Corrompus : pourquoi sont-ils réélus ?

Un texte de loi prévoit de forcer les maires incriminés à se retirer.

By
October 29, 2013 20:20
2 minute read.

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user experience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section
  • Content from the award-winning Jerusalem Report and our monthly magazine to learn Hebrew - Ivrit
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later

Un des meilleurs moyens pour être élu maire d’une ville israélienne ? Etre mis en examen pour corruption. Telle a du moins été la bonne stratégie pour Shlomo Lahiani (Bat Yam), Itzhak Rochberger (Ramat Hasharon) et Shimon Gafsou (Nazareth Illit). Tous 3 ont été suspendus pendant la campagne électorale par la Cour suprême pour divers crimes financiers. Dans le cas de Lahiani, la suspension a même eu lieu 2 jours avant le scrutin. Mais tous 3 ont été réélus, en tout bien tout honneur, dans leurs municipalités respectives.

Que faut-il penser de ce résultat, moralement parlant ? Et que nous enseigne-t-il sur la façon dont les Israéliens perçoivent le système judiciaire et la Cour suprême en particulier ? On pourrait d’abord répondre qu’après les avoir renvoyés, la Cour, notablement mal à l’aise, leur a néanmoins permis de se présenter à leur propre succession et que la présomption d’innocence a prévalu aux yeux des électeurs.

Mais on pourrait tout autant prétendre qu’entre les élus et la Cour, le public a tranché en faveur des premiers aux dépens de la seconde. Une analyse à prendre en considération. Voilà près d’un an que l’instance suprême est régulièrement malmenée, attaquée de tous bords pour ses arrêtés sur des sujets aussi sensibles que les implantations et les émigrants en situation irrégulière. L’image des magistrats a également été écornée par différents scandales et les récents propos du président de la Cour suprême lui-même, Asher D. Grunis ; il a laissé entendre que certains juges en exercice étaient de « véritables bombes à retardement » prêtes à exploser au visage de la justice.

Tout n’est pas perdu


Enfin, une autre réponse, plus troublante, ne peut être écartée : les électeurs seraient prêts à fermer les yeux sur des scandales de corruption, voire même des peines de prison, tant que les candidats sont charismatiques et sympathiques. Le retour réussi d’Arié Déri, après une peine de prison et 7 ans d’interdiction de se représenter, pourrait en attester. Cet état de fait représente un véritable camouflet pour la justice et, en particulier cet arrêté de la Cour suprême datant de 1993, au cours duquel le président Aharon Barak avait déclaré : « La pureté d’esprit est le fondement du service public et de l’Etat ».

Ses répercussions sur l’avenir de la politique israélienne sont également inquiétantes. Tout n’est cependant pas perdu. Actuellement à l’étude, une future loi pourrait forcer les maires officiellement mis en examen à démissionner. De plus, le Mouvement pour une gouvernance de qualité en Israël a saisi la Cour suprême dès mercredi 23 octobre afin de faire renvoyer les élus incriminés.

Dans le cas de Lahiani, son procès a débuté dimanche 27 octobre et devrait au moins durer jusqu’en juin 2014, à raison de 3 audiences par semaine. Les magistrats le laisseront-ils exercer jusque-là ? Réponse dans les semaines à venir.


Join Jerusalem Post Premium Plus now for just $5 and upgrade your experience with an ads-free website and exclusive content. Click here>>

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL