Ils font leur rentrée !

Les élus ont accompagné les enfants pour la première journée des classes.

By LAHAV HARKAV
September 2, 2013 18:34
3 minute read.
Le président Shimon Peres, main dans la main avec les élèves pour le premier jour d`école.

p6 350. (photo credit: GPO)

Ils sont toujours en vacances, et pourtant... Les élus israéliens ont encore 6 semaines avant de reprendre le chemin de la Knesset, mais ils étaient nombreux, mardi 27 août, à accompagner les enfants pour leur premier jour d’école. Le Premier ministre Binyamin Netanyahou s’est rendu au Gan Avivit, à Netanya. Et a évoqué ses propres souvenirs de bac à sable. « J’y ai appris à penser hors des sentiers battus », a-t-il souri. Avant d’ajouter plus cérémonieusement : « Tous mes vœux aux 290 000 enfants qui bénéficient d’une éducation gratuite grâce au gouvernement et qui se rendent dans de merveilleuses maternelles comme celle-ci, ainsi qu’aux parents qui économisent entre 8 000 et 20 000 shekels par an ».




Bibi s’est ensuite rendu dans un établissement nommé en l’honneur de son frère, Yoni Netanyahou, toujours à Netanya. Aux côtés de la maire de la ville Miriam Feirberg et du ministre de l’Education Shaï Piron, le Premier ministre a déclaré que son frère aurait sans doute été ému de voir les jeunes enfants étudier le sionisme. « Chacun d’entre vous peut exceller à sa façon. Il faut toujours hisser l’étendard de l’excellence le plus haut possible ! », a-t-il lancé. Et d’enseigner aux élèves de Kita Aleph comment écrire la célèbre citation de Herzl : « Si vous le voulez, ce ne sera pas un rêve ».

De son côté le président de la Knesset Youli Edelstein a donné un cours de civisme aux lycéens d’Abou Gosh, pour leur première journée de cours. L’élu a expliqué avoir choisi cette ville pour faire preuve de son soutien envers les habitants du village arabe et de condamner les attaques vandales du « prix à payer » qui y ont eu lieu au début de l’été.

« Rien ne vaut Israël » 


Sur Facebook, certains élus ont misé sur la nostalgie, postant des images d’eux-mêmes au cours préparatoire. Tzipi Livni s’est prêtée au jeu, dévoilant le même carré blond qu’aujourd’hui. Et de confier que son ancienne école à Tel-Aviv a depuis été transformée en café. « Je me souviens encore de ce premier jour d’école et de la peur de l’inconnu qui m’étreignait le ventre », a-t-elle écrit. « Des années plus tard, lorsque j’ai accompagné mon fils aîné, j’ai eu encore plus peur. Je souhaite une année enrichissante aux enfants comme aux parents. Et le plus important, comme l’avait dit ma mère à ma professeure de mathématiques, c’est de devenir quelqu’un de bien ».

La vice-ministre des Transports Tzipi Hotovely, en charge des campagnes de sécurité routière, s’est souvenue de son excitation à être brigadière routière en classe de sixième, postant une photo d’elle dans son uniforme d’écolière.

Le ministre de l’Economie et du Commerce Naftali Bennett a lui aussi évoqué des souvenirs heureux en postant une photo de lui fort d’une belle crinière châtain, aujourd’hui disparue. « Rien ne vaut Israël », a-t-il ensuite écrit après avoir accompagné sa fille Michali pour sa première journée d’école. « Pour la cérémonie d’accueil des CP, les enfants se tenaient sous les talithot tenus par les papas et nous les avons bénis. Il y avait des enfants d’Israël, de France, d’Ethiopie et des Etats-Unis. Certains venaient juste de faire leur aliya. A la fin, nous avons chanté Ani Maamin et Hatikva. Rien ne vaut Israël, tout simplement rien. » Quant au ministre de l’Intérieur Guideon Saar, il a également accompagné sa fille en classe, se déclarant heureux de pouvoir le faire après avoir passé plusieurs années à encadrer d’autres enfants en tant que ministre de l’Education.

Enfin, la présidente travailliste Shelly Yachimovich a confié aux élèves de l’internat Jabotinsky à Beer Yaacov avoir été renvoyée de son lycée à Raanana pour avoir collé des affiches qui se moquaient du principal, de nuit avec une bande de copains. L’élue a dû finir sa scolarité en pension. « Je souhaite aux élèves, aux professeurs et aux parents une bonne année. Une année d’apprentissage, de création et de contribution. Une année où les moments de satisfaction dépasseront les moments d’abattement. »

 



Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL

Cookie Settings