Jérusalem, l’enfant gâtée du gouvernement ?

east Jerusalem 370 (photo credit: Wikimedia Commons)
east Jerusalem 370
(photo credit: Wikimedia Commons)
Jérusalem traîne l’image d’une capitale dont l’activitééconomique tourne au ralenti, comparée aux autres grandes villes du pays.Beaucoup pensent qu’elle ne génère pas de revenus suffisants et compte donc surle soutien du gouvernement, qui lui attribue un budget plus important qu’auxautres. Et il est vrai que la contribution gouvernementale au budget municipaln’est pas mince : 1 milliard de shekels en 2010 ! Cette contribution provienten partie d’une subvention spéciale – « l’allocation à la capitale », dontJérusalem bénéficie conformément à la « loi de Jérusalem ». En 2010, cettesubvention s’élevait à 200 millions de shekels.

A titre de comparaison, la contribution gouvernementale totale au budget deHaïfa était de 653 000 shekels, et de 475 000 à celui de Tel Aviv.

Il importe cependant de garder à l’esprit que la capitale est très peuplée :elle compte 3 fois plus d’habitants que Haïfa et 2 fois plus que Tel-Aviv. Pourfournir des services à ses 788 100 habitants, elle nécessite par conséquent unbudget plus important.

Tout est grand à Jérusalem, et les revenus autogénérés de la municipalité sontplus élevés qu’à Haïfa, par exemple.

Voilà pourquoi il convient d’examiner les contributions gouvernementales auxbudgets municipaux d’après la taille de la population.

Cet examen révèle qu’en 2010, la contribution gouvernementale au budgetmunicipal régulier de Jérusalem équivalait à 1 374 shekels par habitant, alorsqu’elle s’élevait à 2 434 shekels par habitant à Haïfa, 1 368 à Rishon LeTsion,ou 1 175 à Tel-Aviv-Jaffa.

Sur la liste des 198 localités du pays (villes et conseils régionaux),Jérusalem arrive à la 164e place seulement.

En d’autres termes, une large majorité des localités reçoivent plus d’argentpar habitant que Jérusalem.

Le revenu autogénéré de la municipalité de Jérusalem provient d’abord des taxesmunicipales, qui lui rapportent 2,5 milliards de shekels, ou 3 194 shekels parhabitant. Au total, le revenu de la ville s’élève donc à 3,6 milliards deshekels, soit 4 569 shekels par habitant, un peu plus que le chiffre atteintpour Modiin Maccabim- Reout (4 453), mais nettement moins que pour toutes lesautres grandes villes.