Amnon Dankner, la fin d’un homme de poids et de plume

L’ancien rédacteur en chef de Maariv est décédé d’une crise cardiaque.

By GILL HOFFMAN
April 9, 2013 12:05
2 minute read.
Amnon Dankner

Amnon Dankner 370. (photo credit: Courtesy)

 
X

Dear Reader,
As you can imagine, more people are reading The Jerusalem Post than ever before. Nevertheless, traditional business models are no longer sustainable and high-quality publications, like ours, are being forced to look for new ways to keep going. Unlike many other news organizations, we have not put up a paywall. We want to keep our journalism open and accessible and be able to keep providing you with news and analyses from the frontlines of Israel, the Middle East and the Jewish World.

As one of our loyal readers, we ask you to be our partner.

For $5 a month you will receive access to the following:

  • A user uxperience almost completely free of ads
  • Access to our Premium Section and our monthly magazine to learn Hebrew, Ivrit
  • Content from the award-winning Jerusalem Repor
  • A brand new ePaper featuring the daily newspaper as it appears in print in Israel

Help us grow and continue telling Israel’s story to the world.

Thank you,

Ronit Hasin-Hochman, CEO, Jerusalem Post Group
Yaakov Katz, Editor-in-Chief

UPGRADE YOUR JPOST EXPERIENCE FOR 5$ PER MONTH Show me later Don't show it again

Disparition d’une grande figure du journalisme israélien. Vendredi 5 avril au soir, malgré les efforts d’une équipe de secours de Magen David Adom, Amnon Dankner est décédé d’une crise cardiaque, à l’âge de 67 ans. Cet ancien rédacteur en chef du quotidien Maariv était récemment devenu éditorialiste pour le Sof Hashavoua, un hebdomadaire de fin de semaine du groupe The Jerusalem Post.

Le journaliste a été déclaré mort après une heure et demie de tentatives de réanimation par une équipe médicale dans sa demeure de Ramat Hasharon. Ses funérailles ont eu lieu dimanche 7 dans l’après-midi au cimetière Morasha.

Né à Jérusalem en 1946, Dankner était une personnalité du monde de l’information depuis plusieurs décennies.

Après des études de droit à l’université hébraïque, il devient porte-parole du ministère de l’Education nationale sous Yigal Alon, puis pour l’Agence juive.

Il devient ensuite reporter et éditorialiste pour les journaux Davar, Hadashot, Haaretz et Maariv. De ce dernier, il sera le rédacteur en chef entre 2002 et 2009.

Sa carrière aura été semée de controverses.

Danker suscite beaucoup d’émotion en attaquant régulièrement la droite, puis en défendant ses amis, le député Arié Déri (Shas) et l’ancien Premier ministre Ehoud Olmert, suite à leurs inculpations. Lorsque ce dernier est acquitté de la plupart de ses chefs d’accusation, Dankner fait les choux gras de la presse en appelant le procureur d’Etat Moshé Lador à se suicider.

Il accuse également le parti Avoda d’avoir forcé Olmert à démissionner. Un départ qui aurait, selon lui, changé la vie de millions d’Israéliens.

« L’existence sera désormais plus terne » 

Samedi 6 avril, Olmert a confié qu’il lui était difficile d’admettre que son ami était parti, qu’il s’était entretenu avec lui le matin même de sa mort et qu’il allait parfaitement bien. Il a également loué la vivacité de son allié, sa curiosité intellectuelle et son très grand savoir en de nombreux domaines.

Dankner était régulièrement invité sur les plateaux de télévision pour des débats politiques houleux, souvent aux côtés de son meilleur ami, l’ancien ministre de la Justice Tommy Lapid. Son dernier édito dans Sof Hashavoua aurait été pour défendre le fils de celui-ci, le nouveau ministre des Finances Yaïr Lapid. Dans un long message posté sur son compte Facebook et intitulé « l’Oncle Amnon est mort », ce dernier a écrit à propos de Dankner que « son coeur, toujours si bon, s’est soudain immobilisé ». « Je ne sais pas encore à quoi ressemblera l’existence sans Dankner, mais, une chose est sûre, elle sera plus terne », a conclu le nouveau ministre.

La présidente d’Avoda, Shelly Yachimovich, a déclaré que, même si elle n’était presque jamais d’accord avec Dankner, elle respectait sa contribution si intéressante, si riche et amusante au débat intellectuel. Et de louer sa vivacité d’esprit et son humour.

Dankner est l’auteur de 10 ouvrages, dont une biographie très controversée sur Dahn Ben-Amotz, un collègue journaliste, qui révélait ses relations sexuelles avec des mineures. Le journaliste laisse derrière lui son épouse, Miri, ses deux fils Yoav et Itai, et 5 petits-enfants.

Related Content

February 11, 2018
Les nouveaux « judaïsants »

By DAN HUMMEL