Annexions en Judée-Samarie : « une conclusion naturelle »

Dani Dayan, ancien chef du Conseil des implantations : « la solution à deux Etats, un leurre ! ».

By SYLVIE BERG
January 21, 2013 11:53
1 minute read.
Yesha Council chairman Dani Dayan

Dani Dayan 311. (photo credit: Courtesy)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user experience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section
  • Content from the award-winning Jerusalem Report and our monthly magazine to learn Hebrew - Ivrit
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later

« La solution à deux Etats n’a jamais existé », affirme Dani Dayan, ancien président du Conseil des communautés juives de Judée- Samarie et de la bande de Gaza. Lors d’une interview accordée à la BBC, le 18 janvier, Dayan estime que la vision politique de l’extrême droite est plutôt réaliste : « Israël commence à comprendre que la solution à deux Etats n’a jamais existé, ce n’était qu’un mirage. Plus on s’en approche, plus on se rend compte que ce n’est qu’un courant d’air. » Poursuivant sur sa lancée, Dayan rejette l’échec des négociations non pas sur Israël, ni sur les habitants des implantations, mais sur le « refus des Palestiniens à l’accepter ». L’ancien chef du Conseil soutient le Likoud et non pas Naftali Bennett, car s’il croit en l’annexion de la Judée-Samarie, une « conclusion naturelle » selon lui, il est conscient que cela n’arrivera pas dans un futur proche.

« La politique est l’art de l’impossible », ajoute-t-il, « on vote pour un parti qui nous ressemble. Je ne sais pas si Netanyahou songe vraiment à la solution à deux Etats ou si c’est seulement tactique », déclare-t-il tout en précisant qu’il appréciait les appels de Bibi à la « paix économique », partie intégrante d’une solution à deux Etats. « J’admire son attitude politique envers les Palestiniens. Ils vivent dans une réalité qu’ils ont créée tous seuls. Nous devons trouver une solution modeste, qui soit bonne pour tous. On peut toujours s’entêter à la solution à deux Etats, Israël doit entreprendre une action offensive pour améliorer les droits de l’Homme concernant les Palestiniens. Chaque check-point fermé me réjouit. Je respecte les aspirations palestiniennes, je les comprends mieux qu’un gauchiste de Tel-Aviv ou de Londres.

Et c’est bien ce qui me fait peur… car leur aspiration finale est de récupérer toute la Palestine », conclut-il à la BBC.

Join Jerusalem Post Premium Plus now for just $5 and upgrade your experience with an ads-free website and exclusive content. Click here>>

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL