Inquiétudes à double sens

Sur fond de guérilla urbaine pro-palestinienne, la communauté juive de France est unie, et plus que jamais solidaire d’Israël.

By BERNARD MUSICANT
July 29, 2014 14:53
3 minute read.
Manifestant parisien

Manifestant parisien. (photo credit: REUTERS)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user experience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section
  • Content from the award-winning Jerusalem Report and our monthly magazine to learn Hebrew - Ivrit
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again

Lors de chaque guerre ou période tragique pour Israël, les Juifs de France se retrouvent derrière l’Etat hébreu et « vivent » les événements par procuration.

Pour cette opération Bordure protectrice, la communauté juive de France vit en permanence entre les médias francophones israéliens et les réseaux sociaux. Elle n’a plus confiance dans les médias français dont la première phrase est souvent « Israël a encore frappé à Gaza », avant de rappeler (parfois) que le pays répond à un tir de roquettes ou une tentative d’attentat.
Les prières pour les hayalim de Tsahal, messages d’encouragements, dons, ont afflué de France vers Israël, comme d’habitude.

Be the first to know - Join our Facebook page.


Pourtant, cette année, c’est de Terre promise qu’on s’inquiète pour les Juifs de France au vu des images et vidéos des manifestations pro-palestiniennes de Paris (Bastille, Barbès, République) ou Sarcelles. L’antisionisme dirigé contre l’Etat hébreu (Mort à Israël, Israël Etat nazi…) se révèle au grand jour, antisémite et antijuif (Mort aux Juifs).

Des synagogues et des commerces juifs ont été attaqués et de jeunes juifs ont été agressés, au nom de la lutte pour la défense de la Palestine. Il suffit d’avoir lu le compte rendu des audiences menant aux premières condamnations pour savoir, si besoin en était, que la Palestine n’est qu’un alibi.

Des hordes d’assaillants ont tenté d’aller au Marais « casser du Juif ». Ils n’y sont heureusement pas arrivés, stoppés par des forces de police tiraillées entre le maintien de l’ordre des manifestations et la protection des lieux juifs. Que les rassemblements aient été autorisés ou non, le scénario se répète : discours à sens unique, culpabilisant Israël et présentant le Hamas en doux agneau innocent, appel à l’humanité pour honnir Israël, puis, pour les plus extrémistes, envie manifeste de traquer les Juifs pour en découdre.

Paris attend son tour

Les plus hautes autorités de la France ont bien senti ce vent mauvais et condamné cet antisémitisme ouvert et violent, le président de la République, le Premier ministre, le ministre de l’Intérieur. Des importantes forces de police ont été déployées pour protéger les lieux juifs et éviter le pire.
Les Juifs de France sont partagés entre confiance et déception envers la République française. Ils ne comprennent pas pourquoi ces manifestations, a fortiori interdites, dégénèrent jusqu’aux violences qu’on a connues dans Paris. Mais ils apprécient de voir des camions de CRS stationner au Marais et les déclarations fermes des gouvernants.



Nombreux sont ceux qui commencent à douter pour leur avenir en France, l’Agence juive affiche complet et agrandit ses locaux de réception. Ariel Kandel, directeur de l’AJPI à Paris, espère un chiffre record de 5 000 olim originaires de l’Hexagone à fin 2014.

La communauté attend un rassemblement de grande ampleur, pour se rassurer d’abord, mais aussi pour montrer sa détermination et son courage. Marseille a réuni 5 000 personnes ce dimanche 27 juillet. Paris attend son tour, mais les institutions juives, à juste titre, préfèrent d’abord sécuriser la communauté par crainte de violences comme on peut s’y attendre.

A ce titre, le SPCJ, Service de protection de la communauté juive de France, est à féliciter pour son sang-froid en cette période où il doit à la fois protéger les lieux juifs, informer la communauté sur les multiples annonces, avérées ou fausses, qui se propagent sur les réseaux sociaux.

On peut cependant constater un fait : l’attachement indéfectible des juifs de France à l’Etat d’Israël n’a pas faibli. Au contraire, les liens familiaux et amicaux ont raccourci les distances entre les deux pays, sans compter sur l’instantanéité des réseaux sociaux.

© Reproduction interdite - Droits réservés Jerusalem Post

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL