Amnon Dankner, la fin d’un homme de poids et de plume

L’ancien rédacteur en chef de Maariv est décédé d’une crise cardiaque.

Amnon Dankner 370 (photo credit: Courtesy)
Amnon Dankner 370
(photo credit: Courtesy)
Disparition d’une grande figure du journalisme israélien. Vendredi5 avril au soir, malgré les efforts d’une équipe de secours de Magen DavidAdom, Amnon Dankner est décédé d’une crise cardiaque, à l’âge de 67 ans. Cetancien rédacteur en chef du quotidien Maariv était récemment devenuéditorialiste pour le Sof Hashavoua, un hebdomadaire de fin de semaine dugroupe The Jerusalem Post.

Le journaliste a été déclaré mort après une heure et demie de tentatives deréanimation par une équipe médicale dans sa demeure de Ramat Hasharon. Sesfunérailles ont eu lieu dimanche 7 dans l’après-midi au cimetière Morasha.

Né à Jérusalem en 1946, Dankner était une personnalité du monde del’information depuis plusieurs décennies.

Après des études de droit à l’université hébraïque, il devient porte-parole duministère de l’Education nationale sous Yigal Alon, puis pour l’Agence juive.

Il devient ensuite reporter et éditorialiste pour les journaux Davar, Hadashot,Haaretz et Maariv. De ce dernier, il sera le rédacteur en chef entre 2002 et2009.

Sa carrière aura été semée de controverses.

Danker suscite beaucoup d’émotion en attaquant régulièrement la droite, puis endéfendant ses amis, le député Arié Déri (Shas) et l’ancien Premier ministreEhoud Olmert, suite à leurs inculpations. Lorsque ce dernier est acquitté de laplupart de ses chefs d’accusation, Dankner fait les choux gras de la presse enappelant le procureur d’Etat Moshé Lador à se suicider.

Il accuse également le parti Avoda d’avoir forcé Olmert à démissionner. Undépart qui aurait, selon lui, changé la vie de millions d’Israéliens.

« L’existence sera désormais plus terne » 

Samedi 6 avril, Olmert a confié qu’illui était difficile d’admettre que son ami était parti, qu’il s’était entretenuavec lui le matin même de sa mort et qu’il allait parfaitement bien. Il aégalement loué la vivacité de son allié, sa curiosité intellectuelle et sontrès grand savoir en de nombreux domaines.

Dankner était régulièrement invité sur les plateaux de télévision pour desdébats politiques houleux, souvent aux côtés de son meilleur ami, l’ancienministre de la Justice Tommy Lapid. Son dernier édito dans Sof Hashavoua auraitété pour défendre le fils de celui-ci, le nouveau ministre des Finances YaïrLapid. Dans un long message posté sur son compte Facebook et intitulé « l’OncleAmnon est mort », ce dernier a écrit à propos de Dankner que « son coeur,toujours si bon, s’est soudain immobilisé ». « Je ne sais pas encore à quoiressemblera l’existence sans Dankner, mais, une chose est sûre, elle sera plusterne », a conclu le nouveau ministre.

La présidente d’Avoda, Shelly Yachimovich, a déclaré que, même si elle n’étaitpresque jamais d’accord avec Dankner, elle respectait sa contribution siintéressante, si riche et amusante au débat intellectuel. Et de louer savivacité d’esprit et son humour.

Dankner est l’auteur de 10 ouvrages, dont une biographie très controversée surDahn Ben-Amotz, un collègue journaliste, qui révélait ses relations sexuellesavec des mineures. Le journaliste laisse derrière lui son épouse, Miri, sesdeux fils Yoav et Itai, et 5 petits-enfants.