La barrière sud : objectifs accomplis

Lors de sa visite à la frontière Sud du pays, Netanyahou complimente les soldats pour la construction de la barrière de sécurité. Demain : le Golan.

By
January 9, 2013 11:30
1 minute read.
La barrière sud

0901JFR07 521. (photo credit: Moshe Milner/GPO)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user experience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section
  • Content from the award-winning Jerusalem Report and our monthly magazine to learn Hebrew - Ivrit
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again

Selon Binyamin Netanyahou, la barrière de sécurité construite à la frontière avec l’Egypte aurait atteint ses objectifs : endiguer le flot de migrants africains en provenance du Sinaï. Visitant l’unité de Tsahal en charge de la construction, Netanyahou a félicité les militaires par ces mots : « Nous n’avions pas vu d’exploit d’ingénierie de la sorte en Israël depuis les grands jours du roi Hérode ». Et pour cause, 1,6 milliard de shekels ont été débloqués pour ce projet qui a mobilisé 45 000 tonnes d’acier, et 1,67 million d’allers-retours de camions. La barrière consiste en une clôture d’acier de 5 mètres, une haie de fil de fer barbelé, un chemin de sable, et des infrastructures de communications, y compris des points de collecte d’informations, des caméras et des radars. S’étendant sur 230 km, le barrage forme un rempart le long du désert du Sinaï. Il serait temps désormais, selon le Premier ministre, de reproduire le schéma le long du Golan, à la frontière avec la Syrie, et plus tard, sur la partie orientale du pays. « Je pense que le succès nous encourage à entreprendre nos travaux sur les autres frontières. A l’avenir, nous fermerons toutes les frontières d’Israël », a ainsi affirmé Bibi. Le vice-chef d’état-major, Yaïr Naveh, a déclaré publiquement qu’une barrière similaire était en cours de construction afin de « préempter la possibilité d’attaques terroristes contre des communautés sur le plateau du Golan ». Elle devrait être terminée d’ici le milieu de l’année 2013. Néanmoins, une autre barrière de 13 km attend de voir le jour en terrain montagneux près d’Eilat. Lorsque cela sera parachevé, dans environ trois mois, la longue frontière de Kerem Shalom, où le Sinaï et Israël rencontrent la bande de Gaza à Taba, sur la mer Rouge, sera scellée. Pour Netanyahou, la clôture a deux objectifs principaux : arrêter le flot de migrants africains vers Israël et enrayer une menace stratégique pour le pays. Selon le Premier ministre, quelque 2 300 personnes traversent la frontière chaque mois. Ce nombre a chuté à 36 en décembre, dont pas un seul pour la dernière semaine, ce qui n’était pas arrivé depuis 2006. Et de renchérir : « Il y a près de 60 000 migrants africains en Israël, 40 000 d’entre eux viennent de l’Erythrée et du Soudan, pays vers lesquels Israël est incapable de les expulser. »

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL