Eclairage sur la fête des Lumières

Retour sur les racines bibliques ou les événements historiques. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Hanouka.

HANUKKA MENORAHS in Jerusalem 311 (R) (photo credit: REUTERS)
HANUKKA MENORAHS in Jerusalem 311 (R)
(photo credit: REUTERS)


1. Hanouka est la seule fête juive qui commémore la lutte pour unelibération nationale de la Terre d’Israël, contrairement à Pessah (qui racontel’Exode d’Egypte), Souccot et Shavouot (le périple d’Egypte vers la Terred’Israël), Pourim (la délivrance des Juifs en Perse), etc. Hanouka est la fêtejuive la plus longue (8 jours), où la lumière occupe la plus grande place (8nuits consécutives d’allumage de bougies).

2. Les principaux événements de Hanouka se sont déroulés en Judée et Samarie :Mitzpa (également le lieu de sépulture du prophète Samuel), les montagnes deBeit El (le premier siège de Juda), Beth Horon (qui a signé la victoire de Judasur Seron), Hadashah (victoire de Juda sur Nicanor), Beth Tsour (victoire deJuda sur Lysias), Maalé Levona (victoire de Juda sur Apolonius), Adorayim(forteresse des Maccabées), Eléazar et Beit Zachariya (première défaite deJuda), Baal Hatsor (où Juda a été vaincu et tué), le Désert de Judée, etc.
La Jérusalem unifiée était la capitale des Maccabées. Hanouka n’est pas unefête d’»occupation». Elle rappelle la position morale élevée des Juifs sur leurterre ancestrale.

3. Shimon le Maccabée - qui a succédé à Juda et à Yonatan les Maccabées - adéfié un ultimatum de l’empereur syrien, Antiochos (Livre des Maccabées A,chapitre 15, verset 33), qui réclamait la fin de l’»occupation» de Jérusalem,de Jaffa, Gaza, Guezer et Ekron. Ce à quoi Shimon a rétorqué : «Nous n’avonspas occupé de terre étrangère, nous n’avons pas régné sur une terre étrangère,nous avons libéré la terre de nos ancêtres d’une occupation étrangère.» 

4. Lecontexte historique de Hanouka : les livres des Maccabées et le Rouleaud’Antiochus. Alexandre le Grand - qui tenait le judaïsme en haute estime etdont l’héritier égyptien, Ptolémée II, a traduit la Torah en grec - est décédéen 323 avant l’ère moderne, au terme de 12 années glorieuses. En conséquence,l’empire grec va se décomposer en cinq royaumes, qui deviendront trois, trenteans plus tard : la Macédoine, la Syrie et l’Egypte.

La Terre d’Israël est alors militairement revendiquée par la Syrie et l’Egypte.En 198 avant notre ère, Israël est conquis par le Syrien Antiochos III, quiconsidérait l’Etat juif comme un allié. Puis en -175, un nouveau roi s’emparedu pouvoir en Syrie, Antiochos (IV) Epiphane, qui veut remplacer le judaïsmepar les valeurs grecques et considère les Juifs comme des alliés de l’Egypte.

En -169, à son retour en Syrie d’une guerre contre l’Egypte, Antiochos saccageJérusalem, massacre les Juifs, interdit la pratique du judaïsme (y compris lerespect du Shabbat, la circoncision, etc.) et profane Jérusalem et le Temple.

Une rébellion est lancée en -167 contre le royaume des Séleucides syriens parla famille des Hasmonéens (Maccabées) : Mattathias, prêtre de la ville deModiin, et ses cinq fils, Yohanan, Juda, Shimon, Yonatan et Elazar. L’héroïquebataille, tactiquement ingénieuse, menée par les Maccabées, rend justice à laréputation d’excellents guerriers des Juifs, souvent embauchés commemercenaires par l’Egypte, la Syrie, Rome et d’autres puissances mondiales etrégionales.

5. La dynastie des Hasmonéens 
* Mattathias fils de Yohanan, le prêtre qui amené la rébellion - 166/7 
* Judas le Maccabée, fils de Mattathias - 166-161 *Yonatan le Maccabée, fils de Mattathias - 161-143 
* Shimon le Maccabée, fils deMattathias - 143-135 
* Jean Hyrcan Ier, dit Hyrcanus, fils de Shimon - 135-104 
* Nom inconnu 
* Antigone l’Hasmonéen - 40-37 

6. Le nom Maccabée ( מכבי ou )מקביest un dérivé du mot hébreu makevet מקבת)), maillet, référence aux qualités de combattant tenace et acharné de Juda. Ilpourrait aussi s’agir d’un dérivé du verbe hébreu cabeh ( כבה ), éteindre, allusion au sort des adversaires deJuda.

Selon une autre source, Maccabée, מכבי, est l’acronyme hébreu de «Qui Te ressemble parmi les dieux, Eternel» (MiCamokha Ba’elim Adonaï .(מי כמוך באלים י

7.Le terme Hanouka provient du domaine de l’éducation. Selon le premier livre desMaccabées, Juda a institué un congé de huit jours le 25e jour du mois juif deKislev, en -165, afin de commémorer l’inauguration (la Hanouka, חנוכה , en hébreu) de l’autelsacré et du Temple, après leur profanation par les Syriens. Une caractéristique essentielle de Hanouka est l’éducation/e ncadrement de la famille (hinouch חינוך et chonech חונך en hébreu), dans le but de perpétrer la commémorationde l’histoire juive.

Le mot hébreu Hanouka se compose de deux termes, hanou en hébr eu ( חנו = ils ont campé) et kah en hébre u ( כה = égal à 25, référence à la resanctification duTemple par les Maccabées le 25 du mois de Kislev). Certains suggèrent que ladate de Noël (25 décembre) et celle du Nouvel An, 8 jours plus tard (le 1erjanvier), trouvent leur origine dans la fête de Hanouka, qui tombe toujours aumois de décembre.

8. Hanouka est la fête de la lumière, de la commémoration, de l’optimisme et dela liberté. Elle célèbre la libération de Jérusalem.

Le premier jour de Hanouka commence lorsque les heures du jour s’équilibrentavec celles de la nuit, signe d’optimisme envers un avenir plus lumineux.Hanouka tombe en Kislev ( כסלו), le mois des miracles (celui où l’arc-en-ciel de Noé est apparu) et de lasécurité/sûreté (le mot hébreu kessel - כסלsignifie la sécurité).

Les lettres hébraïques de Kislev ont pour valeur numérique 26 - la même quecelle du nom de Dieu - Youd-keh-vav-keh. Moïse a achevé la construction del’arche sainte le 25e jour du mois de Kislev, aussi le jour où Nehemia a jetéles bases du Second Temple.

Le 25e mot (en hébreu) de la Genèse est «lumière» ( אור = or), une métaphore de la Torah. Et celui qui leprécède est יהי («soit» en hébreu)qui a pour valeur numérique 25.

Le 25e arrêt pendant l’E x ode était à Hashmona (même racine que Hasmonéens enhébreu).

Hanouka comm émore l’un des premiers affrontement s entre civilisations : lavictoire de la lumière (Maccabées) sur les ténèbres, d’une poignée sur lenombre (un rai de lumi ère peut pénétrer l’obscurité), de la liber té surl’esclavage et du souvenir sur l’oubli . Les ténèbres – חשכה - ont les mêmes lettres hébraïques que l’oubli - .שכחה

9. Les 36 bougies de Hanouka(sans compter le Shamash) représentent les 36 Justes cachés, dont la vertuillumine le genre humain. 36 heures de lumière divine ont accompagné lacréation d’Adam, le premier homme, et on t brûlé jusqu’à la fin du Shabbat.Diverses formes de lumière, et de bougies, son t mentionnées 36 fois dans laTorah. Le Talmud comporte 36 traités.

Hanouka est c élébré au cours du mois hébraïque de Kislev, dont l’orthographeest constitué de deux mots hébreux : trône ( (כסet 36 ( לו ). On allume lesbougies à l’extérieur, ou à la fenêtre, afin de répandre la lumière.

Contraireme n t aux bougies de Shabbat, qui s’allum e nt à l’intérieurpuisqu’elles concernent la famille, le message des bougies de Hanouka s ’étendau monde entier.

10. Les huit jours de Hanouka représentent les capacités divines. L’ancienneMenorah du Temple était composée de sept branches, qui commémorent les septjours de la création.

La Ménorah de Hanouka en comporte huit, soit un niveau supplémentaire, allusionaux capacités divines.

La forme du chiffre 8 évoque l’infini, telles les puissances divinesillimitées, comme en témoigne la survie du peuple juif envers et contre tout.

La racine du mot hébreu 8 (Shmoneh, שמונה) est «huile» (shemen, שמן ), qui est aussi laracine de Hasmonéens (Hashmonayim, חשמונאים).

Yoram Ettinger est un ancien ambassadeur.

Il a officié comme consul général d’Israël pour le sud-ouest des Etats-Unis. Ilest actuellement consultant pour les relations israélo-américaines.