Pourparlers : nouvelle rencontre à la mi-août

Un premier groupe de prisonniers palestiniens sera libéré la semaine prochaine.

P6 JFR 370 (photo credit: Jonathan Ernst/Reuters)
P6 JFR 370
(photo credit: Jonathan Ernst/Reuters)
Le calendrier est fixé. La prochaine session de négociationsisraélo-palestiniennes aura lieu la semaine prochaine, tandis qu’un premiergroupe de détenus palestiniens sera libéré d’ici là. C’est ce qu’a déclaré laministre de la Justice, Tzipi Livni, en charge de conduire les négociations ducôté israélien, sur le plateau d’Aroutz 10, vendredi 2 août. Selon l’élue, lesdeux camps se sont mis d’accord pour alterner les lieux de rencontres. Laprochaine réunion aura lieu en Israël. « Avec les Palestiniens, nous avonsdécidé que les premières rencontres devront avoir lieu tantôt en Israël, tantôten Autorité palestinienne. Nous voulons nous y mettre rapidement et nous tenonsà ce que cela se passe près de chez nous. La prochaine réunion aura lieu dansl’Etat hébreu, durant la seconde semaine du mois d’août », a expliqué laministre au cours de l’interview. Avant d’ajouter que 26 détenus palestiniensseront libérés « à ce moment-là », sans donner plus de précisions. Chaque cassera réexaminé avant l’approbation finale, a poursuivi Livni.

Le gouvernement israélien a approuvé la libération par paliers de 104prisonniers palestiniens. Cette décision, prise non sans peine à la fin du moisde juillet, sera mise à exécution au fur et à mesure des pourparlers.

Livni s’est dite convaincue du sérieux des négociations, et de leurs chances desuccès. « Nous n’y prendrions pas part, si cela ne me paraissait pas évident, àmoi, à vous et à tout le monde. Ces pourparlers sont sérieux », a-t-ellemartelé. La ministre a expliqué que sa récente rencontre avec les représentantspalestiniens l’avait persuadée des chances de succès. « Nous sommes tous entrésdans la pièce. Cela faisait bien longtemps que nous ne nous étions pasrencontrés pour discuter de ce type de sujets, mais j’ai senti que lesPalestiniens voulaient négocier sérieusement et non plus seulement blâmerIsraël », a confié Livni.

Scepticisme dans les deux camps Reste que le scepticisme est de mise dans lesdeux camps. La reprise des pourparlers a même provoqué la colère du côtéisraélien, quand il s’est agi de libérer les prisonniers palestiniens avantmême le début des négociations. La ministre a défendu la décision au cours del’interview, évoquant un avenir meilleur et pacifique pour justifier lalibération de terroristes « avec du sang sur les mains ». Elle a néanmoinsavoué que ce vote lui avait coûté.

Pour conclure, la dirigeante s’est déclarée convaincue du soutien de lamajorité des Israéliens envers la reprise des pourparlers et s’est engagée àtout faire pour que ces derniers portent leurs fruits. « Je sais ce que j’ai àfaire, j’ai une mission et je travaille avec le Premier ministre BinyaminNetanyahou pour garantir notre succès ».