Casser le monopole

David Gilo veut encourager la concurrence sur le marché du gaz naturel

By SYLVIE BERGER
December 30, 2014 13:47
1 minute read.
Comment Israël doit-il gérer ses nouvelles ressources en gaz naturel?

Comment Israël doit-il gérer ses nouvelles ressources en gaz naturel?. (photo credit: AMIR COHEN - REUTERS)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user uxperience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section and our monthly magazine to learn Hebrew, Ivrit
  • Content from the award-winning Jerusalem Repor
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again

L’autorité anti-monopole a lancé un pavé dans la mare du marché israélien de l’énergie. L’annonce du régulateur David Gilo a fait grand bruit : il veut révoquer un accord avec la compagnie américaine Noble Energy et le groupe israélien Delek, qui les autorise à conserver les champs gaziers de Tamar et Leviathan. Cet accord empêche la libre concurrence dans la commercialisation du gaz naturel, a dénoncé Gilo. Une décision qui pourrait casser le monopole, en contraignant les deux entreprises à vendre leurs parts dans l’un des deux champs de gaz au large des côtes israéliennes. La concurrence ainsi créée devrait faire baisser les prix. Une bonne nouvelle pour les consommateurs.

Mais l’annonce n’a pas plus au consortium. Noble Energy a publié une réponse sévère. « La décision du régulateur de revenir sur un accord conclu jette une ombre noire sur l’avenir de l’industrie gazière et pétrolière d’Israël et affectera les investissements de Noble Energy dans le pays », a menacé Benjamin Zomer, PDG de la filiale israélienne du groupe. Bien que les actions de Noble Energy n’aient presque pas été affectées, les indices israéliens ont plongé de 10 %, alors que d’autres acteurs du marché gazier, comme Avner, Delek Drilling ou Isramco, ont enregistré des baisses de 5 à 20 %. Itzhak Tshouva, propriétaire du groupe Delek, s’est posé en victime, déclarant : « J’ai investi une large partie de mon argent personnel. Tout cela n’aura servi à rien, cinq années de gâchis. » Une plainte qualifiée de « larmes de crocodile » par la députée travailliste Shelly Yachimovich.

Be the first to know - Join our Facebook page.


Depuis 1990, Noble Energy s’est associée au groupe Delek pour forer et chercher des ressources de gaz naturel au large de Haïfa. Le développement du premier champ, Tamar, d’une capacité de production estimée à 250 milliards de mètres cubes, a coûté 3 milliards de dollars, et la production a commencé en 2013. Leviathan, découvert en 2010, d’une capacité estimée à 535 milliards de mètres cubes, est le plus grand gisement de gaz découvert dans le monde depuis dix ans. L’entrée de Delek et Noble Energy dans Leviathan crée une situation où ces deux groupes contrôlent la totalité des réserves de gaz au large des côtes d’Israël. C’est ce que dénonce l’autorité anti-monopole. Une décision sera prise ces prochaines semaines.

© Jerusalem Post Edition Française – Reproduction interdite

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL