L’Aviation traque les terroristes

A l’heure où nous mettons sous presse, Israël avait ajourné l’option d’une invasion terrestre.

By
November 20, 2012 15:41
3 minute read.
L'aviation traque les terroristes

P4 521. (photo credit: Reuters)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user experience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section
  • Content from the award-winning Jerusalem Report and our monthly magazine to learn Hebrew - Ivrit
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again

Pourtant, la veille, le Hamas et le Djihad islamique avaient tiré plus de 130 roquettes sur le Sud en l’espace d’une journée...


L’opération israélienne destinée à enrayer les tirs de roquettes palestiniennes entrait dans son 6e jour, lundi 19 novembre. En une seule journée, l’aviation avait frappé plus de 80 cibles terroristes à Gaza, tandis que le Hamas et le Djihad islamique tiraient 130 roquettes sur Israël.



Depuis le début de l’opération Pilier de défense, ce sont plus de 1 500 cibles qui ont été détruites par l’aviation, dans l’enclave palestinienne. Une centaine de tirs ont également été signalés dans la nuit de lundi à mardi. Parmi les cibles : des tunnels de contrebande souterrains et des bases de lanceroquettes de terroristes du Djihad islamique.

Les villes du Sud ont été à plusieurs reprises victimes d’attaques palestiniennes. Les fréquentes sirènes d’alerte contraignent la population à se réfugier dans les abris d’Ashkelon, Ashdod, Beersheva et autres villes et villages de la région sinistrée.

Deux roquettes sont tombées dans des zones habitées. L’une d’elles a causé des dommages importants à une école d’Ashkelon, fermée en raison du conflit.

Les secouristes du Magen David Adom ont traité 16 patients, lundi, dont une femme de 63 ans touchée par un obus. Sur les 16 patients, 9 sont en état de choc et présentent de sérieux signes d’anxiété, ont indiqué les médecins.

Pour l’heure, les autorités ont soigné plus de 252 victimes depuis le début de l’opération de défense. Trois ont été tuées par une roquette à Kiryat Malachi, et 21 ont été blessés par des éclats d’obus.

Le bilan, à ce jour, reste toutefois encourageant. Dôme de fer a intercepté plus de 20 roquettes dans la journée de lundi, et 350 depuis le début de l’opération.

L’aviation a lancé une frappe aérienne de précision sur quatre principaux terroristes du Djihad islamique, qui utilisaient l’immeuble des médias comme cachette. Les hommes ont été frappés par un missile qui a percuté le 2e étage de l’immeuble. Les terroristes ont été identifiés comme étant Bha’a Abou Ata, Tisir Mahmoud Jabari, Khalil Bahatini et Ramaz Harb.

Ata était membre du Conseil militaire suprême du Djihad islamique ; et le commandant de la brigade de la ville de Gaza.

Il a dirigé des tirs de roquettes sur Israël et supervisé la fabrication et l’importation de projectiles, dont ceux à longue portée Fajr-5.

Jabari était également un membre du Conseil. Il dirigeait des opérations terroristes et orchestrait de nombreux tirs de roquettes sur Israël.

Bahatini était un haut responsable du Djihad islamique, impliqué dans le programme consacré aux projectiles à longue portée.

Harb, de son côté, était un porte-parole de l’organisation terroriste. Ainsi que l’aide militaire d’Ahmed Jaabari, tué la semaine dernière par Israël.

Le Djihad islamique est un organisme basé à Gaza, mais dépendant de l’Iran. Il reçoit ses ordres directement de Téhéran, ainsi que ses armes et les roquettes qu’il tire, et la majeure partie de son financement.

Oublier l’Iran

“Nous sommes au 6e jour de l’opération Pilier de défense”, a indiqué le porte-parole de l’armée, Yoav Mordehaï. “Le commandement et la direction du Hamas ont été grièvement atteints. Nous allons étudier les résultats obtenus. Ces derniers jours, nous avons frappé des lance-roquettes et des dizaines de tunnels de contrebande. Les dépôts d’armes ont été gravement touchés. L’opération se poursuit.”




Et Mordehaï d’ajouter que l’aviation a également frappé des équipements de tirs sur Israël. “L’ampleur des tirs de roquettes est en baisse”, a-t-il conclu.

D’après l’expert dans la lutte contre le terrorisme, Ely Karmon, de l’Institut basé à Herzliya, l’Iran utilise le Djihad islamique pour entraîner Israël dans un conflit “non seulement à Gaza, mais aussi avec l’Egypte, si nous entrons dans l’enclave palestinienne dans le cadre d’une offensive terrestre.”

“Tel est l’objectif des Iraniens : faire oublier au monde leur projet nucléaire.”

“Le Hamas est motivé, à mon avis, par le désir de voir un régime égyptien plus ferme, et clairement de leur côté, qui ouvrira tous les passages frontaliers vers Gaza”, explique Karmon. Et d’ajouter que le Hezbollah pourrait également tenter de lancer une opération au Liban.

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL