Un vol organisé : la spoliation des Juifs

Quand le pays des Droits de l’Homme, la France, organisait une Shoah économique, pour le compte de son occupant allemand.

JFR 24 521 2 (photo credit: Dr)
JFR 24 521 2
(photo credit: Dr)
C’était dans les années1940-1944, et on a appelé cela l’« aryanisation ». Un livre thèse allemandrécemment traduit en français explique comment cela fut possible, commentfonctionnait cette entreprise de spoliation systématique, quels étaient lesmécanismes de ce pillage légal par l’Etat d’une partie de sa population.

On a toujours cru que les vrais méchants, c’étaient les Allemands, et euxseuls, les Français jouant, au pire, un second rôle de figurants passifs, desupplétifs ou auxiliaires forcés, mais jamais vraiment consentants.

Mais voilà que cette étude mémoire sur l’aryanisation française au cours de laseconde guerre mondiale, par un historien allemand, montre commentl’expropriation des biens juifs sur le territoire français a été certes initiéepar l’occupant allemand, mais mise en oeuvre par les fonctionnaires français.

A la sortie du livre en France, la Voix du Combattant a écrit : « MartinJungius décrypte les structures de l’appareil de persécution économique misesen place contre les Juifs français, en analyse les méthodes et établit lesresponsabilités de chacun ». Pour Books, il s’agissait d’une « implication del’Etat français (...) motivée non seulement par un antisémitisme réel, maisaussi, selon Jungius, par un souci d’empêcher une trop grande ingérence desAllemands dans l’économie française ».

C’était une « initiative de l’administration militaire allemande, qui trouvadans le régime de Vichy un allié fortement actif », insiste cette revue.

Le Frankfurter Allgemeine Zeitung a encore plus fortement pointé du doigt laFrance, lors de la parution originale de Der verwaltere Raub, la thèse dedoctorat soutenue à l’université de Constance après 4 ans de recherches et quia valu à son auteur le prix Guillaume Fichet-Octave Simon en 2008. « MartinJungius démontre que (...) l’antisémitisme au sein des administrationsfrançaises responsables de l’aryanisation était si prononcé qu’elles neconnaissaient aucune pitié envers les « entreprises juives ». (...) Le régimede Pétain et ses traqueurs de Juifs devançaient dans leur zèle même lesdirectives allemandes ».

De combien parle-t-on ? Documents, tableaux et chiffres à l’appui, l’auteur établitque l’expropriation forcée des Juifs, l’aryanisation au cours de laquelle lesentrepreneurs juifs étaient forcés de vendre ou de liquider leurs entreprises,portera au total sur un montant d’environ 5 milliards de francs. Au cours desquatre années de l ’ o c c u p a ti o n a l l e m a n d e , près de 50 000 p ro c é d u r e s d ’a r ya n i s ati o n avaient été lancées dans toute laFrance.

« C’était une partie essentielle du processus de persécution antijuif quiculmina avec l’assassinat de millions de personnes », constate l’auteur dansson bilan qui conclut une étude de plusieurs centaines de pages.