l’air israélienne a largué cinq tonnes de bombes sur une maison de Gaza, la réduisant à néant et tuant l’une des épouses de Deif et leur bébé, ainsi que quatre membres de la famille d’accueil.

Supposons un instant que Deif ait été tué pendant l’attaque. Quelles seraient les implications et conséquences d’un tel succès ? Gravement handicapé, Deif a survécu à quatre attentats israéliens. Il était, ces dernières années, plus un commandant « d’honneur » de l’aile militaire que son chef par intérim. Il était néanmoins impliqué dans les grandes décisions stratégiques du mouvement, comme la transformation du Hamas en une organisation paramilitaire de bataillons et de brigades (deux des six commandants de brigade ont été tués dans une opération commune du Shin Bet et de l’armée de l’air mercredi soir). Il a également participé aux programmes de tunnels et de roquettes.

Sa mort marquerait des points pour Israël et serait un choc psychologique pour le Hamas. Car la guerre de Gaza se joue davantage sur le terrain des médias, des relations publiques, des images et de la sensibilisation que sur les succès sur le champ de bataille. Chacun des protagonistes rêve d’une « photo de victoire », et la mort de Deif pourrait fournir cette image à Israël.

 

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL