C’est la rentrée !

Bac ou pas bac, telle est la question.

P5 JFR 370 (photo credit: Reuters)
P5 JFR 370
(photo credit: Reuters)

Plus d’1,5 millions d’élèves reprennent le chemin des classes,mardi 27 août. Soit 1,36 % de plus que l’année précédente, selon les données duministère de l’Education. Cette rentrée a lieu sous le signe de la discordepolitique. Alors que Yesh Atid, aux commandes avec le ministre Shai Piron,souhaite réformer le système scolaire, les idées du parti centriste rencontrentune opposition du Likoud, et en particulier, celle du Premier ministre BinyaminNetanyahou.

Souhaitant ni plus ni moins « faire entrer l’éducation dans le XXIe siècle »,le parti de Yaïr Lapid souhaite radicalement réformer le mode d’examen desconnaissances et en particulier le baccalauréat, en réduisant le nombred’épreuves passées. Dans cette optique, seuls les maths, l’hébreu, l’anglais etune matière au choix seront sanctionnés par un examen. Les autres matièresseront abordées autrement. Si cette réforme reste à l’état de projet,l’annulation des examens de Meitsav a d’ores et déjà annoncé pour cette année :cet examen passé dans l’élémentaire et au collège permet de vérifier l’état desconnaissances au niveau national.

Un mode de fonctionnement qui paraît en effet très éloigné de la pédagogie duministre Piron, qui fait sa rentrée sous la devise : « Croire, aimer, exceller». Pas de quoi convaincre le Premier ministre cependant. Netanyahou, lui-mêmesurdiplômé, a déclaré dimanche 25 août, que « dans le monde d’aujourd’hui, seulun diplôme est capable de faire reconnaître les connaissances et les acquis dechacun », selon des propos rapportés par Aroutz 2. Une pique envers sonministre des Finances Yaïr Lapid, non-bachelier notoire ?