Témoignage direct

Mémorial de la Shoah à Paris : conférence d’un « délégué suisse de la Croix-Rouge »…

By ROBERT SPIRA
March 4, 2014 19:43
2 minute read.
P26 JFR 370

Les "Escaliers des condamnés" de Mauthausen-Gusen. (photo credit: Wikimedia Commons)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user experience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section
  • Content from the award-winning Jerusalem Report and our monthly magazine to learn Hebrew - Ivrit
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again

Le délégué explique les très nombreuses difficultés rencontrées pour venir en aide aux détenus dans  l’Allemagne nazie et surtout en Pologne… Surprise de l’assistance. Une femme se lève, et interrompt  l’orateur : « J’étais déportée au camp de Mauthausen-Gusen. Des milliers de mes frères et sœurs y  sont morts, les nazis nous forçaient, entre autres, à porter des charges trop lourdes pour nous dans  des carrières dangereuses ». La dame poursuit d’une voix coléreuse « Vous, les Suisses, vous avez  eu une conduite indigne, dont vous devez rendre compte. Au cours des longs mois que j’ai passés  dans l’antichambre de la mort, pas une seule fois je n’ai vu l’ombre d’un représentant de la Croix- Rouge. Aucun secours, alors que nous étions dans le dénuement le plus total, aucun soutien à notre  détresse sans fond. Vous nous avez complètement abandonnés. »

Elle poursuit : « Quelques jours  avant la libération de notre camp par les troupes américaines, alors que les malades et les morts se  comptaient par milliers, vous êtes enfin arrivés avec quelques camions, qui ont reculé dans la cour,  et du haut de leurs ridelles, vous nous avez lancé des colis comme on jette un os à un chien.  Arrogants, vous n’êtes même pas descendus du véhicule. Pas une poignée de main, pas un mot de  réconfort, vous êtes repartis sous l’œil grognard des gardiens SS de service, qui se demandaient  s’ils n’allaient pas confisquer à leur profit cette manne providentielle. La soirée et une bonne partie  de la nuit suivante, ce fut pire. Nous vous avons vus de loin festoyer dans les bureaux du camp avec  nos tortionnaires SS. Vous buviez et nous vous avons même entendu chanter ensemble. Cette  collusion avec les nazis fut pour nous désespérante. Votre présence ici est une provocation, vous  n’avez pas votre place parmi nous. »

Be the first to know - Join our Facebook page.


L’essentiel de ce qu’a dit cette femme est parfaitement exact, et pourtant. L’intervention de la  Croix-Rouge dans les camps de concentration de prisonniers civils a été trop tardive, mais, dès  1939, l’organisation va demander à de nombreuses reprises aux autorités allemandes la  « permission d’entrer et de visiter » ces camps. Sauf très rares exceptions comme le camp  « modèle » de Theresienstadt, la réponse du ministère des Affaires étrangères était : « Ces  Israélites ont été déportés pour avoir essayé de porter atteinte à la sûreté de l’armée allemande, ils  ne sont pas considérés comme des internés mais comme des criminels… ». C’est l’affaire de la  Gestapo, personne ne peut rien pour eux. (Réponse au comité de la Croix-Rouge datée du 30 mai  1942)

Le témoignage de cette ancienne déportée est identique à ceux de très nombreux prisonniers civils  des nazis. La Croix-Rouge, totalement absente des camps et des ghettos, est très timide à raconter  ce qu’elle a vu dans ses rares visites des camps…  u

Source : 50 idées reçues sur la Shoah, de Marc-André Chargueraud


Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL