Chacun dans son rôle

A peine le gouvernement avait-il prêté serment que l’opposition s’armait au combat. La première réunion de l’opposition a eu lieu lundi matin à la Knesset.

By
March 19, 2013 11:54
1 minute read.
First Knesset opposition meeting

First Knesset opposition meeting 150. (photo credit: Marc Israel Sellem/The Jerusalem Post)

Une table ronde, des idées qui fusent, peu de points en commun. Lundi matin Ahmed Tibi (Liste arabe unifiée Ta’al), Ilan Gilon et Zehava Gal-On (Meretz), Shelly Yachimovich et Itzhak Herzog (Avoda), Eli Yishaï (Shas), Mouhammad Barakei (Hadach) et Yaacov Litzman (Judaïsme unifié de la Torah) étaient réunis autour d’une même mission : l’opposition.

La chef de file de cette troupe qui n’entrera pas au gouvernement, Shelly Yachimovich, a souhaité la bienvenue au nouveau gouvernement, ajoutant qu’elle envisageait de mener un combat de front. « Les travaillistes vont fièrement représenter le peuple dans l’opposition. Nous avons tenu notre parole en refusant d’entrer au gouvernement pour des portefeuilles sans valeur et une politique économique de droite », a écrit Yachimovich sur son profil Facebook, en référence aux invitations de Netanyahou à rejoindre la coalition pour être bénéficiaire du ministère des Finances.

Faisant fi de toute différence de religion, de sexe, de race ou de catégorie socio-économique, l’élue s’est engagée à défendre tous les Israéliens en plaçant en priorité les besoins sociaux, économiques, diplomatiques et civils avant la politique. En outre, elle s’est dite prête à dévoiler les « processus cachés » entre le gouvernement et les riches.

Pour Zehava Gal-On, présidente de Meretz, les choses sont plus tranchées. « Les colons » ont pris le contrôle du gouvernement, y compris des pouvoirs financiers, afin de poursuivre leur politique de colonisation dans les domaines industriel, commercial, et socio-économique, « tandis que le reste de la société souffre », a-t-elle déclaré.

Le député Meretz Nitzan Horowitz a, pour sa part, ajouté : « L’argent et les ressources que Yaïr Lapid a enlevés aux yeshivot seront investis dans la construction de colonies ».

Selon Horowitz, les électeurs de Yesh Atid continueront à se demander : « Où est l’argent ? ». Jadis l’un des slogans de campagne du parti de Lapid


Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL

Cookie Settings