Inquiétante vague de terrorisme dans le Sinai

Aujourd’hui, l’armée israélienne doit faire face à la menace croissante que constitue la prolifération de groupes radicaux, décidés à occuper le terrain.

By
July 9, 2013 15:31
1 minute read.
Un soldat égyptien monte la garde à un checkpoint dans la ville de Rafah, à la frontière égyptienne

P5 JFR 370. (photo credit: Reuters)


En dépit des soubresauts d’une Egypte aux prises avec des troubles de masse et des bouleversements politiques, la coopération sécuritaire entre les armées israélienne et égyptienne – au niveau tactique – reste très satisfaisante. Non seulement l’armée égyptienne cherche à s’attaquer aux terroristes djihadistes radicaux dans la péninsule du Sinaï, mais elle sévit aussi contre les tunnels de contrebande de Gaza. Pour preuve, ces 40 tunnels inondés avec de l’eau d’égout ces derniers jours. Mais l’armée égyptienne ne voit pas ces mesures comme une faveur faite à Israël. Au contraire, elle fait face à une menace commune qui existe sous la forme d’éléments armés radicaux islamistes – basés à Gaza et dans le Sinaï – qui voudraient lancer des attaques sur des cibles en Egypte. Et ces mêmes éléments seraient prêts à attaquer Israël aussi. Le traité de paix israélo-égyptien reste un atout stratégique pour les deux pays, mais le nombre croissant de terroristes affiliés à al-Qaïda dans le Sinaï est bel et bien perçu comme une provocation, visant à saper le traité. Ces éléments sont constitués principalement de Bédouins locaux radicalisés et de djihadistes de l’étranger. Une vague inquiétante qui déferle sur de larges franges de la population bédouine du Sinaï. Les mosquées se multiplient dans les dunes du désert de la péninsule. Ces mouvances radicales comprennent des groupes comme le Ansar Bayt al-Maqdes, qui a revendiqué durant ce week-end la responsabilité de la double attaque à la roquette de jeudi, à Eilat. Les roquettes ont manqué leur cible, atterrissant dans des zones où ni blessures ni dommages n’ont été constatés. Au total, quelque dix projectiles ont été tirés du Sinaï sur la ville balnéaire de la mer Rouge au cours de ces dernières années. Aujourd’hui, l’armée israélienne doit faire face à la menace croissante que constitue la péninsule du Sinaï. Face à cette situation, des efforts sont menés par les forces de sécurité pour améliorer les capacités de collecte de renseignements, pour diminuer les risques d’attaques surprises. Car les craintes d’attentat à la roquette, apparues dès le lendemain du renversement du régime de Mohamed Morsi, sont bien réelles et justifiées.


Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL