Une révolution en marche

Le monde religieux est le théâtre d’une évolution significative : pour la première fois en Israël, une femme devient leader spirituel

By MAAYAN JAFFE
March 9, 2015 10:24
4 minute read.
Jennie Rosenfeld est devenue début février conseillère cultuelle d'Efrat

Jennie Rosenfeld est devenue début février conseillère cultuelle d'Efrat. (photo credit: MEIR KRUTER/KRUTER PHOTOGRAPHY)

La Torah avait Deborah, prophétesse et juge. Le Talmud, Brouria, la femme de Rabbi Meir, considérée comme une véritable érudite. Et aujourd’hui la communauté d’Efrat en Judée-Samarie a Jennie Rosenfeld, promue manhiga rou’hanit, conseillère en matière de loi juive. La première femme en Israël à assumer ce rôle.
« Je suis la preuve que nous vivons des temps de grands changements ; cela ne peut qu’être positif pour la communauté juive et j’espère que cela aidera à rapprocher certaines personnes de nos valeurs », note Jennie Rosenfeld, 34 ans, qui réside à Jérusalem avec son mari et ses trois enfants.

Le Grand Rabbin d’Efrat, Shlomo Riskin, l’a personnellement choisie pour assumer ce rôle. Elle est formellement entrée en fonction le 2 février après avoir donné une conférence d’intronisation sur le thème : « parler d’intimité et de sexualité aux adolescents ». Cette décision de la ville de nommer une femme pour assumer de hautes fonctions spirituelles ne s’est pas faite sans controverse, puisque l’Etat ne reconnaît pas les femmes rabbins. Néanmoins, le rav Riskin assume son choix et ne doute pas que cette évolution puisse faire « boule de neige » dans le monde religieux. « Il est légitime que les femmes assument certains rôles », affirme-t-il. « Il est parfois plus facile pour les femmes de poser certaines questions à une autre femme. Nous vivons une époque particulière où elles sont à même d’acquérir un très haut niveau en études juives, qu’il s’agisse de la Torah écrite ou orale. Il est donc non seulement possible mais essentiel de les impliquer dans les débats en matière de Loi juive, et de reconnaître la pertinence et l’autorité de leur jugement. »

Be the first to know - Join our Facebook page.


Rosenfeld, native de Riverdale dans l’Etat de New York aux Etats-Unis, est titulaire d’un doctorat d’anglais. Elle étudie actuellement au séminaire Lindenbaum, un centre d’études religieuses pour femmes, où elle achève un cursus
de 5 ans pour devenir décisionnaire en matière de Loi juive. Parallèlement à cela, elle suit une formation étalée sur
10 ans afin de devenir femme Dayan, juge ; un programme destiné à un public féminin, suivi par 4 autres candidates.

Briser le plafond de verre…

Si elle est animée depuis son plus jeune âge par un grand intérêt pour la spiritualité et les études juives, Jennie Rosenfeld n’aurait jamais imaginé que cela la mènerait jusqu’ici, raconte-t-elle. Arrivée en Israël avec son mari il y a 6 ans, elle s’est inscrite au séminaire Lindenbaum « avec une grande envie d’apprendre, et curieuse de savoir où cela pouvait mener ».

Elle n’a pas postulé d’elle-même à Efrat, c’est le Rav Riskin, qu’elle définit comme un « pionnier », qui est venu la chercher. Il est encore difficile de dire à quoi ressemblera son rôle dans un mois ou dans un an « parce que nous n’avons pas d’autre exemple dans le pays d’une telle fonction occupée par une femme », explique Rosenfeld. Le poste qu’elle occupe désormais est financé de manière privée, souligne-t-elle, mais elle partage l’espoir avec le rav Riskin que le gouvernement décidera à terme de créer et financer lui-même des postes similaires pour les femmes. Pour le moment, la jeune femme se dit heureuse d’être une oreille et un référent supplémentaire pour les 9 000 habitants d’Efrat.

La nomination de Jennie Rosenfeld fait écho à l’impact grandissant en Israël des mouvements religieux féministes. Leur objectif affiché : briser le plafond de verre qui tient les femmes éloignées de certaines fonctions. Ainsi, l’audacieux parti de femmes harédi B’Zhoutan qui s’est fait récemment entendre pour dénoncer l’absence des femmes orthodoxes dans les partis politiques religieux. S’exprimant à Tel-Aviv, Ruth Colian, 33 ans, leader du mouvement, a déclaré : « Nous devons permettre aux femmes ultraorthodoxes d’être représentées au Parlement. Nous avons beaucoup à apporter et je suis persuadée que notre action peut être décisive. »

De plus en plus de femmes étudient la Torah


Le groupe féministe des « Femmes du Mur » a quant à lui fait les gros titres de la presse en revendiquant le droit des femmes à mettre talit et tefiline au Kotel ainsi que d’y lire la Torah. Sur le plan profane, des organisations telles que « WePower » ont émergé ces dix dernières années pour encourager la promotion des femmes aussi bien dans le secteur privé que dans le gouvernement. D’après Ifat Zamir à la tête de « WePower », « le chemin est encore long et complexe pour les femmes que ce soit au niveau social, public ou légal pour briser les préjugés et faire avancer les choses ».

La femme rabbin Dana Saroken qui codirige avec un rabbin homme la communauté conservative Beth El à Pikesville dans le Maryland, affirme que ses membres la consultent autant que son collègue et la considèrent de manière égale. « Le fait que les gens viennent me voir moi ou mon collègue ne dépend pas de la nature des questions qu’ils ont à poser. Il y a simplement des moments où les gens ont envie de s’adresser à moi, d’autres où ils iront vers le rabbin homme… Pour eux, le fait d’avoir deux dirigeants de communauté homme et femme, avec des personnalités et des idées différentes, est une chose positive. »
Saroken affirme encore que, même dans des villes jugées plus orthodoxes comme Baltimore, les gens se montrent ouverts aux femmes rabbins. Selon elle, la dernière décennie a vu de plus en plus de femmes étudier la Torah et s’engager dans la vie communautaire. « C’est maintenant aux communautés d’évoluer et d’être prêtes à reconnaître que l’action des femmes en tant que leaders spirituels représente un enrichissement. »

A Efrat, c’est un homme qui a pris l’initiative de placer une femme au pouvoir. « Espérons que Rav Riskin soit suivi par beaucoup d’autres », conclut Jennie Rosenfeld.


© Jerusalem Post Edition Française – Reproduction interdite


Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL