Jérusalem, l’enfant gâtée du gouvernement ?

By YAIR ASSAF-SHAPIRA
May 7, 2013 13:13
1 minute read.
East Jerusalem.

east Jerusalem 370. (photo credit: Wikimedia Commons)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user experience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section
  • Content from the award-winning Jerusalem Report and our monthly magazine to learn Hebrew - Ivrit
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again

Jérusalem traîne l’image d’une capitale dont l’activité économique tourne au ralenti, comparée aux autres grandes villes du pays. Beaucoup pensent qu’elle ne génère pas de revenus suffisants et compte donc sur le soutien du gouvernement, qui lui attribue un budget plus important qu’aux autres. Et il est vrai que la contribution gouvernementale au budget municipal n’est pas mince : 1 milliard de shekels en 2010 ! Cette contribution provient en partie d’une subvention spéciale – « l’allocation à la capitale », dont Jérusalem bénéficie conformément à la « loi de Jérusalem ». En 2010, cette subvention s’élevait à 200 millions de shekels.

A titre de comparaison, la contribution gouvernementale totale au budget de Haïfa était de 653 000 shekels, et de 475 000 à celui de Tel Aviv.

Il importe cependant de garder à l’esprit que la capitale est très peuplée : elle compte 3 fois plus d’habitants que Haïfa et 2 fois plus que Tel-Aviv. Pour fournir des services à ses 788 100 habitants, elle nécessite par conséquent un budget plus important.

Tout est grand à Jérusalem, et les revenus autogénérés de la municipalité sont plus élevés qu’à Haïfa, par exemple.

Voilà pourquoi il convient d’examiner les contributions gouvernementales aux budgets municipaux d’après la taille de la population.

Cet examen révèle qu’en 2010, la contribution gouvernementale au budget municipal régulier de Jérusalem équivalait à 1 374 shekels par habitant, alors qu’elle s’élevait à 2 434 shekels par habitant à Haïfa, 1 368 à Rishon LeTsion, ou 1 175 à Tel-Aviv-Jaffa.

Sur la liste des 198 localités du pays (villes et conseils régionaux), Jérusalem arrive à la 164e place seulement.

En d’autres termes, une large majorité des localités reçoivent plus d’argent par habitant que Jérusalem.

Le revenu autogénéré de la municipalité de Jérusalem provient d’abord des taxes municipales, qui lui rapportent 2,5 milliards de shekels, ou 3 194 shekels par habitant. Au total, le revenu de la ville s’élève donc à 3,6 milliards de shekels, soit 4 569 shekels par habitant, un peu plus que le chiffre atteint pour Modiin Maccabim- Reout (4 453), mais nettement moins que pour toutes les autres grandes villes.

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL