Marathon de Tel-Aviv : issue tragique

1 décès et 34 hospitalisations. Une enquête va être ouverte sur la décision municipale de maintenir l’épreuve.

Runners take part in Tel Aviv marathon 370 (photo credit: Tamara Zieve)
Runners take part in Tel Aviv marathon 370
(photo credit: Tamara Zieve)
La fête sportive a viré audrame. Vendredi 15 mars, un coureur de 29 ans est mort pendant l’épreuve dusemi-marathon. En raison de la canicule, annoncée plusieurs jours auparavant,la mairie de Tel-Aviv avait décidé de reporter le marathon au vendredi 22 marset d’avancer tous les autres parcours à 6 heures du matin. Suite au décès, lamunicipalité a demandé une enquête afin que toute la lumière soit faite sur lescirconstances du drame.

Le lieutenant Michael Michaelovich, habitant du mochav Menucha dans le sudd’Israël, s’est effondré pendant la course. Un officier de Tsahal, commandantet instructeur dans l’unité canine d’Oketz. Ses amis et sa famille ont décritun coureur régulier à la bonne condition physique. Son épouse venait de donnernaissance au premier enfant du couple il y a seulement un mois.
Michaelovich a été enterré samedi soir à Beersheva, sa ville d’origine.

Le maire de Tel-Aviv Ron Huldaï a déclaré que la municipalité mènerait sapropre enquête et coopérerait avec toute autre investigation sur la décision detenir le marathon, en dépit de la chaleur exceptionnelle. Et de déclarer : « Laville de Tel-Aviv regrette profondément le décès d’un des coureurs du marathon». Selon Huldaï, la ville a suivi les instructions du ministère de la Santé etdu centre médical Sourasky en maintenant uniquement le semi-marathon de tellesorte que l’épreuve se termine très tôt dans la matinée.

Michaelovich qui a commencé à courir à 6 heures du matin a été pris en chargepar les services de secours dès 8 heures.

Selon les services météorologiques, les températures n’étaient pas encore trèsélevées à ce moment-là, a fait savoir le maire. « Ceci dit, nous tenons àrappeler que nous avons consulté des professionnels et du personnel de santé depremier plan avant de prendre la décision de maintenir le marathon et que nousavons suivi leurs recommandations », s’est défendu l’élu. « Le semi-marathon »,a-t-il conclu, « s’est tenu dans des conditions considérées raisonnables partoutes les autorités qualifiées ».

Le conseiller municipal Reouven Lediansky a néanmoins évoqué « une négligencede la municipalité qui a coûté la vie à un coureur, pour la seconde fois depuis2011 ». Lediansky a accusé Huldaï d’avoir maintenu le marathon « en dépit desavertissements et des ordres du ministère de la Santé » pour des raisonsfinancières. Une accusation également formulée par le député Hadash Dov Henin :selon lui, la tragédie aurait pu être évitée. Le marathon a fait l’objet d’unevaste campagne publicitaire de la part de la mairie : « une fête sansinterruption », en référence au slogan de la ville « Ir lelo hafsaska » (laville qui ne dort jamais).

Près de 12 millions de shekels ont été investis dans l’épreuve présentée commeun « événement d’envergure internationale » destiné à promouvoir la ville. Endépit d’une forte chaleur annoncée, près de 35 000 coureurs ont néanmoins prispart à la course sous les encouragements de quelque 150 000 spectateurs. Autotal, 80 participants ont nécessité des soins médicaux, 34 d’entre eux ont étéhospitalisés pour déshydratation et 5 sont toujours dans un état grave, plongésdans un coma artificiel.