Redistribution des cartes

By
September 3, 2017 14:31

L’Egypte a cédé à l’Arabie saoudite les îles stratégiques de Tiran et Sanafir




Redistribution des cartes

Le détroit de Tiran, entre la mer Rouge et le golf d'Aquaba. (photo credit:WIKIPEDIA)

Al-Garida al-Rasmiya – le journal officiel égyptien – a publié le 17 août dernier l’accord entre l’Egypte et l’Arabie saoudite sur la délimitation de leurs frontières maritimes, signé le 8 avril 2016 lors de la visite du roi Salman au Caire. Une formalité qui concrétise la ratification dudit accord. Les îles de Tiran et Sanafir n’y sont pas mentionnées, mais la carte de l’amirauté britannique jointe, et les coordonnées spécifiées dans l’accord, ne laissent planer aucun doute : celles-ci se trouvent désormais incluses dans les eaux territoriales saoudiennes. Cette décision du gouvernement égyptien avait provoqué de violentes manifestations, et déclenché une bataille juridique qui n’a pris fin qu’après un vote du parlement, immédiatement ratifié par le président. Le journal officiel a d’ailleurs également publié les notes échangées par l’Arabie saoudite et l’Egypte, ainsi que par Le Caire et Israël, supposées donner une justification historique et légale au transfert des territoires insulaires.

Aux mains de l’ennemi


Ainsi, ces deux îles minuscules et inhabitées, qui contrôlent pourtant l’entrée du détroit de Tiran, c’est-à-dire l’accès au golfe d’Aqaba/Eilat, se trouvent désormais aux mains d’un pays n’ayant pas de relations diplomatiques avec Israël. Or, elles sont incluses dans la zone C à l’est de la péninsule du Sinaï qui, selon l’annexe militaire du traité de paix de 1979 entre Israël et l’Egypte, devaient être démilitarisées ; seule la police égyptienne civile était autorisée à y pénétrer. Des patrouilles navales de la MFO (Force multinationale et observateurs au Sinaï), établie pour superviser le respect du traité, visitent régulièrement les îles et transmettent leur rapport à l’Egypte et à Israël. Ces patrouilles continueront donc leurs inspections sans que l’on sache si elles transmettront leurs observations aux Egyptiens qui les feront suivre aux Saoudiens, ou si elles les communiqueront directement à Riyad.

Be the first to know - Join our Facebook page.


On a affirmé à des générations d’Egyptiens que Tiran et Sanafir leur appartenaient. Gamal Abdel Nasser l’avait répété plusieurs fois, notamment en 1967, lorsqu’il a décidé d’interdire le passage dans le détroit de Tiran aux navires battant pavillon israélien, et de contrôler les bateaux étrangers qui l’empruntaient, pour vérifier qu’ils ne transportaient pas de marchandises en provenance ou à destination de l’Etat juif. Un blocus qui a déclenché la guerre des Six Jours.
Cette souveraineté égyptienne paraissait confortée par des documents datant du XVe siècle et par la convention de Londres de 1840 délimitant les frontières de l’Empire ottoman. Par ailleurs, l’Arabie saoudite n’a proclamé son indépendance qu’en 1932. Devenue membre des Nations unies en 1945, elle a, depuis, ratifié de nombreuses conventions internationales, et notamment celle sur le droit de la mer. C’est sans doute à cette époque qu’elle a revendiqué les deux îles, arguant peut-être de leur situation plus proche de ses rivages que de ceux de l’Egypte.

De longues négociations


Curieusement, l’Egypte ne semble pas, à l’époque, s’être opposée à cette revendication, bien qu’aucune action n’ait été prise dans l’immédiat. Par la suite, en 1988, le ministre des Affaires étrangères du royaume wahhabite, Saoud Al Faisal, a écrit à son homologue égyptien Esmat Abdel Magid : dans sa missive, le premier « rappelait » au second que Riyad avait accepté en 1950 la présence égyptienne dans les îles du fait de la situation militaire face à « l’entité sioniste », et de la nécessité de renforcer les défenses égyptiennes dans le Sinaï et dans le golfe d’Aqaba après la prise de « Oum el-Rashrash » (Eilat) par Israël en mars 1949, dans le cadre de la guerre d’Indépendance. Saoud Al Faisal mentionnait aussi qu’en 1981, le président Moubarak avait demandé au roi Khaled de patienter tant qu’Israël n’aurait pas évacué la totalité des territoires égyptiens dans le cadre de l’accord de paix. En conclusion, le ministre saoudien exprimait l’espoir que les excellentes relations entre Le Caire et Riyad facilitent en fin de compte le transfert.

La réponse de l’Egypte est venue en 1990. Abdel Magid a fait savoir que son pays ne contestait aux Saoudiens leurs droits sur ces îles, mais qu’il craignait les répercussions de leur transfert sur les engagements internationaux et régionaux pris en vertu du traité de paix avec Israël – et notamment l’interdiction de toute présence militaire, à l’exception d’officiers de police se rendant sur place à bord de bâtiments de petite taille et équipés d’armes légères.

Mais il semble qu’en 2016, l’Egypte soit arrivée à la conclusion qu’elle pouvait désormais accéder aux vœux du royaume. Une façon pour le président al-Sissi d’exprimer sa reconnaissance à son allié saoudien pour l’aide fournie après la destitution du président Morsi et des Frères musulmans en 2014, en particulier sur le plan financier. Restait à mettre au point les modalités du transfert, ce qui a été réglé lors de discussions serrées avec l’Arabie saoudite et Israël.

Engagements fermes

Dans le cadre de l’accord d’avril 2016, le prince Mohammed Bin Salman (l’actuel prince héritier) a écrit au Premier ministre égyptien Shérif Ismaël, que Riyad s’engageait sur trois points : respecter le droit international et la convention du droit de la mer de 1982 garantissant le libre passage international à travers le détroit de Tiran aux navires de toutes nationalités, s’abstenir de toute activité militaire sur les îles, et limiter sa présence sécuritaire à des éléments non militaires à l’exception de garde-frontières.

Sameh Shoukry, le ministre égyptien des Affaires étrangères, a transmis ladite lettre au Premier ministre israélien, lui demandant de donner son accord et d’entériner les engagements pris par les Saoudiens concernant les îles. Mais Israël s’est déclaré préoccupé par une formulation trop vague à ses yeux et a demandé des clarifications. Après de nouvelles consultations avec Riyad, Shoukry a adressé le 18 décembre 2016 une lettre à Benjamin Netanyahou spécifiant que l’Egypte réaffirmait ses obligations dans le cadre du traité de paix, du traité créant la MFO et de tous les autres traités conclus entre l’Egypte et Israël ; il confirmait par ailleurs que les îles avaient été transférées à l’Arabie, et soulignait que les engagements pris par Riyad en 2016 portaient sur Tiran et Sanafir ; enfin, il déclarait catégoriquement que Riyad et Le Caire allaient conclure un accord détaillant le rôle de la MFO dans le détroit de Tiran, les deux îles en question et le golfe d’Aqaba, et s’engageait à n’accepter aucune modification dudit accord sans l’aval d’Israël. Le 19 décembre 2016, le Premier ministre israélien a répondu avoir pris acte des engagements ci-dessus.

Ainsi deux minuscules territoires insulaires au potentiel stratégique immense sont passées d’un pays qui est en paix avec Israël, à un pays qui est toujours techniquement en guerre avec lui. Le golfe d’Aqaba est le seul débouché d’Israël vers l’Asie et l’Afrique, deux continents d’une importance vitale pour sa sécurité et son économie : on l’a vu, le blocus de 1967 imposé par Nasser a entraîné la guerre de Six Jours.

Rien n’indique aujourd’hui qu’une confrontation militaire pourrait éclater entre Israël et l’Arabie saoudite, deux pays fortement engagés dans la lutte contre l’Iran ; selon des rumeurs concordantes, il y aurait même une importante coopération sécuritaire entre les deux. Officiellement pourtant, la position de Riyad reste hostile à l’Etat juif. Le royaume a bien résisté aux attaques terroristes d’al-Qaïda et au Printemps arabe, mais il reste profondément inféodé à l’establishment wahabite et son islam rigoureux, reposant sur le salafisme le plus extrême.

Il est vraisemblable que les Etats-Unis – qui se sont portés garants du traité de paix entre l’Egypte et Israël, et qui sont membres fondateurs et principaux financiers de la FMO – aient participé aux négociations, dont ils se sont peut-être également portés garants. Il n’en reste pas moins qu’Israël n’avait guère le choix. S’opposer au transfert, c’était ouvrir une crise grave avec l’Egypte aux conséquences imprévisibles, compte tenu de la situation hautement instable du Moyen-Orient. Il reste à espérer que l’Egypte tiendra parole, et s’assurera que l’Arabie saoudite tienne ses engagements.

© Jerusalem Post Edition Française – Reproduction interdite


Related Content
November 20, 2017
Les clients de l’ombre

By YOSSI MELMAN

Israel Weather
  • 8 - 18
    Beer Sheva
    12 - 19
    Tel Aviv - Yafo
  • 9 - 14
    Jerusalem
    12 - 17
    Haifa
  • 13 - 22
    Elat
    12 - 20
    Tiberias