Liberman nie tout !

Dès l’ouverture de son procès, Liberman maintient sa ligne : il se dit non coupable de ce dont il est accusé. Mais avant d’entrer au gouvernement, il lui reste encore du chemin…

Liberman trial starts 370 (photo credit: Marc Israel Sellem/The Jerusalem Post)
Liberman trial starts 370
(photo credit: Marc Israel Sellem/The Jerusalem Post)
Après des années d’enquête, l’ancien ministre des Affaires étrangèresAvigdor Liberman plaide non coupable et rejette les accusations de fraude etd’abus de confiance portées contre lui, à l’ouverture de son procès, dimanche17 février.

Les premiers témoins seront appelés à prendre position les 25 et 30 avril ainsique les 2 et le 7 mai, soit après Pessah, ce qui signifie que le procès ne serapas conclu à temps pour que Liberman soit nommé ministre en temps et en heurepar le Premier ministre Binyamin Netanyahou.

Si Liberman est déclaré coupable et que ses actions constituent pour la cour unabus moral, il devra déposer sa démission à la Knesset et quitter la politiquepour un minimum de sept années. Une mise à l’écart qui mettra peut-être fin àsa carrière politique.

S’il est acquitté, il pourra toujours finir par obtenir un rendezvousministériel tardif.

Une tournure intéressante laisse présager qu’au moins l’un des juges pencheraitpour une peine clémente.

Mack-Kalmanovitz a condamné l’ancien ambassadeur en Biélorussie Zeev Ben-Arié surdes accusations d’entrave à la justice et abus de confiance. Or il a étécontraint, en octobre, à seulement 4 mois de service communautaire pour avoirillégalement transmis des documents secrets à Liberman en 2008. Une enquêtepour blanchiment d’argent est actuellement en cours contre lui.

Liberman a été inculpé le 27 décembre pour fraude et abus de confiance dupublic. L’acte d’accusation mis à jour a allégué qu’il avait omis de signalerque Ben-Arié lui avait illégalement montré le « matériel secret », et qu’ilavait par la suite aidé Ben-Arié à obtenir la nomination d’ambassadeur deLettonie en « paiement » de son service.

L’équipe juridique de 5 avocats de Liberman nie toutes les accusations. Leprocès prévoit 8 à 10 jours de témoignages.

Après l’acte d’accusation initial du 13 décembre, Liberman s’est retiré duministère des Affaires étrangères en renonçant à son immunité parlementairepour prouver sa bonne foi.