Affaire Harpaz : le contrôleur d’Etat publie son rapport

Les conclusions de l’enquête sur le scandale qui a secoué l’establishment militaire.

By
January 9, 2013 11:03
3 minute read.
Boaz Harpaz

Harpaz 311. (photo credit: Channel 10)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user uxperience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section and our monthly magazine to learn Hebrew, Ivrit
  • Content from the award-winning Jerusalem Repor
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again

Le lieutenant-colonel de réserve, Boaz Harpaz, a agi seul. Telle est la conclusion du « rapport Harpaz », publié dimanche 6 janvier par le cabinet du contrôleur d’Etat. Contrairement à de nombreuses allégations, celui qui est présenté comme un franc-tireur aurait fabriqué le faux document, à l’origine du scandale, de sa propre initiative. L’ancien chef d’état-major, le général Gabi Ashkénazi, est donc blanchi des principales accusations qui pesaient contre lui. En revanche, son aide de camp, le colonel Erez Viner, est sévèrement critiqué et pourrait essuyer des poursuites pénales. Dans le camp de Barak, le ministre de la Défense et son proche collaborateur, Yoni Koren, sont eux aussi gravement visés pour avoir tenté de saboter la carrière d’Ashkénazi. Ce dernier est, malgré tout, accusé d’avoir eu « partiellement connaissance » des actions d’Harpaz et d’avoir trop lentement réagi au moment où l’affaire a éclaté. Rappel des faits. Le 6 août 2010, Aroutz 2 dévoile le « Document Harpaz » au journal 20 heures. Un dossier confidentiel censé décrire des manigances pour abusivement nommer le général Yoav Galant en tant que prochain chef d’état-major, et saboter le pouvoir d’Ashkénazi, alors en poste. Ces révélations interviennent alors que Galant fait office de candidat favori à la succession d’Ashkénazi. A l’époque, les relations entre Barak et Ashkénazi sont, notoirement, très mauvaises. Le document est donc successivement attribué aux deux camps, dans le cadre d’un affrontement plus général entre les deux hommes sur les procédures de nominations aux hautes fonctions militaires. Traditionnellement, c’est le chef d’état-major qui soumet une liste de candidats au ministre de la Défense, notamment pour sa succession à la tête de Tsahal. Mais Barak veut contourner cet usage et promouvoir Galant, qui ne figure pas sur la liste proposée par Ashkénazi. La police décrète néanmoins rapidement que le document est un faux. Et que son auteur, qui s’avérera être Boaz Harpaz, souhaitait faussement incriminer Galant pour empêcher sa nomination. Une fois blanchi, le général sera par ailleurs accusé dans un autre scandale autour des terrains de sa maison, où il sera de nouveau acquitté, mais trop tard pour la fonction militaire suprême qui reviendra finalement au général Benny Gantz. 

« Guerre ouverte » 

Quant à l’affaire Harpaz, un rapport du contrôleur d’Etat, rédigé successivement par Micha Lindenstrauss et Joseph Shapira, rend compte d’une longue enquête qui démarre en octobre 2011. Il recueille les témoignages de Barak, Ashkénazi, son épouse Ronit, son aide de camp, Viner, et plusieurs hauts gradés de Tsahal. Selon ses conclusions, Harpaz approche Ashkénazi, qui le connaît, début 2010 et lui affirme être en possession d’informations sur de malveillants projets d’Ehoud Barak à son égard. A l’époque, les deux hommes sont en pleine « guerre ouverte » et le chef d’état-major juge donc ces révélations suffisamment plausibles pour demander à Viner de s’en occuper. Viner et Harpaz travaillent alors de concert jusqu’en août, où le faux document est transmis à la presse. Ashkénazi prend connaissance de ce document au mois de mai et le tient pour vrai, mais demande malgré tout à Viner de s’en tenir à l’écart. « Laisse tomber. N’aie rien à voir là-dedans », lui intime-t-il au téléphone. Il lui demande également de ne pas communiquer ces informations à d’autres hauts-gradés, pour épargner « leur temps et leurs inquiétudes » à ce sujet. Mais le rapport souligne par ailleurs qu’Ashkénazi savait qu’Harpaz rassemblait des informations sur les activités de l’équipe de Barak, et connaissait également le rôle de Viner. Le contrôleur d’Etat reproche également à l’ancien chef d’état-major de ne pas avoir pris contact avec Barak ou Galant au sujet de ces allégations et de ne pas avoir fourni le document Harpaz aux plus hautes instances juridiques, ou encore au Premier ministre. Il aurait dû, avance le rapport, faire plus activement cesser les agissements d’Harpaz et Viner. Le ministre de la Défense ne ressort pas non plus blanchi du rapport. Il est notamment accusé d’avoir cherché à saboter le pouvoir d’Ashkénazi en annonçant, plus de dix mois à l’avance, qu’il ne serait pas reconduit dans ses fonctions une année supplémentaire, alors qu’aux dires du général, ce dernier n’aurait rien demandé. Et lorsqu’un communiqué, repris par Aroutz 1, suggère une telle prolongation, Barak va jusqu’à demander à son porte-parole de démentir l’information auprès de différents journalistes et d’attribuer l’erreur au général de brigade, Avi Benayahou, alors porte-parole de Tsahal. Ce dernier, qui dira plus tard avoir été « profondément humilié », récuse immédiatement ces accusations et refuse d’être entraîné « dans de mesquines calomnies ». En clair, la guerre entre Barak et Ashkénazi a causé de profonds remous dans l’establishment militaire et même, des agissements criminels de la part de leur entourage. De quoi gravement porter atteinte à leurs carrières politiques respectives. 

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL