Représenter tout le peuple d’Israël

Entré dans la course pour la présidence du parti Habayit Hayehoudi, Naftali Bennet a un programme chargé

By YOEL MELTZER
August 1, 2012 16:01
Rencontre avec des étudiants à Nazareth

rencontre. (photo credit: DR)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user experience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section
  • Content from the award-winning Jerusalem Report and our monthly magazine to learn Hebrew - Ivrit
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again

Naftali Bennet est entré de plain-pied dans l’arène politique.




Pour devenir l’une des personnalités politiques les plus intrigantes du moment. A 40 ans, son curriculum vitae comprend des success-story dans de multiples domaines : commandant de brigade d’une unité d’élite de l’armée, chef de cabinet de Binyamin Netanyahou lorsque celui-ci menait l’opposition, président du conseil de Judée-Samarie, cofondateur de My- Israel, plus grand mouvement national sioniste d’Israël, fort de 80 000 membres, et, plus récemment, fondateur du mouvement Yisraelim qui a pour ambition d’attiser les valeurs sionistes auprès des jeunes de centre-droite.

Mais s’il est engagé, l’homme est aussi d’affaires, devenu millionnaire en 2005 avec la vente de sa startup Cyota, pour 145 millions de dollars, et vient de faire un don de 160 000 shekels à son parti pour sa propre campagne. L’annonce de son entrée officielle en politique a suscité l’attention de nombreux observateurs. Rencontre avec un politicien d’un nouveau genre.


■ Après des mois de spéculations, rumeurs politiques et courtes interjections en direct, vous avez finalement décidé de vous porter candidat pour la présidence du parti Habayit Hayehoudi (Le Foyer juif) lors des prochaines primaires. Pourquoi cette option ? N’aurait-il pas été plus simple d’intégrer le Likoud ?

Le camp national a disparu. Le Likoud était autrefois un groupe national. De nombreux membres de la c o m m u n a u t é n a t i o n a l - r e l i - gieuse - dont moi - ont énormément travaillé à faire de Netanyahou le Premier ministre. Pourtant, une fois élu tout a changé : Ehoud Barak a empoché le ministère de la Défense, en charge de la Judée et Samarie, puis le gel des constructions a affecté 350 000 personnes. Il faut former un grand camp national avec Habayit Hayehoudi comme noyau. Pour reconstruire le camp national, il faut travailler ensemble avec des partenaires traditionnels et laïcs. C’est notre seule option.



Pour l’instant, nous ne disposons que de trois sièges à la Knesset. C’est pour cette raison qu’aucun député national-religieux ne participe à la prise de décisions et que le parti est exclu des portefeuilles-clés - ministère de la Défense, des Affaires étrangères, des Finances, ou même Premier ministre. Nous n’avons aucun membre qui siège à la Shminiya (cabinet fermé du gouvernement qui comprend 8 ministres). C’est comme si nous n’existions pas. Nous ne sommes pas pris en considération. Et l’unique moyen pour que cela change, c’est de devenir plus puissant. Pour mener et non rester sur le banc de touche, il nous faut 15 sièges à la Knesset.


■ Imaginons un instant que vous deveniez le nouveau président d’Habayit Hayehoudi, quelle direction donneriezvous au parti ?

Se tourner vers l’extérieur et cesser le sectarisme serait ma ligne directrice. Ceci implique qu’il faut s’occuper des membres du conseil religieux de Hadera mais également de se consacrer à des sujets fondamentaux comme les écarts socio-économiques, la domination de la Cour suprême, la situation du Néguev et de la Galilée où nous perdons nos terres nationales. Nous avons également besoin d’inculquer une bonne et forte identité juive et sioniste à tous les enfants d’Israël, pas seulement aux religieux. En d’autres termes, nous devons arrêter de nous replier sur nousmêmes et commencer à porter notre intérêt à Am Israël. Un meneur doit prendre en compte toute la nation. Si nous voulons avoir l’étoffe d’un leader, nous devons être un parti courageux qui s’occupera de tout le peuple d’Israël.




■ Habayit Hayehoudi est pourtant considéré par beaucoup comme un parti en voie d’extinction.Pensez-vous pouvoir le ressusciter ?

Nous avons le choix entre la mort du parti et sa transformation en un mouvement juif et sioniste dominant. Lors de son heure de gloire (le Mafdal à l’époque) disposait de 12 sièges, puis 7 et aujourd’hui 3. Pour survivre, nous devons changer notre propre vision du parti et notre rôle dans la société. Ce que je veux dire, c’est que nous devons arrêter de nous voir uniquement comme des “religieux”. Pour donner un exemple, j’étais commandant des forces spéciales dans l’armée. Et je suis actuellement major de réserves au sein de Sayeret Matkal (unité de renseignement), mais je ne me considère jamais comme le “religieux”.



Quand j’ai créé mon entreprise et dirigé 140 employés, je ne me suis jamais vu comme le “religieux”. J’étais le patron, c’est tout. Par contre, en politique, nous nous laissons facilement étiqueter. En conséquence, les seules petits portefeuilles que l’on nous offre sont le ministère de la Hasbara (diplomatie publique) ou le ministère de la Science. C’est ridicule ! Au lieu d’être à la tête du pays, nous sommes en charge des affaires religieuses. Il est temps que nous participions à la manoeuvre du pays.


■ Vous souhaitez donc que le parti Habayit Hayehoudi sorte de son rôle d’“influent” à celui d’instigateur ?

C’est même plus que cela. Puisque le parti s’intitule “le Foyer juif”, il faut réaliser cette idée. Créer une maison pour tous les Juifs : religieux, laïcs et traditionalistes. En se faisant, nous passerons d’un petit parti fermé religieux à celui d’un large refuge juif-sioniste. C’est notre projet d’ensemble.




■ Comme vous le savez, le camp des prosionistes comprend des religieux, des laïcs et des traditionalistes issus d’un large éventail politique. Pensez-vous que ce groupe puissant, un des plus grands en Israël, puisse se retrouver dans un unique parti ? Si oui, comment ?

La première étape consiste en notre victoire aux primaires, qui ont lieu dans quelques semaines. Pour atteindre cet objectif, il faut que des dizaines de milliers de personnes s’inscrivent au parti Habayit Hayehoudi. Ainsi, j’invite tout le monde à s’encarter pour pouvoir ensuite nous aider à accomplir notre projet. Pour faciliter les démarches, nous avons créé un site : www.israelim.org.il. Tout le monde peut s’inscrire en ligne.



Deuxièmement, après notre victoire aux primaires, nous inviterons tout le monde à rejoindre le parti. Plus de dix mandats du Likoud ont été formés par des sionistes religieux. Nous leur dirons : “Que faites-vous au Likoud ? Nous lui avons ouvert la porte du pouvoir, puis Ehoud Barak et le gouvernement ont procédé à un gel des constructions de dix mois. En nous ignorant, Netanyahou a ensuite confirmé la vision d’Ehoud Barak d’un Etat palestinien en Judée et Samarie, ce qui va à l’encontre de nos idées. C’est aussi le Likoud qui a fait capoter le projet de loi pour modifier la structure de la Cour suprême. Et c’est encore le Likoud qui a repoussé le projet de loi pour interdire le financement européen d’ONG anti-israéliennes. A chacune de ces étapes, nous sommes mis de côté. Si nous voulons être pris en compte, nous devons être forts. Regardez le Shas. Il ne prend en compte qu’une partie de la population, alors que nous voulons nous occuper de tout Am Israël. Mais il dispose de 12 mandats, et c’est un des partis des plus puissants en Israël. Nous, nous sommes dispersés et “sans voix”. C’est la grande différence.


■ Ces six derniers mois, vous avez promu le projet d’annexion par Israël de la zone C en Judée et Samarie. De quelle manière les sionistes laïcs qui ont rejoint vos rangs, perçoivent-ils ce projet ? Le soutiennent-ils ?

Dans les rangs du camp national, religieux ou laïc, il existe un soutien considérable au projet de souveraineté israélienne en Judée et Samarie. Par ailleurs, nous avons effectué un sondage qui indique que la majorité des Israéliens (au-delà du camp national) soutiennent cette idée. Ce n’est pas une grande majorité, mais une majorité tout de même.




■ En résumé, quelles sont les questions fondamentales qui doivent être résolues en Israël ?

Il faut avant tout inculquer à notre jeunesse une forte identité sioniste et juive, via le système éducatif. Chaque enfant doit savoir qui sont Yoni Netanyahou et le Rambam (Maïmonide). Ce n’est malheureusement pas le cas aujourd’hui, nous avons encore beaucoup de travail. Le deuxième enjeu est celui de la périphérie. Il faut prendre en considération ce problème car l’écart socio-économique continue à se creuser entre les habitants du centre et les résidents au nord et sud du pays. C’est une bombe à retardement. Enfin, troisième enjeu, il faut trouver une solution rapidement (d’ici un an ou deux) à la menace iranienne, d’une manière ou d’une autre. C’est une question de sécurité.


Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL