L’Europe persiste et signe sur les implantations

Et réaffirme une position établie depuis longtemps : les accords bilatéraux avec Israël ne couvrent pas les territoires post-67.

P5 JFR 370 (photo credit: Reuters)
P5 JFR 370
(photo credit: Reuters)
Colère de Jérusalem. L’Etat hébreu accuse l’Union européenne detorpiller les négociations israélo-palestiniennes, dont la reprise vient d’êtreannoncée, par la publication d’une circulaire interdisant de verser des fonds,des subventions ou des récompenses à toute entité israélienne se situantau-delà de la Ligne verte. « Israël rejette cette tentative européenned’imposer ses vues sur des sujets qui relèvent de la table des négociationsentre Israéliens et Palestiniens », a réagi le porte-parole du ministère desAffaires étrangères Yigal Palmor, avant d’ajouter qu’il serait « préférable quel’énergie investie dans la rédaction de cette circulaire soit redirigée versdes mesures promouvant la paix ». 

Ces directives de Bruxelles ont été publiéesquelques heures seulement avant que le secrétaire d’Etat John Kerry n’annoncela reprise des pourparlers, vendredi 19 juillet. Selon l’ancien vice-ministredes Affaires étrangères Danny Dannon, comme il l’a écrit à la chancelièreallemande Angela Merkel, la position des Européens sur les implantations deJudée-Samarie ne motive en rien les Palestiniens pour négocier en vue d’unaccord fondé sur la solution à deux Etats. « Au contraire, ils perdent touteraison de négocier. Ce qui aura pour conséquence de freiner la flexibilité dontIsraël était prêt à faire preuve, repoussant les perspectives de paix », aexpliqué Ayalon.

Des accusations niées par la chef de la diplomatie européenne,Catherine Ashton, qui a réitéré le « profond engagement de l’UE envers lesnégociations israélo-palestiniennes et le soutien total aux efforts dusecrétaire Kerry dans un contexte délicat ». Et la diplomate d’ajouter que laposition des Vingt-huit sur les territoires post-1967 n’avait pas changé : «aujourd’hui, l’UE publie un document qui réaffirme une position établie depuislongtemps, selon laquelle les accords bilatéraux avec Israël ne couvrent pasles territoires passés sous contrôle israélien en juin 1967 ». 

Selon Ashton,cette publication est destinée à clarifier la position européenne avant ledébut de négociations avec Jérusalem au sujet d’accords financiers, qui doivententrer en vigueur en 2014. La circulaire met en pratique une décision prise parBruxelles le 10 décembre 2012, à savoir que tout accord européen avec l’Etatjuif devra désormais spécifier que les territoires disputés ne font pas partied’Israël. Ashton a néanmoins précisé que la circulaire ne serait pas appliquéeavant le 1er janvier et que, d’ici l’année prochaine, l’UE était « disposée àcoopérer avec Israël » pour trouver un compromis sur cette sensible question,dite de « la clause territoriale ».