Un orage qui gronde tout bas

L’antisémitisme se nourrit de l’hypocrisie ambiante

By MICHELE MAZEL
November 19, 2017 11:34
2 minute read.
Un orage qui gronde tout bas

Antisémitisme. (photo credit: WIKIPEDIA)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user experience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section
  • Content from the award-winning Jerusalem Report and our monthly magazine to learn Hebrew - Ivrit
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again

Ce sont des petites nouvelles sans importance pêchées dans la rubrique des faits divers. Un musée indonésien vient de retirer le portrait 3D d’Hitler, pourtant très prisé par les visiteurs qui affluaient pour faire des selfies avec le dictateur. Son directeur regrette que la pression internationale l’ait obligé à prendre cette décision ; un éminent chirurgien d’origine japonaise a été exclu de l’académie de chirurgie esthétique américaine pour avoir fait l’éloge du nazisme, et déclaré que le nombre de victimes d’Auschwitz avait été exagéré ; des jeux vidéo prennent comme thème des camps de concentration. Mais rien à voir avec l’antisémitisme, bien sûr, pour une certaine presse bien-pensante.

Il ne faudrait pas non plus voir de l’antisémitisme dans les positions du mouvement BDS – boycott, désinvestissement et sanctions –, lancé par les Palestiniens en 2005 et bénéficiant d’un large soutien dans les milieux libéraux occidentaux. Il ne s’agit « que » de contraindre Israël à respecter le droit international, et notamment à permettre aux millions de descendants des Palestiniens ayant fui en 1948 de « revenir » chez eux à l’intérieur d’Israël – sorte de version moderne du cheval de Troie. C’est d’ailleurs par un pur hasard que les tenants du BDS ont organisé une grande manifestation à Berlin la semaine dernière, le jour où l’Allemagne commémorait le pogrom de la Nuit de cristal. Ils n’étaient sans doute pas au courant. Bien sûr, ils ne cautionnent pas certaines pancartes ouvertement antisémites affichées par des « éléments incontrôlés » lors de leurs activités, mais leurs services d’ordre se gardent bien de les faire retirer. Ils ne condamnent pas non plus le slogan « de la mer (Méditerranée) au fleuve (Jourdain), la Palestine sera libre » qui appelle ouvertement à la destruction d’Israël ; pour finir, le site officiel du mouvement a critiqué une nouvelle fois la déclaration Balfour, la qualifiant de « déclaration de guerre contre le peuple palestinien ». On s’en voudrait, également, de parler de l’antisionisme doublé d’antisémitisme de « milieux issus de l’immigration » en Europe, qui sont pourtant à la pointe du mouvement, car le faire nous exposerait à des accusations d’islamophobie.

Be the first to know - Join our Facebook page.


Tous les antisémites ne sont pourtant pas antisionistes. Ainsi le Congrès juif européen se dit-il préoccupé par « la hausse spectaculaire du nombre d’incidents antisémites » en Pologne, pays ami d’Israël, tandis que les manifestations d’antisémitisme se multiplient aux Etats-Unis, notre allié de toujours. En France, la situation est plus nuancée du fait d’une confluence entre la droite traditionnelle qui soutient Israël mais n’aime pas les juifs, et l’extrême gauche antisioniste, laquelle fait souvent front commun avec « les milieux issus de l’immigration ». La presse française évoque régulièrement des insultes et parfois des attaques physiques à l’école contre les élèves juifs. Alors la lente hémorragie des juifs de France se poursuit. Un peu plus de 3 000 d’entre eux sont montés en Israël cette année. Moins que les deux années précédentes, certes, mais preuve, tout de même, de la tension dans laquelle ils vivent. C’est sûrement la faute à l’Etat juif. 

© Jerusalem Post Edition Française – Reproduction interdite

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL