Conversions : les opinions divergent

En cette période électorale, réflexions autour de la conversion. Am Shalem défend une conversion facilitée et le mariage réformé : qu’en est-il du Shas et de Habayit Hayehoudi ?

By
January 21, 2013 11:57
3 minute read.
Shas MK Haim Amsalem

Amsalem 311. (photo credit: Marc Israel Sellem)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user experience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section
  • Content from the award-winning Jerusalem Report and our monthly magazine to learn Hebrew - Ivrit
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again

Haïm Amsalem accuse les politiciens du Shas d’ignorer les décisions d’Ovadia Yossef, chef spirituel du parti ultra-orthodoxe, au sujet de la conversion. Selon le leader du parti Am Shalem, la campagne électorale de Shas a mis l’accent sur des conversions strictes. Motif : l’absence d’autorité politique de Yossef au sein de son parti. « Ce n’est plus un secret. Le rabbin Ovadia Yossef ne contrôle plus ce qui se passe autour de lui ces jours-ci », rapportait Amsalem au Jerusalem Post avant les élections. Lorsqu’on lui demande qui est aux manettes du parti à l’origine d’obédience séfarade, ce dernier répond « les Lithuaniens », sous-entendant par-là, les Juifs ashkénazes haredim.

« Les Lithuaniens dominent Yossef »

Amsalem, qui a beaucoup écrit sur la question de la conversion, assure que ses propos plus « tolérants » concernant les non-juifs d’origine juive sont basés sur la pensée de Yossef. « Quand Ovadia Yossef était Grand rabbin, les conversions en Israël étaient les plus rapides au monde.

Un candidat à la conversion pouvait être reconnu converti en quelques jours seulement », affirme Amsalem. Yossef a, dans le passé, parlé publiquement de la nécessité d’un assouplissement des conversions : « Accepter le joug des commandements est essentiel dans ce processus, mais il ne faut pas pousser les convertis trop loin. Il n’est pas bon de leur causer de la souffrance en les rejetant », avait-il expliqué en 2008.

A la surprise de tous, le problème des conversions a joué un rôle important dans la campagne électorale. En plus d’Amsalem, Shas et Habayit Hayehoudi en ont fait un point crucial. Le Shas a mis le sujet à l’ordre du jour en propulsant sur la toile un clip controversé qui sous-entendait que le Likoud- Beitenou légiférerait sur des conversions plus « légères » qui contrecarreraient la loi juive. La campagne du parti s’est portée sur le statu quo en matière de relations entre la religion et l’Etat. La priorité ? Maintenir l’identité juive du pays.

Naftali Bennett et son parti national-religieux HaBayit Hayehoudi entendent eux prendre possession du service des conversions ainsi que du ministère des Affaires religieuses afin de promulguer des réformes « significatives ». La conversion est vue par beaucoup comme la solution à l’expansion des mariages mixtes. Plus de 330 000 Israéliens venant de l’Union soviétique ne sont pas juifs selon la Halakha. La réforme des conversions, en allégeant le processus, simplifiera la question.

Mais les rabbins haredim prennent le sujet d’un autre point de vue : la conversion doit être « méritée », c’est-à-dire que le sujet doit respecter la loi juive à la lettre.

Quid du mariage civil ? 

« Le but principal est de ne pas dégoûter le public en conversion de la religion », affirme pour sa part Amsalem.

Concernant les transports pendant shabbat, le rabbin, plus libéral sur les questions sociales que le Shas, ajoute : « Ceux qui voyagent le shabbat continueront à le faire avec ou sans les transports publics. En somme, que gagne-t-on à tenter d’imposer l’opinion de la minorité sur celle de la majorité ? », se demande-t-il. Par ailleurs, ses propositions de mariage civil sont aussi considérées comme « libérales ».

Sur ce point, le rabbin reconnaît ne pas être pour que l’union civile se répande au détriment du mariage religieux. Mais un couple dont un des partenaires n’est pas juif devrait pouvoir sceller son union : « Si vous n’autorisez pas l’union civile entre un Juif et un non-Juif, vous pensez vraiment qu’ils ne resteront pas ensemble pour autant ? », poursuit-il, et de répondre : « Si, ils le feront. Et tout ce qu’on obtiendra, c’est qu’ils iront se marier à Chypre. Ce n’est pas acceptable que dans un Etat démocratique des milliers de couples doivent aller à l’étranger pour pouvoir se marier. » 

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL