Avoda : Herzog remporte la primaire haut la main

Le nouveau président jure de mener à nouveau les travaillistes au pouvoir. Shelly Yachimovich n’a obtenu que 41 % des suffrages.

P6 JFR 370 (photo credit: Reuters)
P6 JFR 370
(photo credit: Reuters)
La victoireinattendue de Bouji. Le nouveau leader d’Avoda, Isaac Herzog, dit Bouji, apromis à ses partisans de mener à nouveau les travaillistes au pouvoir et dereprendre le bureau du Premier ministre.

Herzog a remporté58,5 % des suffrages exprimés, contre 41,5 % pour Shelly Yachimovich,candidate sortante. La participation ne s’est élevée qu’à 52 %.

« Noustravaillerons nuit et jour pour rendre au parti la place qui luirevient », a déclaré Herzog à ses fidèles venus fêter sa victoire.« Nous embarquons pour un nouveau voyage aujourd’hui, à la fin duquel nousserons à nouveau un grand parti qui sera à même de défier le gouvernementisraélien et d’être à la tête du pays ».

Qualifiant lapériode actuelle de fatidique pour Israël, le nouveau président a appelé lePremier ministre Binyamin Netanyahou à avancer au sujet du processus de paixavec les Palestiniens et a questionné ses intentions sur ce point. Il n’a donnéaucune indication au sujet de ses supposées velléités de rejoindre legouvernement Netanyahou, contrairement à ce que Shelly Yachimovich lui areproché à plusieurs reprises durant la campagne.

Dans uneinterview accordée à Aroutz 2, dans la soirée de samedi 23 novembre, il aprécisé que « cela n’avait pas de sens de joindre le gouvernementNetanyahou en l’état », ajoutant que le Premier ministre savaitpertinemment qu’il ne souhaitait pas y participer.

Il devaitrencontrer Netanyahou cette semaine, après son investiture formelle en tant queleader de l’opposition.

Le président del’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a fait partie des personnalités qui onttéléphoné à Herzog. Ce dernier a d’ailleurs dit qu’il rencontrerait bientôt leleader palestinien.

Le nouveau leadera été acclamé par ses partisans lorsqu’il est arrivé au siège de son partivendredi. Sous une pluie de confettis, ils ont chanté « Ouh, aah, quivoilà ? Le futur Premier ministre, quoi ! » et « Yalla,Bibi, rentre chez toi ! ».

Fils de l’ancienprésident Haïm Herzog, le nouveau chef du parti travailliste a affirmé qu’ilétait bien conscient de la responsabilité qui lui incombait et qu’il essaieraitd’incarner au mieux le rôle de ses prédécesseurs.

8 présidentsen 12 ans

De son côté,Shelly Yachimovich a appelé Herzog pour admettre la victoire de celui-ci quandil devenait évident qu’elle ne pouvait plus le rattraper. Elle a félicité sonadversaire et les deux se sont mis d’accord pour travailler ensemble afin depromouvoir les objectifs du parti.

Dans sondiscours, Herzog a indiqué qu’il se réjouissait de diriger le parti aux côtésde Shelly Yachimovich et qu’il n’y avait plus de camps séparés dans laformation désormais unie. A noter cependant qu’aucun des 9 députés qui lasoutenaient n’a assisté à la célébration de Buji.

Le partitravailliste a changé huit fois de leader depuis 2001. Shelly Yachimovich, quia occupé la présidence du parti pour deux ans et deux mois, a demandé à sespartisans samedi soir de ne pas déstabiliser Herzog de la même façon que sesopposants l’avaient, selon elle, sabotée. La candidate sortante s’est ditesurprise par les résultats, mais néanmoins a affirmé qu’elle resterait dans leparti et que ses militants devraient en faire autant. Sur sa page Facebook,elle a remercié ses soutiens et leur a vivement conseillé de ne pas abandonnerla vision sociale-démocrate des travaillistes.

L’ensemble de laclasse politique israélienne a congratulé Herzog : parmi cesfélicitations, on compte celles du président Shimon Peres, de la ministre de laJustice Tzipi Livni, de la présidente du Meretz Zehava Gal-On, du ministre desFinances Yaïr Lapid et du président de Bayit Yehoudi Naftali Bennett.