Guerre morale

Journal de guerre d’un reporter au quartier général de l’armée de l’air israélienne pendant l’opération Bordure protectrice.

By
August 7, 2014 10:44
Prestige et professionnalisme

Prestige et professionnalisme. (photo credit: AMIT BAR-YOSEF)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user uxperience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section and our monthly magazine to learn Hebrew, Ivrit
  • Content from the award-winning Jerusalem Repor
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again

«Ici l’armée israélienne. C’est bien Bassem au bout du fil ? » L’officier s’exprime en arabe dans le dialecte de Gaza et parle d’une voix lente et claire. « Oui », répond quelqu’un.

« Ecoutez-moi attentivement, Bassem. Vous avez cinq minutes pour évacuer votre maison, car nous allons la bombarder. Vous avez compris ? » L’homme énonce les faits sans agressivité et il y a de l’empathie, voire de la compassion dans sa voix. « Ce sont des êtres humains », me dira-t-il quand je l’interrogerai un peu plus tard. « Mon travail consiste à tout faire pour les sauver. »

Be the first to know - Join our Facebook page.


Sur un écran, nous suivons en temps réel l’évacuation de la maison en question. « Comptez les gens qui sortent. Comptez-les bien, un par un ! », ordonne le commandant, tendu. « Ça y est, ils sont tous dehors ? » On lui transmet le chiffre et on lui confirme que la procédure a bien été respectée, mais un lieutenant intervient : « On vérifie quand même encore une fois. Si cela permet de sauver même une vie, ça vaut le coup ! »

J’ai passé une longue nuit dans la cellule qui avertit ainsi les habitants de Gaza et réalise un méticuleux travail de vérification, afin que les civils qui ne participent pas aux combats soient épargnés : pour cela, on téléphone, mais on peut aussi envoyer des tirs de semonce sur le toit d’un bâtiment visé avant de lâcher la bombe.

Alors que l’opération Barrière protectrice bat son plein, je suis venu dans le centre névralgique des opérations de l’armée de l’air pour découvrir la culture organisationnelle qui y règne, l’atmosphère et le moral des pilotes durant les opérations. Etant moi-même lieutenant-colonel de réserve, j’ai reçu une autorisation officielle, à condition de me plier strictement aux règles de sécurité opérationnelles et de me conformer aux omissions réclamées. Bien entendu, l’intégralité de ce que j’ai observé ne peut être révélée, mais tout ce que je décris est exact.

A l’intérieur du saint des saints


Quand j’arrive, le bâtiment est noir de monde, surtout des réservistes. A la différence de ce qui se passe dans les autres unités militaires, tout le monde est en uniforme bleu de « Classe A ». Ce qui frappe au premier abord, c’est qu’ils sont tous impeccablement vêtus. Pour qui connaît Tsahal, cela n’a rien d’habituel. Même les réservistes sont tirés à quatre épingles, au point qu’il est difficile de les différencier des officiers de carrière. Il en résulte une impression de prestige et de professionnalisme.
J’ai passé ici une grande partie des années 1990. Je connais tant de monde que j’ai l’impression d’être chez moi : j’échange des poignées de mains et de grandes accolades. Stabilité du personnel et accumulation des connaissances et des expériences représentent des atouts importants pour toute unité militaire.

L’armée de l’air israélienne est une organisation relativement concentrée. Le quartier général opérationnel est un mécanisme puissant dont le rôle est d’appréhender et d’analyser la situation, de confronter les différentes informations reçues, de programmer des opérations, de transmettre des ordres aux escadrons et de surveiller l’exécution des missions à partir de cellules de contrôle déterminées. Cellules qui opèrent de façon simultanée, chacune d’elles se concentrant sur les particularités de sa propre mission. La direction de l’armée de l’air est là pour les coordonner et organiser les sorties massives pour ces opérations de haut niveau.



En passant les contrôles de sécurité pour pénétrer dans ces installations en sous-sol, j’ai déjà eu l’impression d’entrer dans un sanctuaire ; quand je me retrouve parmi ces cellules de contrôle, je me sens vraiment à l’intérieur du saint des saints. Ici, des dizaines de professionnels travaillent en harmonie. Les murs sont couverts d’écrans haute résolution qui présentent des images multidimensionnelles des espaces de combat. Entre celles fournies par les renseignements et les services opérationnels et celles envoyées par les drones et les systèmes de logistique, l’abondance d’informations est époustouflante.

Où le ciel est divisé en « blocs »

On sait qu’il règne généralement au sein des unités opérationnelles un certain humour qui, vu de l’extérieur, peut paraître cruel. Je m’y suis donc préparé, mais à ma grande surprise, je ne constate rien d’autre que des conduites réservées et dignes. Je perçois également une sorte de pudeur que je n’avais jamais remarquée par le passé. L’organisation tout entière a mûri, semble-t-il. Il est clair que l’on se concentre sur les missions et il n’est pas question d’amour-propre ici.

En arrivant, je craignais également de découvrir une bande d’officiers à la gâchette facile, mais je me trompais là encore. Quand une bombe touche sa cible, je vois du soulagement, de la fierté ou de la satisfaction, mais personne ne crie, personne n’exulte. C’est le respect du verset des Proverbes XXIV, 17 : « Lorsque ton ennemi tombe, ne te réjouis point ; s’il succombe, que ton cœur ne jubile pas ».
Dans les années 1990, on attribuait aux combattants du Hezbollah un surnom méprisant. Ce n’est pas le cas aujourd’hui pour les terroristes du Hamas, qui sont seulement des ennemis bien équipés, bien entraînés, sérieux, professionnels et difficiles à combattre.

Je reste ébahi devant l’image de l’espace aérien dans son ensemble. Comment peut-on gérer en toute sécurité un tel nombre d’appareils évoluant dans un espace aussi restreint ? Un officier me montre un schéma en couleur où le ciel est divisé en « blocs » : il y a toutes sortes d’appareils, depuis les hélicoptères volant à basse altitude jusqu’aux avions stratégiques qui se déplacent à très haute altitude. « C’est une force aérienne considérable ! », m’écriai-je. Il sourit fièrement.

L’opération Barrière protectrice est menée par le Commandement sud. Le quartier général de l’aviation, basé à Tel-Aviv, est relié à ce dernier via une équipe de liaison intégrée qui travaille en collaboration avec ses partenaires « verts » (forces au sol). C’est le produit de nombreuses années d’opérations combinées, d’entraînement et de mise en application de leçons apprises au fil du temps. Cela fonctionne de façon impeccable.

Main dans la main


J’assiste à une séance de planification : la cible est étudiée à fond avant l’attaque. Le nombre de détails examinés, le temps et l’attention investis vont bien au-delà de ce que je m’étais imaginé. On consulte des ingénieurs spécialisés pour adapter le type d’armement employé à la cible visée et chaque aspect du tir est analysé scientifiquement : de la direction de l’approche et de l’angle de pénétration, jusqu’au point précis de l’impact, avec le nombre de millisecondes qui vont séparer celui-ci de la détonation, afin d’assurer la destruction de la cible et de minimiser les dommages collatéraux.

En fonction du type d’armement utilisé, on pourra viser avec une infinie précision un individu ou détruire un segment précis d’un bâtiment, comme une chambre ou un étage particuliers, ou encore démolir un immeuble entier.

Des conseillers juridiques du Département de droit international de Tsahal évaluent la légalité de viser la cible étudiée en fonction du droit international des conflits armés. Ils vérifient surtout qu’il s’agit bien d’un objectif militaire, utilisé par le Hamas pour des activités terroristes. J’assiste à un débat : pour moi, la cible dont il est question est tout à fait légitime. Pourtant, la mission sera reportée en attendant qu’un dossier plus solide soit constitué pour autoriser la frappe.

Bien d’autres professionnels interviennent aussi dans la planification de l’attaque, par exemple des météorologues et des officiers du renseignement. Le produit final sera un ordre opérationnel envoyé aux escadrons pour être exécuté.

Ce processus méticuleux et sans compromis est suivi pour chacune des nombreuses cibles attaquées. Bien sûr, il ne concerne pas la prise pour cibles de terroristes repérés au moment même où ils lancent des roquettes.

De nombreuses cibles me paraissent incroyablement proches d’infrastructures civiles. Le Hamas a pris soin de placer ses caches d’armes et ses rampes de lancement tout près (voire à l’intérieur) d’écoles, d’hôpitaux, de mosquées ou d’autres institutions civiles sensibles.

Je suis très impressionné par le travail d’équipe dont je suis témoin. L’armée de l’air israélienne est connue pour être une organisation très hiérarchisée. Durant les opérations toutefois, on travaille main dans la main et l’atmosphère est plutôt à la camaraderie et au respect professionnel.

Actuellement, le personnel opérationnel subit une importante réorganisation, voire une vraie transformation. L’objectif de la manœuvre ? Améliorer l’efficacité opérationnelle et accroître de façon notable la capacité d’attaque, c’est-à-dire le nombre de cibles pouvant être frappées chaque jour. Les aspects techniques ont été revus, afin de faciliter les escales entre deux sorties et de les faire ressembler aux « arrêts au stand » des courses automobiles : le plein est fait et l’avion réarmé pour un nouveau départ immédiat.

Un paradoxe peu commun

Ce n’est pas seulement un problème d’avions et de bombes : l’un des principaux freins aux opérations aériennes a toujours été la capacité des quartiers généraux de programmer et de contrôler, et la nouvelle structure organisationnelle est là pour y remédier.

Dans la guerre moderne, on ne mesure plus le succès au nombre de cibles ennemies détruites, mais au fait que l’on a poussé l’ennemi à s’apercevoir que le combat est inutile. Certains affirment même que les pertes que nous infligeons actuellement n’affecteront pas l’issue de ce « round » de violences, mais influeront en revanche sur les probabilités de survenue du prochain. L’ennemi se souviendra des lourdes conséquences qu’il y a à attaquer Israël et intégrera ce facteur, devenu prépondérant, dans ses calculs.

En regardant tout cela de l’extérieur, on peut avoir l’impression que « le propriétaire est devenu fou », comme on dit en hébreu. Ayant été témoin du mode opératoire de l’armée de l’air israélienne, je dirais pour ma part que c’est exactement l’opposé : il s’agit opérations très mesurées et extrêmement bien programmées.

Le commandement se trouve au cœur d’un paradoxe peu commun : d’un côté, il dispose d’armes considérablement destructrices, de l’autre, il pratique des opérations d’une extrême délicatesse, avec des frappes chirurgicales dans lesquelles il s’applique à éviter les dommages collatéraux et la mort de victimes innocentes. Il est donc important de comprendre que le scénario en place ne reflète en rien ce que serait une campagne de tirs tous azimuts dans laquelle la totalité des capacités de l’aviation israélienne seraient engagées.

Lors de ma visite dans la base, j’ai constaté que chacun est bien conscient des limites de la puissance militaire.
Dans un combat asymétrique, en réalité, l’objectif militaire n’est pas de remporter une victoire décisive, mais d’instaurer une réalité qui permettra aux échelons politiques de façonner un nouvel environnement stratégique.

L’armée de l’air israélienne est une composante clé des capacités à la fois défensives et offensives du pays. C’est une machine de guerre incroyablement meurtrière, mais au cœur de laquelle on trouve le groupe de personnes le plus dévoué à sa cause, le plus professionnel et le plus attaché à la morale que j’aie jamais rencontré.

L’auteur de cet article est un ancien pilote de l’armée de l’air israélienne, fondateur de Cross-Cultural Strategies Ltd. (www.CCSt.co.il) et chef de projet chez CockpitRM.

© Reproduction interdite - Droits réservés Jerusalem Post


Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL