Coalition : rien n’est encore décidé

Difficile d’y voir clair dans le bras de fer qui s’est engagé depuis les élections. Retour sur les principales interrogations.

By GIL STERN STERN HOFFMAN, LAHAV HARKOV ET MYRIAM KALFON
January 29, 2013 14:01
4 minute read.
bibi speaking 521

bibi speaking 521. (photo credit: RONEN ZVULUN / REUTERS)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user uxperience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section and our monthly magazine to learn Hebrew, Ivrit
  • Content from the award-winning Jerusalem Repor
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again

Les partis religieux entreront-ils au gouvernement ? 

C’est la question clé. D’avis général, les résultats du scrutin du 22 janvier confèrent la rare possibilité de former une coalition sans partis ultra-orthodoxes.
Qui plus est, le brûlant débat sur l’enrôlement militaire des harédim met toutes les autres formations, peu ou prou, d’accord. Yaïr Lapid, dont c’était l’un des thèmes majeurs de campagne, a besoin de résultats concrets en la matière pour satisfaire son électorat, vers lequel ont d’ailleurs migré certains électeurs traditionnels du Likoud, effarouchés par la montée en puissance des religieux dans le parti de droite, et fatigués du coutumier « partenariat naturel » avec les formations ultra-orthodoxes.

Seul problème : le Premier ministre Binyamin Netanyahou, qui désire une coalition d’au moins 80 députés pour plus de stabilité, aura sans doute du mal à renoncer à l’alliance avec Shas et Judaïsme Unifié de la Torah (JUT). Un argument repris par les intéressés au cours du week-end. Une source au Shas a d’ailleurs laissé entendre à la presse qu’en privé, Arié Déri et Yaïr Lapid échangeaient de nombreux messages depuis le soir des élections, afin de jeter les bases d’un compromis entre les deux partis, et ce, en dépit des discours belliqueux que tiennent les deux leaders en public.

Dans les rangs du JUT, le nouveau député Méïr Poroush a rappelé la longévité de l’alliance entre Bibi et les partis religieux : « Netanyahou sait qu’il peut compter sur ses partenaires naturels bien plus que sur tout parti qui disparaîtra bientôt de l’échiquier politique. Hier, c’était Tommy Lapid, aujourd’hui c’est Yaïr. Il y a eu le Mouvement démocratique pour le changement et le Parti du centre.

Nous, nous sommes stables et nous existons depuis 64 ans, et Netanyahou sait qu’il ne peut rejeter ses partenaires qui l’ont soutenu depuis si longtemps ».

Le Premier ministre doit, en outre, composer avec une autre exigence de Yaïr Lapid, véritable roi de ces tractations précoalitionnaires : diminuer le nombre de ministres. Yesh Atid milite en effet pour le passage d’une loi limitant tout futur gouvernement à 18 portefeuilles ministériels. Une exigence bien difficile à honorer pour Netanyahou s’il veut, en plus de distribuer le plus de postes possibles pour attirer les partis dans la large coalition qu’il souhaite former, satisfaire ses propres députés qui devront de toute façon se contenter de peu à cause du faible résultat électoral d’une part, et du partage de la liste avec Israël Beiteinou, d’autre part.

A Yesh Atid, on se montre néanmoins flexible sur la question, en posant pour condition que la loi soit votée avant les prochaines élections. D’ici là, si le parti centriste ne siège « certainement pas dans un gouvernement de 30 ministres », décrète-on, il est cependant prêt au compromis. A ce stade, les négociations portent seulement sur les accords entre les partis en vue d’une coalition et non les portefeuilles ministériels à proprement parler. Netanyahou, qui doit effectuer un déplacement officiel aux Etats-Unis début mars, souhaiterait que la composition du gouvernement soit déjà connue à cette date-là.

Naftali Bennett en sera-t-il ? 

Le contraire serait étonnant. Mais, une semaine après le vote, les articles de presse s’accumulent sur les mauvais rapports entre le leader d’Habayit Hayehoudi et Sara Netanyahou, l’épouse du Premier ministre. Le contentieux remonte à l’époque où Bibi était chef de l’opposition et Bennett, son directeur de cabinet. Mme Netanyahou se querellait souvent avec lui au sujet des dépenses, mais également de l’emploi du temps de son mari.

De plus, selon le journal Haaretz, Netanyahou accuserait Bennett d’être à l’origine des fuites qui ont causé le scandale Bibi-Tours. Le Premier ministre est soupçonné d’avoir fait financer de luxueux voyages et vacances à l’étranger pour lui-même et sa famille par des associés financiers à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Une affaire qui devrait faire l’objet d’un rapport officiel du Contrôleur d’Etat dans quelques mois.

En attendant, dimanche 27 janvier, le Likoud tâchait de minimiser le poids de ces intimités personnelles.

« Les motivations du Premier ministre sont purement professionnelles », souligne-t-on dans son entourage.

Dans la même journée, Ayelet Shaked, numéro 3 d’Habayit Hayehoudi et bras droit de Bennett dans l’ancien cabinet Netanyahou, s’est fendu d’un statut sur Twitter pour répéter que ni elle ni son chef de file n’étaient responsables des rumeurs qui ont causé le Bibi-Tours.

Shelly Yachimovich, définitivement dans l’opposition ? 

Dimanche, les divisions internes allaient toujours bon train au parti travailliste. Si la présidente Shelly Yachimovich a, semble-t-il, l’intention de respecter son engagement, annoncé tardivement au cours de la campagne, de ne pas entrer dans un gouvernement dirigé par Netanyahou, d’autres députés du parti voudraient la voir changer d’avis.

C’est du moins ce dont s’accusent mutuellement les numéros 2 et 3 d’Avoda, Itzhak Herzog et Eitan Cabel. Après l’unité affichée pendant la campagne, les résultats décevants du parti (15 mandats) tendent à délier les langues et affûter les couteaux dans le dos de Yachimovich. Certains évoquent ainsi de nouvelles primaires à l’horizon 2014.

Les derniers arrivés, fraîchement élus députés, tendent au contraire à défendre la politicienne et veulent lui éviter de céder à la pression. Une position que défend fermement Mihal Biran, parlementaire depuis le 22 janvier dernier : « Nous nous tenons aux côtés de Shelly et voulons l’aider à achever de réhabiliter le parti ».

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL