Le saviez-vous ?

Salaires, parité, diplômes… La future Knesset en quelques chiffres.

By SYLVIE BERG
January 15, 2013 13:31
3 minute read.
Yesh Atid party list event

Yesh Atid party list event 370. (photo credit: YONAH JEREMY BOB)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user experience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section
  • Content from the award-winning Jerusalem Report and our monthly magazine to learn Hebrew - Ivrit
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again


Un tiers des députés encore en poste pendant une semaine ne devrait pas être renouvelés dans leurs fonctions. En clair, entre 40 et 47 d’entre eux devront quitter l’hémicycle de la Knesset. C’est Kadima qui détient le record de parlementaires vraisemblablement non réélus. Sur ses 28 mandats actuels, 24 tourneront le dos au parlement.

En second, vient le Likoud. 8 députés ne retrouveront pas leurs fauteuils à la Knesset. Chez Israël Beiteinou, ils seront 5 à prendre la porte ; et 5 également chez Atzmaout (Indépendance), faction d’Ehoud Barak qui ne se représente pas.

Côté travailliste, le député Daniel Ben-Simon est 21e sur la liste du parti : à en croire les derniers sondages conférant entre 18 et 20 sièges à Avoda, son sort est donc en suspens.

Sur le total des candidats qui ne seront sans doute pas de la prochaine Knesset, 17 ont abandonné la course depuis l’annonce des élections en octobre. En revanche, 15 députés toujours en lice se présentent sur une autre liste que celle qui les a portés au pouvoir lors du dernier scrutin.

C’est surtout le cas pour les parlementaires de Kadima qui, sentant leur parti vaciller, sont partis tenter leur chance ailleurs : à Avoda, chez Tzipi Livni ou encore au Likoud.

Habayit Hayehoudi est le plus jeune parti, avec une moyenne d’âge de 48 ans. Viennent ensuite Yesh Atid et le Likoud, 51 ans, puis Avoda et Shas, 52. Enfin, le parti de Tzipi Livni a une moyenne de 53 ans. Les Travaillistes se distinguent en comptant à la fois la candidate la plus jeune (Stav Shafir, 27 ans) et le candidat le plus âgé (le député Binyamin Ben- Eliezer, 76 ans).

Shas est le parti le plus religieux : tous ses candidats le sont. Chez Habayit Hayehoudi, 14 sur 15 candidats sont pratiquants. Ils sont 6 au Likoud, 2 dans le top 10 de Yesh Atid, 1 chez Tizpi Livni et 0 à Avoda. Au total, un quart des futurs députés seront religieux.

Côté parité, Yesh Atid se démarque avec le plus grand nombre de femmes, dont 4 parmi les 10 premiers candidats.

Tzipi Livni et Shelly Yachimovich peuvent, elles, se targuer de conduire une liste à 30 % féminine. Le Likoud et Habayit Hayehoudi se situent à 20 % et 25 % respectivement, et Shas est composé uniquement d’hommes. A ce jour, sur les 836 parlementaires qui ont un jour siégé à la Knesset, seuls 93 étaient des femmes.

Yesh Atid possède également la liste la plus diplômée. Si Yaïr Lapid n’a pas obtenu son baccalauréat, tous les autres candidats en lice ont au moins une licence universitaire.

Au Likoud et chez Tzipi Livni, ils sont 90 % de diplômés, et 80 % chez les Travaillistes. Du côté de Naftali Bennett, ses candidats sont 68 % à avoir décroché un diplôme, tandis qu’ils sont seulement 33 % chez Shas.

Enfin, parmi les hommes d’Etat, c’est le président Shimon Peres qui détient le meilleur salaire. Après l’augmentation annuelle du 15 janvier, sa rémunération est de 53 457 shekels. Il est suivi par le Premier ministre, qui gagne 46 613 shekels. Les ministres, le gouverneur de la Banque d’Israël, Stanley Fisher, et le contrôleur d’Etat sont rémunérés à 41 868 shekels par mois. Les députés de la Knesset sont, eux, payés 38 296 shekels mensuels.

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL