Israel solidaire

Netanyahou réagit aux attentats : « Attaquer l’un des nôtres, c’est nous attaquer tous »

By
November 17, 2015 16:58
4 minute read.
Manifestation de solidarité à Tel-Aviv

Manifestation de solidarité à Tel-Aviv. (photo credit: REUTERS)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user experience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section
  • Content from the award-winning Jerusalem Report and our monthly magazine to learn Hebrew - Ivrit
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later

Israël se tient aux côtés de la France, a affirmé le Premier ministre Benjamin Netanyahou samedi soir 14 novembre, appelant du même coup le monde civilisé à s’unir pour vaincre le fléau du terrorisme international. « Attaquer l’un des nôtres, c’est nous attaquer tous », a-t-il déclaré au cours d’une conférence de presse spéciale à Jérusalem, au lendemain de la série d’attentats simultanés qui ont fait plus de 130 morts et 350 blessés à Paris. « Le terrorisme est le fait de s’en prendre de façon délibérée et systématique à des civils. Il ne peut jamais être justifié. Il faut toujours le condamner, il faut toujours le combattre. Les innocents qui ont trouvé la mort à Paris comme à Londres, Madrid, Bombay, Buenos Aires ou Jérusalem sont les victimes du terrorisme islamique, non sa cause », a déclaré le chef du gouvernement israélien. Et d’insister : « Comme je le dis depuis de nombreuses années, le terrorisme islamique s’en prend à nos sociétés parce qu’il entend détruire notre civilisation et nos valeurs. Tous les terrorismes doivent être condamnés et combattus avec la même détermination inébranlable. C’est seulement avec cette lucidité morale que les forces de la civilisation vaincront la sauvagerie. »

Unis contre le terrorisme

Be the first to know - Join our Facebook page.


Quelques heures à peine après les attentats de Paris, le Premier ministre a indiqué avoir mis à disposition de l’Hexagone toutes les informations dont disposaient ses services de renseignement dans le but de faire rapidement progresser l’enquête. Une déclaration de pure forme. Car, dans les faits, la collaboration entre les deux pays sur ce plan est déjà très active, et ce depuis plusieurs années. La DGSE française possède des agents de liaison à Tel-Aviv, le Mossad a les siens à Paris. Si Israël avait disposé de la moindre information concernant les attentats en préparation, il n’aurait pas manqué de les transmettre au Quai d’Orsay. Pour l’heure, le Mossad travaille aux côtés des renseignements français à l’identification des auteurs du carnage du 13 novembre. Et semble bien disposer de quelques longueurs d’avance.
Israël a par ailleurs demandé à la France de renforcer la sécurité autour des institutions juives, et Netanyahou a appelé les juifs français à suivre les instructions données par les forces de l’ordre. « Chaque juif, qu’il le choisisse ou non, sait qu’il a un foyer en Israël », a-t-il cependant ajouté.
Tout comme les activités terroristes dans le Sinaï et la destruction de l’avion russe, les attentats de Paris posent la question de savoir si, oui ou non, le monde civilisé est prêt à s’unir contre le terrorisme islamiste et les groupes terroristes comme l’Etat Islamique, a poursuivi Netanyahou. Les intentions de ces groupes sont on ne peut plus claires et le monde civilisé doit se montrer tout aussi déterminé à les combattre.

La Knesset tricolore

Etablissant un lien entre les attentats de Paris et l’assassinat de Yaacov et Netanel Litman vendredi 13 au sud de Hébron, le Premier ministre a répété : « On ne peut pas lutter contre le terrorisme de façon sélective. On ne peut pas dire que certains sont de “bons” terroristes et d’autres des mauvais. Tous les terroristes sont mauvais. De même que nous avons condamné les assassinats perpétrés ailleurs dans le monde, j’attendais une condamnation des meurtres de Yaacov et Netanel Litman », a-t-il fait remarquer. « Nous nous tenons aux avant-postes de la bataille contre le terrorisme, qui se transforme progressivement, passant d’un terrorisme nationaliste palestinien à un terrorisme islamiste. Il serait logique que le monde entier soutienne Israël dans son combat contre le terrorisme, tout comme Israël soutient la France et d’autres pays… »
« Au nom des citoyens d’Israël, j’adresse mes sincères condoléances au peuple français et aux familles qui ont perdu des êtres chers. L’Etat d’Israël se tient à vos côtés dans votre combat implacable contre le terrorisme », a déclaré samedi soir le président de l’Etat Reouven Rivlin.
Lui faisant écho, Youli Edelstein, président de la Knesset a adressé des condoléances au nom du parlement israélien : « Ces attentats doivent être un coup de semonce pour tous les pays du monde libre et leurs dirigeants. Réveillez-vous et déclarez une bonne fois pour toutes une guerre totale au terrorisme de l’islam extrémiste, avant que l’Occident tout entier ne devienne le théâtre de ces scènes sanglantes. » Edelstein a envoyé une lettre de condoléances à ses homologues de l’Assemblée nationale et du Sénat français. La Knesset s’est éclairée en tricolore et les drapeaux israéliens étaient en berne, en signe de solidarité avec la France.
Samedi soir, les murailles de la Vieille Ville étaient elles aussi illuminées aux couleurs du drapeau français. Dans un communiqué, le maire de Jérusalem Nir Barkat a condamné les attaques et exprimé sa solidarité avec les Parisiens : « Aujourd’hui, le monde entier comprend ce que nous vivons en Israël, et en particulier à Jérusalem, depuis des décennies : une violence meurtrière alimentée par la haine. Une mission de mort dirigée contre des civils innocents. »

© Jerusalem Post Edition Française – Reproduction interdite


Join Jerusalem Post Premium Plus now for just $5 and upgrade your experience with an ads-free website and exclusive content. Click here>>

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL